Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ephemeral.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blood Nightmare.
Chapelier Fou et Chef Mafieux.

Chapelier Fou et Chef Mafieux.


: Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile.
Masculin Messages : 207
Age : 32
Emploi/loisirs : Gérant du Tea Party - Chef Mafieux.
Humeur : Follement fou \o/.
Ici depuis le : 29/04/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Chapelier Fou - Mafieux - Gérant du Tea Party.
Liens:

MessageSujet: Ephemeral.   Ven 3 Aoû - 20:53


      Il avait peur de la perdre, après l'avoir si étrangement retrouvée. Il ne sentait plus de haine contre elle. Il ne doutait même plus qu'elle dût "n'avoir rien à se reprocher", si bizarre et inexplicable qu'apparût sa conduite. Il était prêt à toutes les mansuétudes, à tous les pardons, à toutes les lâchetés. Il aimait.

    Plusieurs mois étaient passés depuis les derniers grands incidents, le dernier en date étant la naissance du minuscule, ridicule, et candide gamin de Mitsuki et Keith. Blood s’était souvenu avec un délice non dissimulé comment le « drame » s’était passé. Il était assis à la même place, sur une des tables du Tea Party, c’était le matin et personne n’était sorti de sa chambre. Shin et Lev ne se cachaient plus désormais, ils formaient d’ailleurs un drôle de couple… Les pensées du Chapelier dérivaient parfois dans le sens où, avec des caractères pareils, parier de qui serait au-dessus ou en dessous ne serait pas aisé. Enfin, il avait une légère idée sur la question malgré tout, Lev n’avait été habitué qu’aux protestations de fillette de Vladimir, et dieu seul sait que l’albinos n’a pas vraiment de force. Celui-ci dormait au premier, ainsi que Keith et Lylou. Mitsuki quant à elle dormait au rez-de-chaussée, dans un autre salon réaménagé durant sa grossesse, après ils verraient bien. Bref, le mafieux se souvenait avec une clarté limpide de l’accouchement absolument catastrophique de la dame du tueur aux yeux vairons. C’avait été des cris dans le salon, Blood avait bondi hors de sa chaise et déboulé dans la chambrée, la lycéenne se tordait de douleur sur le lit défait, et une flaque d’un liquide légèrement rougeâtre s’étalait sur le lit. Allumant la lumière, il s’était alors précipité derrière le comptoir derrière lequel était caché un fusil à pompe. Il tira dans le mur, la détonation monstrueuse, en plus des cris de la blonde aurait vite fait de réveiller toute la maisonnée. C’est un Lev à moitié à poil qui déboula dans la salle principale le premier, accompagné d’un Shin quasi assommé par le sommeil et le réveil successifs vêtu d’un simple calbut. Il y eut d’autres détonations au-dessus, Vladimir était visiblement réveillé et se chargerait de faire évacuer l’étage supérieur. Le Chapelier avait alors aboyé un bref ordre en russe à Lev, qui se précipita dans la chambre de Mitsuki. Ils la portèrent jusqu’à la salle principale dans laquelle étaient rassemblés les autres, Keith n’avait qu’une chemise blanche enfilée à toute vitesse, Vladimir tenait fermement sa kalachnikov et portait un kimono bleu, quant à Lylou, il portait son pyjama pokémon. Pourquoi Blood s’était autant attaché aux détails ? Ces détails, ces broutilles, qui d’habitude ne l’aurait même pas effleuré ? Quoiqu’il en soit, ce fut Lev qui souleva la jeune fille dans ses bras, étant dans une tenue à peu près acceptable pour sortir immédiatement et caser celle-ci dans la voiture du Chapelier. Le reste de la troupe s’habilla en quatrième vitesse, le militaire lui n’avait plus le temps et c’est dans un ravissant kimono rouge qu’il passa le reste de sa journée à l’hôpital (en compagnie d’un Shin qui s’amusait à le lui rappeler sans cesse. L’idée du dessus et du dessous se précise ma foi.) Bref, ça avait hurlé, ça avait angoissé (Blood avait failli demander à ce qu’on perfuse Keith, plus pale que la mort), mais tout s’était bien terminé. Leurs habitudes reprenaient à présent le dessus, et miracle absolue, la chambre du gosse était terminée juste à temps. Voilà un récit court de ce qu’il s’était alors passé, mais revenons donc dans le présent.

    Cela faisait presque un an que l’accouchement avait eu lieu, enfin, huit ou neuf mois, quelque chose dans ce goût-là, et Blood avait l’étrange sensation d’une routine enfin en marche. Les affaires tournaient bien, les tensions à l’intérieur du Tea Party étaient encore présentes mais ils arrivaient à vivre ensemble dans une harmonie toute relative. Keith découvrait non sans étonnement les joies paternelles, Lev se découvrait une fibre enfantine, Shin comme à son habitude en profitait, Vladimir ne voulait même pas approcher ce qu’il nommait de « sale boule de merde puante », Mitsuki quant à elle assumait son rôle à merveille. Le Chapelier avait commencé à se prendre d’affection pour barbie, et l’aidait même avec le marmot lorsqu’elle avait du travail pour le lycée (bien que sa principale aide fût de le refiler à Keith ou Lev).

    C’était une journée comme les autres qui se profilait, enfin, pas tout à fait. Sei avait prévenu le Chapelier de l’arrivée imminente de sa grande amie, Asamé. La donzelle Kagiwara, cela faisait presque un an et demi qu’il ne l’avait pas vu, ayant eu vent de l’affaire avec Keith (il l’avait d’ailleurs en travers de la gorge, celle-là) il avait préféré la laisser tranquille. Malgré son air mondain, la dame n’aimait pas beaucoup le désordre, et le Tea Party, anciennement paisible, était devenu un véritable… Bordel. Bon, il fallait ranger un peu avant son arrivée, ne serait-ce que le salon principal. Vladimir s’y colla sans protester, tant qu’il ne touchait pas au gamin… Tout fut prêt, deux tasses et deux parts de fraisier attendait sur une table, et enfin elle passa la porte vitrée.

    Deux heures plus tôt.
    Dans son bain, la jeune femme rêvassait, la tête penchée en arrière. Ses grand yeux ambrés fixaient le plafond un peu moisi par endroit, elle se demandait parfois pourquoi elle restait ici. Enfin, dans le sens où Sei et elle pouvaient toujours se trouver un endroit plus grand, moins vieux, et quelque part moins flippant. Enfin, la Kagiwara ne s’en plaignait pas au fond, elle l’aimait bien cet appart. Cependant elle devait sortir, ne serait-ce que pour ses nerfs, rester enfermer dans ce 70 mètre carré risquait de la rendre folle, ou un peu plus qu’elle ne l’était déjà. Décidée d’aller chez le Chapelier, elle avait prévenu sa compagne la veille, elle n’avait plus qu’à se préparer. Prenant une serviette sur la rambarde prévue à cet effet, elle s’essuya rapidement et traversa le couloir. Asamé s’habilla, comme à son habitude, de façon très distinguée (de plus si elle rendait visite au chapelier) : Tout de noir, une veste cintrée, slim, chaussures à talons et débardeur sombre au décolleté presque provoquant. Elle se maquilla les yeux d’une couleur charbon, légèrement brillante, illuminant ses yeux dorés. Un coup de son parfum préféré, et hop, le tour est joué. Bon, elle était prête, Asamé quitta l’appartement.

    Le Chapelier l’accueilli à bras ouverts, ils s’enlacèrent ainsi quelques secondes avant de prendre place. Le gâteau de son ami était toujours aussi délicieux. Il lui raconta alors les diverses aventures qui s’étaient passé depuis sa dernière visite (elle était déjà au courant de l’accident de Blood, il l’avait mise au courant avant de partir en convalescence). Le marmot, etc. Elle s’écria avec son rire cristallin :

      « Mon dieu, je n’aurais jamais d’enfant !
      Asamé, honnêtement, toi et un enfant c’est comme accompagner les huitres de mayonnaise… »


    Ils discutèrent ainsi quelques minutes, tout se déroula bien. Le mafieux en oubliait ce qui pouvait l’entourer, ainsi, une heure, puis deux heures, puis trois heures passèrent. Ils avaient beaucoup ris, et avaient même croisé Lev qui finalement s’était joint à eux. Parler du passé leur firent du bien, et c’est alors qu’ils entamaient une troisième part de fraisier, leur trois portables vibrèrent à l’unisson.

    Découvrir le message les pétrifièrent d’effroi.
    C’est à ce moment précis qu’un Keith et qu’une Mitsuki complètement affolés déboulèrent respectivement de l’étage du dessus et du salon réaménagé.

    Ce n'était pas un message, mais une photo. Un gamin connu de tous, le canon d'une arme collé contre la tempe. Miharu souriait.

--------------------------------------
« Il n'y a qu'une façon de s'égaler aux dieux : il suffit d'être aussi cruel qu'eux. »
Revenir en haut Aller en bas
http://pretty-school.forumpro.fr/
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: Ephemeral.   Mer 8 Aoû - 20:28

    [ Bon je m’excuse à l’avance, ça fait des mois que je n’écris plus. Huhu. ]

    Je tendis mes bras en l’air, mes doigts entrecroisaient, m’étirant doucement. Un craquement retentit au niveau de mon épaule et me tira un léger sourire. Mes yeux retombèrent sur la boule d’énergie devant moi. Nous étions à notre aire de jeux. La nôtre. Parce que malgré notre âge c’était ici qu’on passait nos temps libres. Si ce genre d’endroit collait totalement à l’adorable énergumène devant moi qui sautait de jeux en édifice dans des grandes exclamations, ce n’était pas réellement mon cas. Mais que dire. Il semblait invraisemblable pour tant de gens que deux êtres aussi différents que nous puissions être d’aussi bons amis.

      « Et là tu vois Manie il est séparé de sa famille ! C’est trop triste ! Il s’inquiète pour sa fille et sa femme. Après. C’est des Mammouth. Sont costauds ! Mais bon, c’est comme les Onyx, ça a beau être grand ça à un cœur fragile derrière la pierre ! Alors il est triste ! Surtout qu’elles sont en danger ! »


    Sincèrement. Je ne comprends pas tout ce qu’il me dit. Même si il tente depuis des années maintenant de me convertir aux dessins animés qu’il affectionne tant, j’ai tout juste du mal à me rappelle des titres. Mais je ne peux que sourire en le voyant imitant un radeau sur la balançoire à bascule. Mes pieds se balancent dans le vide, assise sur une des barres d’acier de la cage à poule, à quelques mètres de hauteurs. Il y a quelques temps encore ma vie n’avait pas cette tranquillité. Pas que cela me dérange. Enfin si. Un peu. Beaucoup en fait. Je n’aime pas le calme. Je n’ai jamais eus de vie calme en fait. Ça manque. De danger. D’ennuis. Oui, je suis du genre à les chercher. Mais avec Lylou, les dangers et les ennuis sont différents. Il apporte un peu de légèreté à cette adrénaline que je recherche. Comme une pilule du bonheur dont les médecins gavent les dépressifs. Jamais vu une aussi bonne drogue que ce gamin. Et pourtant. Je m’y connais.

      « Et puis ! Diego il trouve Kira ! Tu sais, quand je les ai vu, au début, j’ai pensé à toi et Keith ! SANS RIRE ! A se battre tout le temps ! Sont mignons ensemble en plus ! C’est marrant ! Mais après ca ne devient pas que vous. Vous vous n’aimez pas avec Keith. Tu l’aimeras un jour ! Hein Sei ! Il est un peu idiot mais pas méchant. Bon, ca ne serait pas drôle sans vos bagarres…. Je crois que même à moi ça me manquerait ! En plus je gagne plein de glace grâce à ça ! Vu qu’on fait des paris avec Shin ! Il est gentil Shin ! Même si il se balade trop souvent en caleçon. Ça me gêne. Et que des fois quand je rentre dans la chambre de Lev par accident ils font des choses bizarres. Alors je retourne dans ma chambre rouge comme un Magicarpe ! Et les autres se moquent de moi. Mais c’est gentil hein ! … »


    Comment un être humain peut autant parler ? Enfin. Ce qui est bien avec lui, c’est qu’il ne demande pas de réponse. Juste une personne à qui déblatérez tout ce qui peut lui passer par la tête. Il attrape un gobelet au sol et monte près de moi. Un vrai petit singe, agile comme pas deux. En quelques mouvements il se retrouve assis près de moi. Il me regarde, levant devant mes yeux le gobelet qu’il tenait dans ses mains. De la glace pillée, d’une couleur rose. Framboise. Mes yeux se baissent sur mon propre gobelet trainant dans mes mains, à la couleur bleuté. Me voilà à bouffer des glaces. J’aurais presque l’impression de retrouver une enfance.

      « BRAIN FREEZE ! »


    Cri Lylou, aspirant brutalement la moitié de sa glace. D’un geste identique, j’amène la paille à mes lèvres et prends une longue gorgée. Le froid semble attaquer directement mon cerveau et me procure un frisson brutal. Je vois Lylou les yeux vitreux durant quelques instants, un léger sourire aux lèvres. Putain. On dirait un drogué après une dose de came. Ce gamin ne fonctionne vraiment pas comme un être humain normal. Je fronce les sourcils. Sentant une vibration dans la poche de mon jeans. D’un geste je sors mon portable. Lyle faisant de même à mon côté. Comment on peut avoir autant de goodie accroché à un portable. Et c’est quoi ces créatures étranges. Surement encore de ces Pokémons. Je soupire. Ouvre le clapet de l’appareil. Numéro inconnu. Ca s’annonce mal. MMS. Hm. J’ouvre le message et tombe sur un photo. Un marmot. Surement la progéniture de l’autre idiot et de Tsuki. Et un flingue sur la tempe.

      « AH MAIS C’EST INJUSTE ! POURQUOI MOI J’AI PAS LE DROIT DE JOUER AU MAFIEU ET AU POLICIER AVEC MIHARU-KUN ! »


    « C’est pas un jeu. »

    Laisse seulement échapper avant de sauter du haut du jeu, entrainant avec moi Lylou. Celui-ci atterrit avec souplesse sur le sol à mes côtés malgré mon embarquement soudain. Nous traverserons rapidement les quelques mètres qui nous éloignent du Tea Party. J’ouvre la porte rapidement. Blood. Asamé. Asamé ? Ah oui c’est vrai qu’elle devait venir ici. Et Keith et Mitsuki qui semblait paniqué. L’atmosphère légère qui trainait dans le parc avait totalement disparu pour redevenir bien sérieuse. Intérieurement. Je jubilais. Un peu d’action. Un gosse en danger ? Sincèrement, le nombre de personne dont je me préoccupe réellement se compte sur les doigts d’une main. Et ce gosse n’en fait pas partie. Je n’aime pas les gosses. Ils ne m’aiment pas. On se le rend bien. Je ne me foutais dans cette histoire que pour mon adrénaline personnelle. Et aussi parce que Lylou tiens à ce morpion. Et peut-être deux ou trois autres choses. Osef. Sans un mot j’attrape mon pc portable qui reste constamment au tea Party, servant généralement à quelques petits travails pour Blood. Je branche mon téléphone au port USB avant de me plonger dans la console. Let’s go.


    Mais WTF. WTF. J’avais descendu les escaliers en trombe. Vétus d’un simple boxer. Oui. Quand je suis dans ma chambre, je me mets à l’aise. J’ai un corps magnifiques, autant le laisser respirer. Mais là n’est pas l’histoire. Dans ma main je sentais encore les vibrations de mon portable. A moins que ce soit seulement ma main secouée par la rage. Miharu. La seule personne avec qui j’ai encore une chance de ne pas faire d’erreur. Il y a peu d’expérience personnelle dont j’ai de réelle raison d’être fier. Et là les choses dérapent. Tant de question. Pourquoi lui ? Pourquoi cette photo ? Pourquoi ce flingue ? Comment un gosse peux disparaitre comme ça ? Quand ? Par qui ? Où ? On est au Tea Party, dans un repère de mafieux ! Comment un gosse peux se volatiliser ! Il était où d’ailleurs ces dernières heures ? La dernière fois … Je ne sais même plus. Il y a tellement de monde ici. Mes yeux croisèrent ceux de Mitsu. Juste un instant. Je ne ressentais qu’une rage profonde. Mêlée à un peu de crainte. Ou plus que je ne voudrais l’avouer. Mes yeux croisent ceux de Blood. Il y a quelques mois encore je serais partie en courant sans savoir où aller, ratissant toute la vie. Y’a quelques mois encore je serais p’tete même retourné me coucher en fait. Mais les choses changent. Les gens changent. Et leurs priorités aussi. Je ne dis rien. Je ne sais pas ce que j’attends. Peut-être l’aide de Blood. Je ne sais pas. Il faut dire. Que faire avec une simple photo ? Un numéro inconnu. Mes yeux parcourent la salle. Lylou s’est dirigé vers Mitsu. Il essaye de lui donner du courage. De ne pas s’inquiéter.

      « T’inquiète pas Tsuki. Avec nous, Miharu sera vite de retour ! D’ailleurs j’ai une revanche à prendre contre lui au Jenken ! »


    Lyle. C’est un bébé. Comment peux-tu jouer à Pierre Feuille Ciseau avec lui ? Et perdre surtout. Je ravale mes questionnements inutiles. Sei est devant son pc. Pas que j’aime cette fille. Je crois que ça ne sera jamais compatible entre nous. Mais elle est efficace avec ces engins de malheur. Et elle porte assez de respect à Blood et assez d’amour, si on peut appeler ça comme ça, à Lyle et Mitsu pour nous aider. Je ne sais pas ce que j’attends. Je suis là. Plantée devant la table où se trouvaient Blood et Asamé. Tiens Asamé est là. Qu’importe. Je ne bouge pas. La respiration haletante et le poing serré, bousillant peu à peu mon portable. Je me bats contre mes jambes qui n’ont qu’une envie, franchir cette putain de porte et déglingué n’importe quel passant jusqu’à trouver celui qui aurait un indice sur la localisation de Miharu. Ça ne servirait à rien. Juste à perdre du temps. Juste à perdre de l’énergie. Juste à agir comme un idiot. Mais ça soulagerais. Je ne veux pas me soulager. Ou si. Sur la personne qui pointe un flingue sur mon fils ! Blood… Mes yeux n’avaient pas quitté ceux de mon mentor, de mon patron, de mon père. Remplis de rage. De peur. Implorant.

    [ OMG… Achevez moi… J’sais plus écrire. ]

--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Mitsuki Sakamoto
Waterworld



: Coke Addict
Féminin Messages : 4102
Emploi/loisirs : Danser; Chanter; Dire des conneries \o/
Humeur : Mitsukienne ♪
Ici depuis le : 25/10/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Future maman ; Lycéenne en 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Ephemeral.   Mar 4 Sep - 21:31

Il est où ? Il est où ?! Il était juste dans son lit !.. Un sms. Tu ouvres ton portable, hésites à ouvrir le MMS d'un numéro inconnu, mais le fait tout de même, comme attirée par une force étrange. Et là. Le portable tombe. Tu manque de faire la même chose. Tu entends des bruits de course dans l'escalier. Tu fais de même. Direction le salon. Aller dans le salon. En informer Blood. Blood. On me l'a enlevé. Tu manques de te rétamer au bout du couloir, dans le tournant, mais te raccroches d'une main à l'embrasure. Tu les vois. Tous. Ils savent. Tous. Tu en es certaine à leurs airs. A leurs portables devant eux. Au fait que tout le monde soit réunis. Enfin, maintenant que Sei et Lyle viennent de débouler dans le salon. Tes yeux sont vides. On m'a enlevé mon bébé. Tu croises le regard de Keith, brûlant.
C'est la première fois que tu le vois aujourd'hui. Inconsciemment, tu ne peux t'empêcher de remarquer qu'il te manque. Mais c'est toi qui a voulu faire chambre à part, quand tu es venue t'installer ici, pourtant. Seulement pour qu'il ne te vois pas grosse. Bien sûr c'est idiot, il t'a vu ainsi pendant tes quatre derniers mois de grossesse, ton ventre grossissant -enfin- vite mais sans problèmes. Mais c'était pour qu'il ne te voit pas grosse dans ton intimité que tu avais demandé cette séparation. La nuit. Avant d'aller te coucher. Au réveil. Quand tu t'habilles. Quand tu es dans la salle de bains. Ce genre de choses. De toute façon, tu te demandais s'il ne l'aurait pas proposé de lui-même. Il te semblait si distant. T'adressant à peine la parole, ne te touchant presque plus. Mais au moins, à chaque fois, c'était pour se soucier de l'état de votre enfant. Pourquoi mon enfant..?
Lyle s'approcha de toi.

« T’inquiète pas Tsuki. Avec nous, Miharu sera vite de retour ! D’ailleurs j’ai une revanche à prendre contre lui au Jenken ! »
En temps normal, tu aurais souris. Peut-être même ris. Mais aujourd'hui n'est pas un jour normal. Tu lèves une main de façon robotique pour la poser sur sa joue. Tes yeux maintenant plein d'incompréhension venant dans les siens.


« J'étais juste partie... Lui chercher Hajime. »
Hajime, ou autrement dit, son lapin en peluche. Son doudou. Avec lequel il dort toujours. Il joue toujours. Il se balade toujours. Ce n'est pas ta faute. Tu le sais. Tout le monde doit le savoir. Tu aimes tellement ton fils. Tu en es dingue. Cette recherche de lapin, ce devait être une des seules fois où tu le laissais seul. Il était toujours en ta compagnie, ou avec quelqu'un d'autre du Thé Party. On peut même dire que parfois tu le couvais trop. Sei en profitait pour se moquer de toi. Ou tout du moins, te le faire sentir. Mais tu t'en fichais.
Ce n'est pas ta faute. Pourquoi Miharu ?.. Parce qu'il est petit. Parce qu'il est faible. Parce qu'en le touchant, on est sûr d'avoir le plus gros de votre "famille" sur le dos. Parce qu'on s'en fout de savoir qu'il n'a rien fait, on veut juste vous amener à un certain endroit. Et pour être sûr que vous veniez, on a prit des précautions. C'est la seule solution possible. Tu ne sais pas le fin fond des affaires de Blood, ni même de chaque personne ici présente, mais tu sais que ce n'est pas net. Tu ne les juges pas pour autant, ils ont bien voulu t'accueillir. Mais tu sais que c'est pour que eux bougent qu'on a enlevé ton fils. Une larme coule. Tu l'essuies doucement. Si jamais quelqu'un fait du mal à ton fils. Si jamais il souffre. Si jamais... Si jamais... Non, pas ça. Fermes les yeux et secoues doucement la tête. Passes ensuite tes mains sous tes yeux pour enlever toute trace d'eau, et regarde Keith. Il a l'air aussi perdu que toi. Et il ne quitte pas Blood des yeux. Un peu comme tout le monde.
Tu t'avances vers lui silencieusement et poses tes mains sur celle qui tient son portable. Le casser ne vous avancera pas plus et ne vous aidera pas à retrouver Miharu. ... Votre fils. Trouves une excuse.


« Keith... Le casser ne servira à rien, et peut-être qu'ils vont nous recontacter..? »
C'est idiot comme excuse, je vous l'accorde. Mais tu n'avais pas le temps d'inventer mieux, et qui sait. Peut-être, avec une chance infime, que ce sera le cas ? Après c'est sûr que vous avez tous vos portables avec vous, et qu'apparemment ils vous ont tous contacter pour être certains que quelqu'un ait le message. Mais peut-être que la prochaine fois ils ne vous préviendront que vous, les parents, pour que ça aille plus vite ? ... Ça se voit que tu as regardé beaucoup de séries américaines durant ton adolescence toi. Enfin, "ton adolescence". Tu n'as que dix-neuf ans maintenant.

Dix-neuf ans, un fils à sauver, et un conjoint à contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Blood Nightmare.
Chapelier Fou et Chef Mafieux.

Chapelier Fou et Chef Mafieux.


: Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile.
Masculin Messages : 207
Age : 32
Emploi/loisirs : Gérant du Tea Party - Chef Mafieux.
Humeur : Follement fou \o/.
Ici depuis le : 29/04/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Chapelier Fou - Mafieux - Gérant du Tea Party.
Liens:

MessageSujet: Re: Ephemeral.   Sam 10 Nov - 19:35


      « Keith... Le casser ne servira à rien, et peut-être qu'ils vont nous recontacter..? »


    Blood détacha son regard de Keith, complètement désemparé, ses deux iris bleutés se posèrent sur Mitsuki. Soit elle regardait trop de séries télévisées, soit elle avait assez rapidement intégré les règles de bases de leur milieu en cas de kidnapping. Les deux n’étaient pas à exclure, enfin, pour le moment il y avait plus important. Un bruit peu engageant se dégagea de l’ordinateur, un espèce de crash recrée en 8 BIT. Tous se rassemblèrent devant l’écran qui s’éteignit, et se ralluma, affichant des milliers de photos d’eux défilant à une vitesse hallucinante. Au Tea Party, dans la rue, au lycée, et même lors de la vengeance de Keith, Amaya et Lev dans l’appartement. Il y avait des photos de Hyde, un an et demi auparavant, Keith et Asamé dans une chambre d’hôtel. La plupart des photos étaient prises de loin, sûrement depuis un autre immeuble, mais elles étaient assez nettes pour y deviner chacun des évènements. Enfin des fichiers. Des espèces de CV, décrivant leurs noms complets, adresses, lieux de naissance, et enfin charges retenues contre chacun d’eux. Au-dessus des fiches, on pouvait y distinguer le cachet de la CIA. Complètement déboussolés, les différents protagonistes se fixèrent quelques minutes, l’ordinateur s’étant éteint. Diverses autres photos de personnages inconnus s’étaient aussi affichées, on pouvait y distinguer un homme d’une quarantaine d’années, européen, et en compagnie de Vladimir avant son coma. Blood fronça les sourcils, se leva et arpenta la pièce de long en large. Asamé elle était devenue rouge comme une pivoine à la vue des photos en compagnie de Keith. Personne ne parlait, ils étaient comme frappés par ce déferlement d’informations, et il était évident que celui qui avait enlevé Miharu leur avait aussi balancé… Tout ça. Le portable de Blood vibra, appel inconnu. Il respira un grand coup, et décrocha.

      « Que voulez-vous.
      - Reste à savoir ce que vous, vous voulez.
      - Stoppez ces enfantillages, et répondez.
      - Holàlàà, Blood, ne vous fâchez pas voyons.
      - …
      - Quant à savoir si oui ou non je vais répondre, c’est à moi de décider, c’est moi qui fixe les règles.
      - …
      - On a perdu sa langue ?
      - …
      - Bon, vous n’êtes pas amusant vous. Breeef, ce que je veux ? C’est tout simple. Je veux l’un d’entre vous. Tututut ! Ce ne serait pas drôle si je vous disais qui.
      - Et c’est tout ?
      - Et c’est tout.
      - Je suis certain que vous pouviez faire ça sans le moindre problème, et sans avoir besoin d’enlever un enfant.
      - Oooh, comme c’est touchant de votre part. « Sans avoir besoin d’enlever un enfant. »
      - Stop les insinuations. Rendez-vous où, et quand.
      - Au port, à 20h, et que tous ceux qui sont présents au Tea Party vienne, sans exception. Personne d’autre. »


    Il raccrocha.

      « Que tout le monde se prépare, 20h au port. Je veux que vous puissiez faire face à tout, même un char d'assaut. »


    Blood se dirigea vers la cave, suivi de près par un Lev dont l’excitation du combat rendait presque intenable. Ils disparurent. Asamé elle se leva, et marcha vers la baie vitrée, le regard plongé dans le vague. Elle ne s’était jamais imaginée avoir affaire à pareille situation. Pourquoi maintenant… ? Les deux hommes revinrent quelques secondes plus tard, tenant dans leurs bras toutes les armes possibles et imaginables. Kalachnikov, bombes incendiaires, grenades, fusils, armes blanches, et même un bazooka qui semblait en parfait état de marche. C’est un Lev extrêmement déterminé qui prit la parole.

      « Prenez ce qu’il vous faut, et changez-vous. »


    C’était l’heure de faire son marché.

--------------------------------------
« Il n'y a qu'une façon de s'égaler aux dieux : il suffit d'être aussi cruel qu'eux. »
Revenir en haut Aller en bas
http://pretty-school.forumpro.fr/
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: Ephemeral.   Dim 11 Nov - 14:25

    Mes mains parcourent les touches du clavier dans un rythme effréné. Aucune faute de frappe. Aucune erreur. Mes yeux parcourent les lignes qui défilent, termes étranges, compliqués, qui pourtant pour moi sont d'une limpidité sans précédent. Mon cerveau est en effervescence. Je jubile. Je sais que la situation n'est pas réellement à l'excitation. Les personnes autours de moi dégage une telle inquiétude que cela en deviendrait presque écœurant. Pas que je n'aime pas le gamin. Bon ok, je n'ai pas vraiment d'affinité avec les gosses. Sauf avec Lyle. Mais je ressens plus l'adrénaline de la situation que de l'inquiétude. Peut être pour ça que je suis aussi à même de réfléchir à la situation. Qu'avons nous ? Rien. Au final, nous sommes au pied d'un mur qui nous gâche la vue. Une photo. Un numéro inconnu. Intraçable. Du bon boulot. Je ne sais pas qui sont les mecs derrières tout ça, mais il est sûr qu'ils sont doués. Très doués. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. Cette impression d'être prise au piège. Vous savez, quand vous vous enfoncez dans un tunnel sombre à la recherche de quelque chose. Et que. Au final. Vous ne sentez que les ténèbres se refermer sur vous. C'est un peu ce que je ressens. Plus j'ai cette impression de me rapprocher de ces mystérieux kidnappeur. Plus j'ai cette impression d'aller exactement là où ils désirent que j'aille. Autours de moi. Je sens les gens s'agiter. Lylou tente de rassurer Tsuki. Lylou, je ne suis pas sûre que tu sois le plus efficace dans ce genre de situation mais t'as légéreté est sûrement plus efficace que nulle autre. Keith pète un plomb. Ce mec a autant de self contrôle qu'un taureau dans une arêne. Agité une photo de son fils en danger devant ses yeux et il n'attend plus qu'à charger. Quelle stupidité masculine. Mais bon. Qu'est-ce que je ferais dans une telle situation ? Si l'être qui m'est le plus cher était en danger. Mes yeux se détache de la console sombre et balaye la salle. Balaye les personnes présentes. Il aura fallut si peu de temps pour que je m'attache, d'une manière ou d'une autre, aux personnes dans cette salle. Que ce soit en bon ou en mauvais sentiment. Quelle bande de bras cassé. Une photo de famille avec des gens pareilles donnerait l'image d'une photo de classe à l'asile des fous. Tant de personne si exceptionnellement particulières réunis dans un même endroit à vivre des aventures que seuls des dieux timbrés peuvent inventer dans une ville pourtant calme et pitoresque. On pourrait carrément en écrire une histoire. Ca changerait des romans insipides qui pulule dans les librairies, cette histoire aurait tant de personnages intéressant que cela en deviendrait indigeste. Je soupire. Je n'ai vraiment rien d'autre à faire que de penser à ça maintenant. Mes yeux se baisse à nouveau vers l'écran. Les lignes s'affolent. Les commandes se perdent. L'encodage se bouscule. Oh. Tiens. Ils arrivent. Le disque dur s'affole dans un bruit de vieux crash.

    Je perd le contrôle. Total.

    Ils sont là. Notre vision à leur mercie. Ils en profitent. Des documents s'ouvrent. Des photos apparaissent. Des dossiers. De toutes sortes. Sur n'importe lequel d'entre nous. Je reconnais mon dossier médical. Je reconnais Lyle plus jeune du sang sur le corps. Je reconnais Keith enfant, deux magnifques yeux bleux tremblant de peur. Je reconnais Shin, les yeux défoncés par la drogue et l'alcool. Je reconnais Asamé. Et Keith. Dans un hôtel. Je ferme les yeux un seconde à peine. Suivant de nouveau le fil d'information défilant de plus en plus rapidement sur mon écran. D'autres personnes. Inconnus ou non. Tant d'information. Tant de vice. Tant de preuve. Des vies qui peuvent être détruites avec de simples fichiers informatiques. Le pouvoir de la technologie. Et d'une bonne recherche. Ils étaient organisés. Bien plus que nous. Ils semblent tout savoir de nous alors que nous. Nous sommes dans le noir complet. J'en viendrais presque à ressentir une pointe d'admiration pour ces personnes. Et puis. Il y a ce cacher. CIA. Je ne sais pas leurs implications là-dedans, mais en tout cas ils se sont interessés aux personnes présentes ici. Ce serait presque valorisant.

    Et puis plus rien. L'écran s'éteint. Le disque dur rends l'âme. L'ordinateur rends l'âme. Il ne reste qu'un silence gênant. Voir sa vie défilé en toute impunité sur un écran en companies des rares personnes de votre entourrage n'est pas forcément le meilleur moment de sa vie. On a tous des choses à cacher. Même à nos meilleurs amis. Le téléphone du grand patron vibra. Seul la voix de Blood vint percer le silence la pièce. Accompagné du bourdonnement léger de la voix dans le microphone. Blood était bref. Qu'avait-il d'autre à faire de toute façon. Nous étions au pied du mur à se jeter dans l'inconnu. Intiment. Je n'ai qu'une hâte. Voir la suite des évenements.

      "Que tout le monde se prépare, 20h au port. Je veux que vous puissiez faire face à tout, même un char d'assaut."


    Blood et Lev quittèrent la pièce. D'un mouvement, moi, Lyle et Keith nous entamons notre marche vers le premier étage. J'accompagne Lyle dans sa chambre. Alors qu'il s'agenouille près de son lit, je vois sa main être parcouru d'un léger tremblement. Lyle n'est pas un guerrier. Et pourtant, sa présence au combat, plus que la mienne sûrement, est indispensable. Les plus grands combattant ne sont pas forcément ceux qui aiment le plus les champs de batailles. Je presse doucement son épaule tout en continuant ma marche vers son armoire. Mon katana s'y trouve, docilement rangé entre deux peluches. Ce qu'il fait là ? Je n'aime pas avoir cette arme chez moi. Ma soeur n'aimait pas me voir avec des armes j'ai donc gardé l'habitude de la ranger ailleurs. Je me retourne et pose mes yeux sur mon meilleur ami, à genoux devant une boite en carton. Il en sort deux armes à feu. De belles factures. Des petits bijoux. Des objets de mort. Tout comme celui qui les mets à sa ceinture.





    Je sors la lame de son fourreau noir. La lame est aiguisé. Quelques rayures la parcourent, résultat de bon nombre entrainement avec la blonde. Cela fait si longtemps que cette lame n'a pas tater du sang d'un autre. Si pour le récupérer je dois la noyer dans le liquide rouge, il ne me viendrait pas à l'idée d'hésiter. Quelque soit les sacrifices. C'est mon erreur. Et ma réussite. Je dois faire en sorte qu'il ne soit plus du plus premier et continue d'être du deuxième. A ma parure j'ajoute des vêtements. Je ne vais tout de même pas me présenter en boxer. Et un pistolet. Je me dirige vers la sortie, près à détruire le monde. Et je me stop. Fronce les sourcils. Fait demi-tour. Je ne sais pas pourquoi j'agis ainsi. Mais. Il le faut. J'attrape une deuxième arme. Celle que j'utilise plus rarement, moins puissante que la mienne, plus légère. En sortant de ma chambre je tombe nez à nez avec Lyle et Sei. Le premier affiche une mine indéchiffrable. Une concentration et un sérieux que je n'avais jamais vu sur le visage du jeune homme. Je crois que j'ai beaucoup à découvrir sur le gamin encore. Il descend les escaliers alors que la blonde ne bouge pas, m'observant en silence. Il semble que nous soyons partis pour faire la guerre. Je n'aurais jamais pensé qu'elle serait à mes côtés. Elle finit par bouger, se dirigeant vers les escaliers. J'attrape son poignet, glissant la deuxième arme dans sa main.

      "Quoiqu'il arrive. Survit. C'est à moi de te tuer."


    Elle sourit. Elle sait qu'il n'y a aucun bon sentiment dans ma phrase. Aucune inquiétude pour sa vie. Aucune inquiétude pour elle. Ce qui pourrait limite m'inquiéter c'est la peine que sa mort causerait au gamin. C'est juste qu'elle est mon ennemi. Ma Némésis. Je suis le seul autoriser à ôter la vie de son corps. Comme elle pense de même de moi. Ce n'est pas explicable. C'est un fait. Et je refuse de voir quelqu'un me prendre ce plaisir. Je descends les marches un par. Les gens se sont activés tour à tour. Dans le Tea Party, nous comptons bon nombre d'adepte des combats. D'une manière ou d'une autre. La plupart d'entre nous ont déjà fait couler le sang. Et certains même jubile à cette idée. Même Shin, que je connais peur, vérifie son arme dans un coin du Tea Party. Je l'aime bien ce gars. Il ne s'occupe pas des affaires des autres, au contraire de bon nombre de personne ici. Il se contente d'agir lorsqu'il pense que cela est nécessaire. Et d'être présent. Comment lui et Lev peuvent être liés, si différents. Je me tourne vers Mitsuki. Je dois l'avouer. Je suis inquiet pour elle. Pas que je l'aime ou un truc du genre. Hein. Faut pas se méprendre. C'est juste la mère de mon gosse. Elle peut servir. Tu penses faires croire ça à qui sans rire ? ... Pendant tout ce rp j'ai eu l'espoir que tu avais disparus toi. Je sais me taire quand la situation le demande. Je soupire. Attardant de nouveau mon regard sur Mitsuki. Lyle s'est approchée d'elle. Un léger sourire encourageant aux lèvres. Ce gamin est étonnant. Même dans ce genre de situation son sourire garde sa sincérité innocente. Je le vois tendre un objet à Mitsuki. Une arme. Je n'aime pas l'idée qu'elle porte une arme. J'aime encore moins l'idée qu'elle n'en ai pas.

      "T'auras pas à t'en servir ! On va te proteger ! Et Miharu aussi ! Mais... Tu sais, on sait jamais. Ca peut te servir. "



    Il lui laisse l'arme. Conscient qu'elle en fera ce qu'elle désire, et vint se poster près de Sei, attendant les consignes de Blood. Je m'approche de Mitsuki. Ne sachant quoi faire. Quoi dire. Vous savez, je suis quelqu'un qui agit, pas qui réconforte les gens dans ce genre de situation.

    "Quel que soit la situation. Si tu as l'occasion de t'enfuir avec Miharu. Fais le. Ne regarde pas en arrière. Je ferais tout pour vous proteger."

--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Mitsuki Sakamoto
Waterworld



: Coke Addict
Féminin Messages : 4102
Emploi/loisirs : Danser; Chanter; Dire des conneries \o/
Humeur : Mitsukienne ♪
Ici depuis le : 25/10/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Future maman ; Lycéenne en 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Ephemeral.   Mer 21 Nov - 14:45

Puis soudain, peu après ta demande envers Keith, un bruit affreux se fait entendre. Tu te retournes vers l'endroit d'où il semble provenir et suis tout le monde en train de se précipiter devant l'ordi. Bon, il faut croire qu'il a plant... C'est quoi toutes ces photos ?! Il en défile des centaines et donc il est difficile pour toi de toutes les analyser, mais tu peux clairement en reconnaitre de toi au lycée ou dans la rue, bien qu'elles soient peu nombreuses. Il y en a beaucoup plus, que dis-je, énormément plus sur les autres personnes autour de toi. Sur Sei, Lyle, Blood, Vladimir, Keith... Et l'autre femme ?.. Tu fais comme si tu avais mal vu, mais... On aurait bien dit qu'ils étaient dans une chambre d’hôtel... Pour..? Ne préférant pas savoir s'il s'était passé quelque chose entre eux, et surtout pendant ta grossesse, tu secoues la tête en essayant de te concentrer sur des images beaucoup plus... Inquiétantes. Un dossier médical ?.. Des fiches de renseignements... Faîtes par la CIA ?! Qu'est-ce que la CIA vient faire là ?!

Tu places une main devant ta bouche pour qu'elle ne s'ouvre pas, regardant tout le monde - Sauf celle que tu as vu avec Keith sur la photo. Pas que l'envie te manque, mais... Il vaut mieux. Un problème à la fois. Puis tout à coup, un appel. Sûrement eux, non ?

« Que voulez-vous. [...] Stoppez ces enfantillages, et répondez. »
Un silence. Long silence. Tu peux entendre comme un murmure cependant, donc la personne au téléphone avec Blood doit encore être en train de parler; Mais pourquoi est-ce si long ? Qu'est-ce qu'on peut bien lui dire ?

« Et c’est tout ? [...] Je suis certain que vous pouviez faire ça sans le moindre problème, et sans avoir besoin d’enlever un enfant. [...] Stop les insinuations. Rendez-vous où, et quand. »
C'est vrai ça, d'abord. Putain de merde.

« Que tout le monde se prépare, 20h au port. Je veux que vous puissiez faire face à tout, même un char d'assaut. »
"Même un char d'assaut", Oh mon Dieu... Pratiquement tout le monde parti après cet ordre, te laissant seule avec l'autre femme dans le salon. Mais hors de question d'aller lui parler. Tu t'adosses au bar, bras croisés et regardant en direction des escaliers, là où étaient partis Lyle, Sei et Keith. Mais ce sont Blood et Lev qui revinrent en premier, ce dernier d'ailleurs particulièrement chargé. Il déposa le tout sur la table, et je dois bien avouer que la moitié des armes ne te disent rien du tout. C'est vrai qu'à part "Flingue", "Grenade", "Couteau" et "Fusil", tu ne sais pas grand chose. Quoique... Attendez. Ce n'est pas un... Bazooka ? Un bazooka ?! Où est-ce qu'ils ont bien pu trouver un bazoo... Hm, non, je pense qu'il vaut mieux que tu ne poses pas la question. Enfin...

La blonde et les deux bruns descendent peu après, celui à qui tu tiens le plus te regardant après un coup d’œil circulaire dans la pièce. ... Qu'il ne pense pas que tu vas rester là sans rien faire. Je le vois déjà te menotter à un radiateur de la pièce pour que tu ne bouges pas d'ici. ... Mais bon. Ton regard se pose ensuite sur Lyle, celui-ci s'approchant une nouvelle fois de toi. Comment il arrive à faire ça dans ce genre de situation ? A sourire ?.. Tes yeux sont attirés par une main qu'il tend vers toi, puis rapidement après par l'objet qu'elle tient. ... Un flingue. Tu inspires profondément.

« T'auras pas à t'en servir ! On va te protéger ! Et Miharu aussi ! Mais... Tu sais, on sait jamais. Ça peut te servir. »
... Tu laisses s'échapper un faible sourire sur ton visage. Il arrivera donc toujours à te remonter le moral, ne serait-ce qu'un peu ? Tu prends l'arme, mais ne sait pas comment la porter. Et encore moins comment t'en servir... Il ne pourrait pas t'expliquer ? Eh bien non, puisque le voilà déjà reparti vers Sei. Et maintenant c'est Keih qui s'approche. Nouvelle inspiration.

« Quelle que soit la situation. Si tu as l'occasion de t'enfuir avec Miharu. Fais le. Ne regarde pas en arrière. Je ferais tout pour vous protéger. »
... Oh. Tu ne sais pas pourquoi, tu rougis légèrement et détournes la tête. C'est qu'il ne t'avait encore jamais montré une marque d'affection comme ça. C'est... inattendu. Mais tu te reprends vite et va chercher une sorte de couteau que Lev a laissé sur une table avant de revenir devant lui, le lui montrant, ainsi que le flingue que Lyle vient de te passer.

« Comment je peux cacher ça, et comment je m'en sers ? »
Bien sûr la deuxième question concerne le flingue. Parce que y'a pas une histoire de recul et de chien, non ? Ou quelque chose comme ça ? Tu baisses les yeux vers tes mains.

« Si jamais je dois me défendre... »
Tu te sens obligée de te justifier.
Revenir en haut Aller en bas
Blood Nightmare.
Chapelier Fou et Chef Mafieux.

Chapelier Fou et Chef Mafieux.


: Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile.
Masculin Messages : 207
Age : 32
Emploi/loisirs : Gérant du Tea Party - Chef Mafieux.
Humeur : Follement fou \o/.
Ici depuis le : 29/04/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Chapelier Fou - Mafieux - Gérant du Tea Party.
Liens:

MessageSujet: Re: Ephemeral.   Sam 24 Nov - 19:13



Holy water cannot help you now, A thousand armies couldn't keep me out, I don't want your money, I don't want your crown, See I have to burn, Your kingdom down.
Sainte eau, peux pas t'aider maintenant, Un millier d'armées n'ont pas pu me laisser en dehors, Je ne veux pas de ton argent, Je ne veux pas de ta couronne, Tu vois, je suis venue pour brûler ton royaume.
Holy water cannot help you now, See I've had to burn your kingdom down, And no rivers and no lakes can put the fire out, I'm gonna raise the stakes, I'm gonna smoke you out.
Sainte eau, peux pas t'aider maintenant, Tu vois, je suis venue pour brûler ton royaume, Et pas de rivières et pas de lacs, Ne pourront éteindre le feu, Je vais vous montrer les enjeux, Je vais te fumer.
Seven devils all around you, Seven devils in your house, See I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done, Before the day is done.
Sept démons tous autour de moi, Sept démons dans ma maison, Vois-tu, ils étaient là, Quand je suis réveillée ce matin, Je serai morte avant que le jour soit fini.
And now all your love will be exorcised, And we will find your sayings to be paradox, And it's an even sum, It's a melody, It's a final cry, It's a symphony.
Et maintenant tout ton amour sera exorcisé, Et nous trouverons tes dires, Pour être un paradoxe, Et c'est même une somme, C'est une mélodie, Ce sont des pleurs finals, C'est une symphonie.
Seven devils all around you, Seven devils in your house, See I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done, Before the day is done.
Sept démons tous autour de moi, Sept démons dans ma maison, Vois-tu, ils étaient là, Quand je suis réveillée ce matin, Je serai morte avant que le jour soit fini.
They can keep me alive, 'Til I tear the walls, 'Til I slave your hearts, And they take your souls, What have we done ? Can it be undone? In the evil's heart, In the evil's soul.
Ils peuvent me tenir à haute, Jusqu'à ce que je déchire les murs, Jusqu'à ce que je enregistrer votre cœur, Et de prendre votre âme, Qu'avons-nous fait? Peut-elle être annulée? Au cœur de la perversité, Dans l'âme de la perversité.
Seven devils all around you, Seven devils in your house, See I was dead when I woke up this morning, I'll be dead before the day is done, Before the day is done.
Sept démons tous autour de moi, Sept démons dans ma maison, Vois-tu, ils étaient là, Quand je suis réveillée ce matin, Je serai morte avant que le jour soit fini.

    Blood avait avait troqué son costume habituel et son chapeau contre un long manteau noir, ou dessous se dissimulait grenades et autres surprises du genre. Lev quant à lui n’avait pas réellement changé, sauf peut-être le fait qu’il était vraiment – mais vraiment beaucoup – plus armé que d’habitude, et sa mine massacrante. Asamé elle n’avait pas bougé de devant sa fenêtre, et ce durant la majeure partie de l’après-midi, avant qu’un signal invisible mais impératif ne la fasse se sortir de sa presque transe et emprunta un blouson de moto au patron. Elle n’avait visiblement pas prit d’arme. Chacun s’affaira à sa tâche, et presque aucun des personnages cités ci-dessus n’échangèrent un mot, la jeune femme elle resta parfaitement silencieuse. Seulement, avant de partir, Blood s’était entretenu durant deux longues heures avec Asamé dans son bureau, suivant une demande très brève de l’intéressée. Lorsqu’ils en ressortirent, cela signalait leur départ, il était 20h.

    Blood invita chacune des personnes présentes de le suivre, ils traversèrent de nouveau la cave mais cette fois il actionna un levier (dont le mécanisme échappa à plus d’un dans la pièce) qui ouvrit un couloir à travers la roche. Ils s’engouffrèrent dans le passage miraculeux et après une vingtaine de mètres à marcher dans la quasi obscurité, le chef s’approcha du mur de l’impasse et fit reconnaître ses yeux et ses empreintes dans des détecteurs. Après un petit clic, tout le pan du dédale sembla disparaître et un immense garage apparût sous les yeux ébahis du reste de la petite troupe, qui n’avait pas été mise au parfum. La salle devait faire une bonne centaine de mètre de surface, un sol lisse, impeccable, et sur lequel reposait motos, voitures de collection, de course, bolides inimaginables et autres bijoux dont la vitesse dépassait de loin ce dont tout mortel pouvait rêver. Le Chapelier ne se soucia pas de la réaction de Keith et Sei devant ce Toy’s R us insoupçonné, et se dirigea vers l’établi sur lequel était suspendu les clés des différentes machines. Il en prit une, et après un vague signe de main vers celle-ci ajouta, impératif :

      « Uniquement des motos, je ne veux aucune rayures. »

    Son regard se déporta vers Keith, Sei et Lyle, avant de lever l’index.

      « Dernière chose, vous. Cet endroit n’existe pas. Clair ? »

    Il ne se donna même pas la peine de donner un signal de départ, les trois mousquetaires s’étaient déjà précipités vers ce qu’ils considéraient sûrement le Saint Graal. Après une pagaille et l’attribution de certains binômes (on ne pouvait pas tous se vanter d’avoir un permis moto, que voulez-vous), le Chapelier ouvrit une nouvelle salle pleine de casques en tout genre, là aussi, la ruée. Ils se rassemblèrent ensuite au milieu du garage, afin de terminer les préparatifs et, même si ce n’était pas réellement le moment, voir sur quel choix s’était porté les autres. Blood avait pris une moto très particulière, noire, très aérodynamique et visiblement extrêmement puissante. Sans avoir entendu, nous pouvions très facilement imaginer le rugissement du moteur déchirer l’atmosphère, cela n’augurait rien de bon à la cacophonie qu’il y aurait bientôt dans le lieu. Lev lui était doté d’une Suzuki très agressive, d’un rouge sombre rehaussé de noir, visiblement taillée pour des accélérations puissantes qui malgré son poids serait compensé par un impressionnant nombre de chevaux. Quant à Asamé, elle avait fait l’acquisition d’une demoiselle de course, taillée pour la vitesse, très ramassée, visiblement inconfortable mais dont les courbes et formes n’étaient pas sans rappeler celles de la jeune femme. Elle était noire, mais d’une couleur carbone matte.

    Après un bref signe de tête fait depuis sa moto, casque sur la tête, Blood abaissa sa visière opaque et fit rugir la bête mécanique et s’engagea, suivi de près par ses acolytes, dans une grande ouverture. Après avoir remonté une pente assez douce, ils déboulèrent dans la rue devant le Tea Party depuis une large ouverture dans le trottoir. La ville n’avait jamais semblé plus hostile au chef mafieux, et à chaque coin de rue, à chaque avenue, à chaque bout de chemin mal éclairé il ne pouvait s’empêcher de ressentir quelque chose au fond de son cœur, dans ses tripes. Il avait un mauvais pressentiment. Et plus particulièrement, il avait peur. Comment protéger ceux pour qui nous avons tout donné si nous avons peur ? Et plus important, comment les mener dans une bataille, dans une lutte ? C’est l’esprit tourmenté que Blood, arrivé devant les docs, coupa son moteur. Son casque retiré, toute sa nervosité sembla avoir disparue, laissant place à une sévérité relativement inconnue pour les autres. Son téléphone vibra. SMS. Entrepôt numéro 6, ils étaient juste devant. Après un dernier examen de ses troupes, tous se dirigèrent vers le bâtiment et entrèrent à l’intérieur.

    La porte claqua derrière eux, et un long courant glacé souffla dans leur nuque. Blood serra les dents. Ils n’y voyaient rien. Soudain, une voix s’éleva dans l’obscurité.

      « " Il était quatre hommes d'Hindoustan, aveugles et dans le noir, qui allèrent trouver l'éléphant, dans leur quête de savoir. Ainsi par l'observation, chacun pourrait juger de la bête la conformation pour s'en faire une idée.
      Le premier qui s'en approcha, le vaste flanc il toucha. Ferme et solide comme roc, mon Dieu, qu'il était dur ! L'aveugle en resta sous le choc, et dit dans un murmure : " M'est avis que cet éléphant-là ressemble fort à un mur " Le deuxième, quand vint son tour, saisit une défense, et s'écria sans détour: " N'en prenez pas offense,
      Mais aussi rond, lisse et pointu, il est clair à mes yeux que l'éléphant qu'on porte aux nues ressemble à un épieu "
      Quand le troisième s'avança, la trompe il attrapa. Entre ses mains elle remuait, se tordait dans tout sens, et lui aussitôt déclarait : " A voir cette danse, il m'apparaît clairement que cet éléphant ressemble fort à un serpent ! " Le quatrième ne fut pas en reste, et prit d'une main leste, la queue qui tout doux balancés, passait à sa portée. " Ah mes frères vous n'y voyez goutte car il n'y a aucun doute. Sur l'éléphant que l'on s'accorde, il ressemble à une corde ! " Les quatre savants de l'Hindoustan, disputèrent longtemps; Tous campaient sur leur position, certains d'avoir raison. Mais quelle était la vérité ? Chacun en tenait un bout, et sur le fond ils se trompaient, car ils ne savaient rien du tout. "
      Et vous messieurs dames, dans le noir, que voyez-vous ? »

    Il entendit des pas s’avancer, Blood ne savait pas d’où ils provenaient, ni quand est-ce que son interlocuteur arriverait à sa portée. Tout l’immense bâtiment semblait être un concentré d’échos qui se renvoyaient les uns vers les autres, et dont la provenance du bruit initial semblait indéterminable. Il braqua son arme droit devant lui, mais ne pouvant distinguer ce qu’il visait ni les parois des murs, qui dans ce genre de structures, pouvait très rapidement faire rebondir les balles et créer un véritable carnage. Il n’eut pas le temps de faire quelque chose d’autre, le canon froid d’une arme se colla sur son front. Si Blood n’avait pas été Blood, sûrement qu’il aurait fait une attaque, les paroles que prononcèrent son agresseur à quelques millimètres de son oreille dans un murmure, mais assez fort pour que chacun puisse l’entendre :

      « Car moi je vois tout. »

--------------------------------------
« Il n'y a qu'une façon de s'égaler aux dieux : il suffit d'être aussi cruel qu'eux. »
Revenir en haut Aller en bas
http://pretty-school.forumpro.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ephemeral.   Aujourd'hui à 7:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Ephemeral.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ L'extérieure, la ville ❞ :: Restaurants :: Salon de thé : Tea Party.-
Sauter vers: