Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dreams, sweet dreams. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Mer 10 Aoû - 18:45

Le ciel était bleu, d'un bleu incroyablement clair et à la limite de l'indescriptible, il n'était que 6h30 du matin, mais comme on était en plein été, le jour s'était déjà bien levé. Il faisait un peu frais pour une matinée d'été, la brise devait venir du Nord. La soleil faisait briller l'herbe, un peu mouillée par la rosée du matin, donnant une atmosphère presque magique au parc silencieux et complétement désert. Nanako n'avait presque pas dormit de la nuit, elle n'était vraiment pas habituée à vivre en communauté, avant, elle vivait dans un petit village regroupant au maximum une centaine d'habitant, et vivait presque seule dans une grande maison. Le changement était donc radical. Les bruits de la ville, les chambres voisines bruyantes, les surveillants passant dans les couloirs la nuit, il fallait qu'elle s'y habitue vite. Elle était donc sortit discrètement de l'internat vers 5h, et avait marché jusqu'à trouver le parc, où elle retrouvait un minimum l'atmosphère de la campagne où elle avait grandit. Elle s'était assoupie sur une couverture posée sur le sol, elle tenait un livre dans sa main droite, en effet elle avait commencé à lire mais n'avait pas tenu plus de quelques minutes avant de s'assoupir. Elle était encore vêtue d'un pyjama, elle n'avait pas vraiment pensé à s'habiller avant de sortir. C'était un petit ensemble en soie rose pâle et blanc composé d'un short et d'un T-shirt, elle avait juste une longue veste en laine grise par dessus. Dans son sommeil, Nana murmurait quelques mots, mais ce n'était pas assez audible pour qu'on puisse vraiment comprendre.

Dans son sommeil, elle repensait au passé. C'était un cauchemar, un abominable cauchemar. Elle pensait à l'accident, celui de sa mère. Elle se voyait à sa place, conduisant une petite voiture, avec un sentiment de calme, et la hâte de rentré au foyer pour retrouver son heureuse petite famille, mais elle avait aussi se sentiment étrange, comme si rien était normal, mais en se disant que ce n'était rien. Elle allumait la radio, poussait le son à son maximum, car c'était sa chanson préféré, elle allumait la climatisation aussi, car la chaleur était vraiment insupportable. Et puis cette odeur de cramé, abominable, de plus en plus forte, sans savoir d'où elle venait réellement.
Elle savait ce qui allait se passer, elle voyait le virage arriver, et elle savait que dans ce virage, un arbre en feu allait écraser la voiture, et elle avec, et ce moment se rapprochait de plus en plus, la panique était telle, qu'elle ne pensait même pas à freiner, elle savait de toute façon que c'était inévitable, que ça allait se passer comme ça et que rien n'en empêcherait le déroulement. Et voilà, le fameux virage, l'arbre en feux tombant sur la voiture. Elle se réveilla en sursaut. Essoufflée, et paniquée, elle regardait autour d'elle, s'assurant que c'était bien un rêve. Tant mieux, tout était normal. Elle se rallongeait, n'osant plus fermer les yeux, encore sous le choc. On commençait à entendre les voitures passer au loin, les gens partaient travailler, et surement que quelques personnes allaient passer dans le parc, et qu'il fallait qu'elle se lève, mais elle se sentait tellement mal, qu'elle avait vraiment des difficultés à bouger.

D'ailleurs, elle entendait des pas se rapprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Misao Kiyomizu
Farewell, Darling.

 Farewell, Darling.


:
Did you ever see an asparagus ?

Féminin Messages : 5031
Age : 21
Emploi/loisirs : Cher psychiatre adoré de tous. 8)
Humeur : *morte de rire XD* PCQ! Hein Kin' ? xD
Ici depuis le : 30/10/2008

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Psychologue/Couture&Piano.
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Mer 10 Aoû - 20:56

    Il y a des jours, comme ça, où l’insomnie vous atteint. Vous n’arrivez pas à dormir. Vous êtes seul dans votre lit, à songer à la vie. Comment est-ce que cela aurait-il été si… il n’y avait pas eut ceci, mais plutôt quelque chose comme cela ? Si vous n’étiez pas né « comme ça ». En cette nuit d’été légèrement glacée, c’était ce qui me trottait dans la tête. Et je n’arrivais pas à fermer l’œil. Toutes les cinq minutes, je regardais mon portable en me demandant quelle heure il pouvait bien être maintenant. Si le temps passait lentement qu’il ne le paraissait. Et c’était bien la dure vérité. Le cas. Il était tard et tôt à la fois. Cinq heure et quart du matin. Mais bon. A quoi bon essayer de dormir lorsque l’on sait que ce serait en vain ? …je me levais donc du lit, m’habillant de mes habits simples. Peut-être qu’une petite sortie en plein air me fatiguerait ? Je me contentais d’un jean légèrement serré et d’une chemise blanche avec par-dessus un pull noir col V. Puis, bien évidemment, mes lunettes noires. Je pris mes cigarettes, mon briquet et quelques chwings-gums et enfilai mes chaussures en cuir noir avant de partir de mon appartement, les clés de ma moto en main, et également de ma maison, au fin fond de ma poche. Je dévalais en silence les escaliers avant de me retrouver dehors. Je montais sur ma moto, allumant le contact, puis, je m’en allais, à grande vitesse.

    La question était maintenant « où aller ». Surtout car à une heure aussi tardive, à part les boîtes de nuit ET ENCORE les bars, il n’y avait rien d’ouvert. Et il faut dire, ces endroits ne me branchaient pas plus aujourd’hui. Je n’en avais pas envie. Il est vrai que je buvais beaucoup mais… en ce début de journée, où le soleil daigne enfin à doucement faire son apparition, je n’avais pas spécialement d’entrer dans une salle. M’enfermer. Mais plutôt de profiter de l’air. Je me dirigeais donc vers le parc central. C’était un endroit apaisant, et je ne risquais pas d’y rencontrer un chat, ce qui n’était pas plus mal pour fumer une bonne cigarette en paix. Au bout de cinq bonnes minutes, je m’arrêtais au parking. Les clés de ma moto rejoignirent les clés de ma maison dans ma poche. Puis, je m’avançais de ma marche élégante vers le parc. Je poussais le portail, et pénétrais à l’intérieur.

    J’allumais en quelques instants ma cigarette, pompant de l’air impur de cette dernière, la laissant traverser mes poumons avant de la rejeter. Je marchais à un rythme tempéré, regardant les arbres, les fleurs… J’aimais beaucoup la nature. C’était apaisant. Une magie que nous avait offert Dame Nature. Mais dont on ne prend plus le temps de s’occuper, bien malheureusement…Et c’est en me promenant que je me rendais compte que je n’étais vraisemblablement pas seul. Une jeune fille était allongée par terre. Semblait endormie. Je la regardais quelques instants, étant assez éloigné d’elle. Certes, c’était tout à fait banal. Dormir sur une couverture dans le parc… d’ailleurs, quelques secondes après, elle s’éveilla. En un sursaut. Etant très observateur, il me fallut peu de temps pour remarquer qu’elle paniquait. C’est alors que je me décidais de me rapprocher d’elle, à pas lents, de manière à ne pas trop la brusquer. Une fois face à elle, je lui fis un sourire neutre, tout en fumant. Je ne devais pas lui donner une image très chaleureuse, m’enfin bon… Je me décidais d’engager la conversation, comme je le faisais à tout le monde.

    « Beau levé du jour, n’est-ce pas ?... » Je remarquais enfin ma cigarette. « Oh, pardon, il est vrai qu’il n’est pas très poli de fumer devant une demoiselle. »

    C’est alors que j’éteignais ma cigarette non-terminée de mes doigts, aucun mal, ni rien. J’en avais l’habitude, et que je la rangeais dans ma boîte à cigarettes. A la place de cette dernière, je sortis de ma poche un mouchoir en tissu propre que je lui tendis.

    « Vous ne semblez pas dans de bonnes circonstances avec ces gouttes de sueur, je vous en prie, il est pour vous. » je souriais doucement.
    « J’espère ne pas vous avoir effrayée… mademoiselle… ? »


--------------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.viensflooderavecmoi.fr
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Mer 10 Aoû - 22:15

Entendant les pas se rapprocher, elle se décidait à ouvrir les yeux, redresser un peu la tête de manière à pouvoir apercevoir qui arrivait. Les yeux encore mal éveillés, sa vision était trouble et elle n'apercevait que la silhouette s'approchant d'elle, visiblement un homme, quoique bien mince. Enfin, ce n'est pas l'important. Elle essayait de vite reprendre ses esprits, elle ne voulait surtout pas que l'ont la voit comme ça, mais reposa la tête sur la sol, elle commençait à vraiment être fatiguée. Une odeur spéciale accompagnait la personne qui arrivait, une odeur de tabac, et c'est quand cette même personne commença à parler à Nana, qu'elle vu qu'une cigarette était coincé entre ses deux doigts, avant que l’étrange personnage posté devant elle l’éteigne simplement avec ses doigts.

Elle ne fit d'abord pas vraiment attention à ce que son interlocuteur lui disait, elle était plutôt occupée à remettre ses affaires en place et se relever. Elle pensait rapidement à la manière dont elle était habillée, ce n'était pas vraiment correcte pour se présenter devant une personne visiblement légèrement plus âgée, mais ça ne la tracassa pas plus que ça. Elle mit un marque page dans son livre, même si elle savait qu'elle ne le continuerait surement pas. Jusque là, elle avait plutôt snobé cet inconnu, qui continuait plus ou moins à lui parler, mais il lui tendit un mouchoir, ne pouvant refuser, elle tourna simplement la tête vers lui avec une mine boudeuse, attrapa le mouchoir et lui lança un simple regard en guise de remerciement. Elle le passa sur son visage doucement jusqu'à ce que celui-ci soit sec. Nana se releva en vitesse, tendit la main, et répondit par politesse.

« Nanako. »

Dès qu'elle pu, elle continua à ranger ses affaires dans un petit sac. Attrapa les deux bouts de la couverture et essaya tant bien de mal à replier la grande couverture sur laquelle elle était installée, elle eu du mal et mit quelques minutes mais réussit tout de même à plier cette satanée couverture, la rangea rapidement dans son sac à présent plein à craquer et se redressa à nouveau.

« Et vous ? Que je sache à qui rapporter ce mouchoir quand il sera propre. »

Le ton de sa voix était glacial, et on sentait que c'était seulement par respect qu'elle répondait à son interlocuteur, il avait beau être bien aimable, elle n'avait, au départ, eu nullement l'intention et l'envie de croiser quelqu'un ce matin.
Revenir en haut Aller en bas
Misao Kiyomizu
Farewell, Darling.

 Farewell, Darling.


:
Did you ever see an asparagus ?

Féminin Messages : 5031
Age : 21
Emploi/loisirs : Cher psychiatre adoré de tous. 8)
Humeur : *morte de rire XD* PCQ! Hein Kin' ? xD
Ici depuis le : 30/10/2008

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Psychologue/Couture&Piano.
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Mer 10 Aoû - 22:53

    Même si la nuit s’en va, une source de lumière prend forme, éveillant la ville entière, le soleil. En plein été, il était normal que les premiers rayons étaient éblouissants. Mes yeux bleus en prirent un coup. Le saviez-vous ? Les yeux bleus sont beaucoup plus sensibles à la lumière qu’est le soleil. Mes lunettes au bout du nez, je les remontais rapidement pour enfin pouvoir affronter la jeune fille comme je me devais. Je commençais à lui parler, elle me semblait bien étrange pour une enfant, rester ici, à une heure pareille. Et surtout… dormir dehors. A ce que je sache, il y avait pas mal de lycées dans les environs, mais bon… sans toit, je n’avais encore jamais vu ça. Alors peut-être qu’elle avait tout simplement envie de dormir dans le parc. Ce qui serait pas moins original je dois dire.

    En remontant mes lunettes, j’eus la chance de l’examiner un peu plus. Elle ne semblait pas bien grande, une silhouette fine, de longs cheveux que je présumais châtains, ayant plusieurs variances de teintes. Puis, la chose qui m’attira le plus, ses grands yeux marrons. Certes, la couleur était banale mais la taille donnait un certain charme enfantin à son visage. Puis… ses vêtements… je n’y laisserais aucun commentaire, après tout, moi aussi je n’étais pas dans une allure convenable, d’habitude, je mettais beaucoup plus de temps à me préparer, pour choisir mes vêtements. Je dirais… une demi-heure trois quarts d’heures. Certes, j’étais quelqu’un qui portait grande attention à son physique.

    La demoiselle sembla pas moins surprise et gênée qu’on la trouve dans cette posture, puisque, lorsqu’elle m’eut aperçue, elle se releva pour ranger immédiatement ses affaires. Il faut dire, je m’en fichais un peu. Elle avait bien le droit de faire ce qu’elle désirait après tout. Ce qui me gênait le plus, c’était de la voir dans cet état, en sueur, comme si elle avait rêvé de quelque chose de très pénible. Enfin, c’était ce que je présumais. L’instinct d’un psychologue j’imagine. Mais il faut dire, mon instinct se trompe très rarement. J’ai une certaine facilité a capté les émotions des gens… ce qui est bien dommage pour eux. Tout en lui parlant, je lui tendis un mouchoir que je gardais toujours en poche, détestant les mouchoirs en papier. De plus, c’était moi qui les cousaient… donc bon, autant utiliser les choses qu’on créait nous-même, non ? Elle le prit après quelques hésitations, et puis, d’un élan de gentillesse, elle finit par me répondre d’une voix particulièrement froide pour le petit bout qu’elle était.

    « Nanako. »

    Hum… Nanako… hehh… quand on y repense, son visage me disait quelque chose. Nanako… certainement une élève parmi tant d’autres de Pretty School. J’encrais son nom dans un coin de mon cerveau, tout en lui partageant un sourire neutre que beaucoup de gens avaient déjà entrevu. J’hossais doucement la tête du genre « Oui, j’ai compris le message, Nanako. » Elle m’avait tendu la main. Il faut dire que j’en avais perdu l’habitude. La bise ou bien une simple courbette me suffisait pour me présenter. Mais par la plus délicate des politesses, je pris sa main dans la mienne et lui serra doucement. Paume contre paume. Une fois le geste de salutation fait, je lâchais sa main, et elle reparti dans ses bagages. Elle commença a plier la couverture qui résidait au sol. …Elle comptait la faire rentrer dans son sac… ? Ah bah… apparemment oui. Avec difficulté, elle arriva à le fermer, et elle se redressa, en m’adressant à son tour la parole.

    « Et vous ? Que je sache à qui rapporter ce mouchoir quand il sera propre. »

    Je souriais doucement, sentant le sentiment d’obligation s’imposer. Mon sourire restait parfaitement neutre, sans émotion. En réalité, j’étais tout aussi froid qu’elle, mais me cachais derrière de belles paroles et des sourires neutres que certains pourraient qualifier de « charmeur ». Puis, par la même politesse, je lui répondis, tout en prenant compte de la gêne qui semblait la gagner.

    « Aucune importance pour mon nom. De toutes manières, nous n’allons certainement plus nous croiser n’est-ce pas Nanako ? Je vous ai tendu ce mouchoir tout en sachant que plus jamais je n’allais le revoir. Il est donc à vous, vous pourrez en faire ce que vous voudrez, j’en ai toute une réserve. »

    Avec tout le naturel du monde, j’avais répondu à sa question. Quoi que, ne pas me présenter aurait été certainement été trop direct pour une pauvre petite âme comme elle. Enfin, comme on dit : on ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Peut-être que pris d’un excés de rage, elle allait se défouler sur moi. Je n’en sais trop rien, et je m’en fichais totalement je dois dire… Tout en regardant son sac, je lui dis.

    « Vous allez repartir avec ce sac plein à craquer… ? Quoi que, vous êtes arrivée avec, ça doit être autant facile de repartir avec… »

    Plaçant mes mains dans les poches, je commençais à reprendre ma route. Après tout, je ne voulais pas la gêner davantage. Il faut dire, il est assez facile de lire sur le visage d’autrui quand on est un parasite ou pas. Je rallumais ma clope. Tout en jetant un regard vers elle.


    « En tous les cas, je vous souhaite bonne chance, jeune demoiselle. Bien que votre visage m’est famillier… on ne se serait pas déjà croisé quelque part… ? »


--------------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.viensflooderavecmoi.fr
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Jeu 11 Aoû - 0:23

Il semblait que cet étrange individu était très observateur, Nana avait remarqué qu'il avait passé quelques minutes à la regarder précisément, comme si il réussirait à apprendre des choses sur elle de cette manière. C'est assez étrange, enfin, rien d'important. Elle remarqua, qu'elle même n'avait pas vraiment fait attention à l'apparence de cette personne. Il avait de courts cheveux blonds, un beau visage plutôt simple, quoique un peu trop pâle, et des yeux d'un bleu étonnant. Quelqu'un d'assez particulier enfaite, autant au physique qu'à la manière d’être. Son sourire par exemple, enfin, si on peut appeler ça un sourire, un espèce de signe d'écoute, plus ou moins neutre.

Le fait que ce jeune homme soit un peu plus âgé qu'elle, avait un coté apaisant, et après ce cauchemar assez troublant, une présence lui faisait surement du bien, même si elle refusait catégoriquement de l'admettre. Un certain calme planait autour de cette personne, quelque chose de vraiment agréable.
Elle fut prise d'une soudain épuisement, enfaite, elle avait pas vraiment dormit cette nuit, entre l'internat pas vraiment silencieux, les bruits de la ville auxquels elle n'était pas du tout habituée et ce court moment, qui ne l'avait pas du tout aidé à se reposer. Elle bailla, soupira, puis tapa un peu sur ses vêtement pour enlever les quelques brins d'herbes qui s'étaient tout de même glisser sur elle, malgré la couverture. Elle ouvrit une petit poche de son sac et jeta un coup d’œil à son portable. Les cours commençaient dans environ une heure, mais à vrai dire, elle n'avait strictement aucune envie de s'y rendre, tant pis, elle irait plus tard, cet après-midi peut-être.

Ne savant pas trop comment s'y prendre, elle le remercia pour son mouchoir, mais le fait qu'il ne lui dévoile pas son nom la laissait perplexe, une simple question se posait dans son esprit : Pourquoi ? Elle ne voyait pas quel problème cela lui aurait posé de lui dire son nom. Et la manière dont il répondit à propos de son mouchoir aussi était très étrange. En une réponse, le personnage en face d'elle était devenu très intrigant.

« Oui, oui, ça ira, ne vous inquiétez pas.. »


Répondit-elle à propos de son sac. Certes, il était un peu gros, mais Nana avait un peu de force tout de même, plus qu'il ne paraissait par son physique et était capable de porter un sac, même encombrant sans trop de problèmes.

« En tous les cas, je vous souhaite bonne chance, jeune demoiselle. Bien que votre visage m’est famillier… on ne se serait pas déjà croisé quelque part… ? »


Elle essaya de se rappeler, non vraiment, quelqu'un comme ça lui serait resté en tête sans problèmes.

« Non, non je ne crois pas, du moins il ne me semble pas vous avoir déjà vu.. » Elle hésita à continuer, mais se lança, voyant qu'il semblait partir « Ceci dis, si vous présentiez peut-être que je pourrais me rappeler de quelque chose qui m’échapperait.. »
Revenir en haut Aller en bas
Misao Kiyomizu
Farewell, Darling.

 Farewell, Darling.


:
Did you ever see an asparagus ?

Féminin Messages : 5031
Age : 21
Emploi/loisirs : Cher psychiatre adoré de tous. 8)
Humeur : *morte de rire XD* PCQ! Hein Kin' ? xD
Ici depuis le : 30/10/2008

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Psychologue/Couture&Piano.
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Jeu 11 Aoû - 1:23

    Un gros sac pour une jeune fille aussi petite. Il y avait de quoi m’étonner je dois dire. Comme quoi, la force peut être donnée à n’importe qui lorsqu’elle est désirée. Mais la question me trottinait toujours : elle avait fugué ? Car… je ne sais pas mais son sac semblait rempli de choses multiples. Comme si elle partait pour un long et interminable voyage. Cette image me remplissait de respect, tout comme de pitié. Une jeune fille comme elle ne peut rester dehors, non ? Enfin, je ne sais pas, pour moi, cela semble logique. En regardant d’un peu plus prêt ma montre, il me semblait qu’en plus l’heure des cours n’allait pas tarder… donc bon… M’enfin, si elle n’y va pas, à son âge, c’est qu’elle doit avoir ses raisons, j’ai beau être un adulte, ce n’est pas pour autant que je vais lui faire la morale. Elle a le droit. Et puis… je ne suis même pas censé « savoir » son âge. Si ça se trouve, elle est beaucoup plus jeune ou plus âgée que je ne le pense. Mais vu son caractère, je pense qu’elle doit tourner autour des seize/dix-sept ans…

    Il est vrai que la couleur de ses cheveux m’avait assez fasciné. Il était rare de croiser ici des châtains ou même des blonds comme moi. Du moins, de nature. Vu son visage, qui s’accorde à la perfection à ses cheveux, et la couleur peu luisante, j’imagine qu’elle ne pouvait qu’être la véritable couleur de sa chevelure. J’avais également remarqué qu’elle avait fouillé dans son sac, sortant par la suite son portable. Il est vrai que les jeunes n’avaient plus tendance à porter de montre, préférant leur portable. Moi… j’ai toujours trouvé la montre simple et efficace. Un accessoire parmi tant d’autres… et pourtant, par exemple, lors des examens, elle s’avère très utile. Certes, par la suite, je ne put m’empêcher de lui faire une remarque sur son gros sac que je trouvais… fort encombrant je dois dire…

    « Vous allez repartir avec ce sac plein à craquer… ? Quoi que, vous êtes arrivée avec, ça doit être autant facile de repartir avec… »

    Il est vrai qu’elle était arrivée ici avec lui. Donc bon. Au fond, j’avais tout de même une pointe d’inquiétude pour elle. De plus, elle semblait énormément fatiguée. Je l’avais remarqué en la voyant bailler il y a quelques minutes. Elle semblait à son tour intriguée. Certainement par ce que je venais de lui dire. Ou peut-être mon impolitesse qui était à la fois réaliste et polie. C’était assez amusant. J’avais toujours aimé joué avec les mots. C’était quelque chose que je maniais assez aisément, pour le grand malheur des autres. Retourner les questions contre l’adversaire était quelque chose d’assez simple pour moi… En tous les cas, elle répondit à mon inquiétude mal formulée par une réponse qui m’aurait belle et bien apaisé.

    « Oui, oui, ça ira, ne vous inquiétez pas.. »

    En temps normal je dois dire. Car bon, la demoiselle semblait complètement morte de fatigue. Peut-être qu’au bout d’un moment, elle tomberait dans les pommes. C’était pour cela que je m’inquiétais. Mais bon… ne voulant point la déranger, je décidais de commencer à partir, tout en rallumant ma clope de mon briquet rayé noir et blanc. Après quelques pas, je me dis qu’il fallait au moins, avant que je ne parte, que j’éclaircisse ma lanterne au sujet de la demoiselle. J’étais presque sûr de l’avoir rencontré dans l’établissement, mais quand que je n’en étais pas à cent pour cent certain, je préférais ne rien dire sur le sujet, me contentant de simples questions… c’est mieux ainsi.

    « En tous les cas, je vous souhaite bonne chance, jeune demoiselle. Bien que votre visage m’est familier… on ne se serait pas déjà croisé quelque part… ? »

    C’était réellement une question qui me tenait à cœur, vu le tourment qu’elle me causait. Ce qui me gênait terriblement. Ne pas me souvenir de quelque chose était en général quelque chose qui me tapait sur le système, pour ne pas être vulgaire. Et pour mon plus grand plaisir, la demoiselle répondit assez rapidement.

    « Non, non je ne crois pas, du moins il ne me semble pas vous avoir déjà vu.. »

    Hum… c’est donc ce que je pensais, on ne s’était donc jamais rencontré auparavant. Je lui adressais un sourire neutre, plissant doucement les yeux, puis, reparti dans ma marche, fumant doucement ma cigarette déjà entamée. Du moins, jusqu’à ce que m’interpelle à nouveau…

    « Ceci dis, si vous présentiez peut-être que je pourrais me rappeler de quelque chose qui m’échapperait.. »

    Je m’arrêtais, me retournant vers elle. J’étais non loin d’un banc. Je m’assis sur celui-ci, avant de lui répondre sagement.

    « Vous me semblez fatiguée. Vous devriez peut-être vous asseoir. Ce n’est pas très bon de faire trop d’efforts vous savez. »

    J’attendis quelques instants, tapotant la place qui se trouvait à côté de moi. On pourrait croire que je l’avais totalement ignorée, mais en fait… non, pas vraiment. Ce n’était pas mon but. Mais la savoir fatiguée et debout me rendait mal à l’aise. De mon air vide, je finis par lui répondre.

    « Je ne pense pas que mon nom vous en dira plus… mais bon, si ça vous tient à cœur. Je m’appelle Misao. » lui dis-je d’une manière totalement neutre.
    « Si je puis me permettre. Vous êtes lycéenne n’est-ce pas ? »


--------------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.viensflooderavecmoi.fr
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Jeu 11 Aoû - 14:04

Le soleil était maintenant assez haut pour que ses rayons arrivent dans le parc, jusque là, ils atteignaient juste les toits des maisons et autres bâtiments de la ville mais enfin on pouvait sentir le chaud soleil d'été réchauffer un peu nos peaux, glacés par cette nuit bien fraiche. Elle plissa légèrement les yeux, le soleil les aveuglaient alors qu'ils étaient encore un peu endormis, elle se décala alors d'un pas, pour se mettre à l'ombre, même si elle regrettait de ne pas rester au soleil et profiter de son agréable chaleur matinale, c'est vrai quoi, c'est le seul moment de la journée où celui-ci n'est pas désagréable étant donné qu'il n'est pas encore trop chaud à cette heure-ci.

« Oui, oui, ça ira, ne vous inquiétez pas.. »

C'est ce que Nana avait répondu lorsque son interlocuteur semblait s’inquiéter pour la taille de son sac. C'est vrai qu'elle n'était pas bien grande, et aux apparences plutôt faible et fragile, mais son physique était bien trompeur, sa force étonnait souvent bien du monde. Non pas qu'elle soit incroyable, ou surhumaine, non, pas mal de personnes avait cette même force, c'est surtout qu'elle était bien disproportionné par rapport à son corps.
Et ce n'était pas le poids du sac le vrai problème, c'était plutôt le fait qu'il était vraiment encombrant vu qu'il contenait la couverture sur laquelle elle s'était étalé il y quelques minutes de ça.

L'inconnu avait commencé à repartir, il était redescendu sur le chemin qui faisait le tour du parc et longeait le petit étang ou flottait calmement quelques canards. Il s'était aussi rallumé un cigarette, laissant revenir l'odeur plutôt désagréables aux narines de Nanako. Fumer après, à quoi cela sert-il ? Dépenser de l'argent pour pas grand chose en définitive. Oui, certes, on devient vite accro, mais dans ce cas, est l’intérêt de commencer un jour ? Pour elle, ce n'était qu'une stupide perte d'argent. Enfin, elle ne portait pas de jugement personnel sur ceux qui fumait, juste sur le concept lui même du tabac.

C'est lorsque qu'elle l'interpella, lui demandant de se présenter, il se décida à se retourner, et aller s'assoir sur un banc, sans répondre immédiatement, lui conseillant seulement de s'assoir, voyant qu'elle était fatigué, insistant légèrement en tapotant la place à coté de lui. Sans broncher, mais gardant une mine boudeuse elle s'approcha, posa son sac à coté du banc et prit place à coté de lui. Il n'avait toujours pas répondu à sa question, elle patienta quelques minutes et il finit enfin par répondre. Misao, non vraiment, ce nom ne lui disait rien.

« Si je puis me permettre. Vous êtes lycéenne n’est-ce pas ? »

Elle ne répondit pas immédiatement, encore occupée à chercher dans les moindres recoins de sa tête si elle connaissait un Misao. Non, vraiment rien. Elle se décida donc à répondre, plutôt sèchement.

« En effet, oui. » Puis continua sa phrase, au ton qu'elle employait, on aurait pu penser que c'était par pur politesse mais non, ce personnage l'intriguait réellement. « Et vous, que faites vous dans la vie ? »

Elle n'était pas très adroite dans sa manière de parler. Mais après tout, ce n'était pas très grave. Elle se frotta légèrement la tête et se mit à fixer de ses grand yeux marron son interlocuteur, elle savait que de cette manière, elle aurait surement une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Misao Kiyomizu
Farewell, Darling.

 Farewell, Darling.


:
Did you ever see an asparagus ?

Féminin Messages : 5031
Age : 21
Emploi/loisirs : Cher psychiatre adoré de tous. 8)
Humeur : *morte de rire XD* PCQ! Hein Kin' ? xD
Ici depuis le : 30/10/2008

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Psychologue/Couture&Piano.
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Jeu 11 Aoû - 21:14

    Si on comptait les jours, si on s’amusait à décrire notre journée en un dessin… à quoi ressemblerait ma vie ? Des oreilles, un bloc-note, un piano, une game-boy et pour finir… un cœur. C’est aussi simple que ça. C’est une question assez simple mais… dite comme ça, qui aurait pût paraître infiniment difficile. Des fois, on fait tellement de choses dans la journée, qu’il en est difficile de tout rédiger en un gribouillis. Et lorsque l’on désire oublier, il suffirait simplement de tout jeter au feu. Ils servaient simplement de mémo. C’est une manière simple de s’exprimer, mais des fois, il est difficile pour les autres d’en comprendre le contenu. Un dessin peu paraître trop vague… Mais ainsi, il est simple pour un humain de créer des mots clés secrets. Que seul lui pourrait être apte à comprendre…

    Se balader dans un parc à cinq heures et demi du matin. Qui aurait eut une idée aussi débile ? Qui aurait aimé faire pareil dans un jour où les heures se comptent ? Où le sommeil est aussi important ? Se reposer. En rentrant, tout le monde pense à ça. Ou bien à faire la fête, mais au final, ça en résumerait à la même : le sommeil est obligatoire à toute vie. La demoiselle qui s’était trouvée en face de moi, semblait bien manquer de sommeil, ça en crevait les yeux. De plus, son mauvais cauchemar avait dût la fatiguer davantage. Je comprends parfaitement cet état d’esprit. De plus, lorsque l’on est seul, il est bien plus difficile d’affronter ce qui nous a effrayé pendant le sommeil. Cependant, je m’éloignais petit à petit, trouvant ma présence à son égard un peu gênante et embêtante. Mais d’une manière ou d’une autre, la demoiselle se prénommant Nanako semblait revenir vers moi. En répondant à mes questions, pour finalement, retomber sur la question de départ : Le comment je m’appelais. Comme quoi, finalement, connaître mon nom l’intéressait en quelques sortes.

    Avant de répondre à sa question, je décidais de m’asseoir sur un banc qui se trouvait à proximité tout en lui proposant de s’asseoir à mes côtés vu son état critique de sommeil. Adoptant une mine boudeuse et totalement adorable, elle se résigna à me rejoindre tout en récupérant son gros sac encombrant, le posant à côté du banc avant de s’asseoir. Il est vrai que je ne lui avais pas encore dit mon prenant. Voyant la patience de la demoiselle se dégrader, je me décidais enfin à me dévoiler. Elle fit mine de réfléchir, et moi, je continuais de mon sourire neutre à la questionner.

    « Si je puis me permettre. Vous êtes lycéenne n’est-ce pas ? »

    Toujours plongée dans ses pensées, elle ne répondit pas pour le moment. J’en profitais pour fumer quelques bouchées de ma cigarette avant de la ranger à nouveau. Je préférais ne pas fumer à ses côtés. Car un fumeur peut contaminer un autre fumeur. Ce serait bête qu’elle attrape une belle maladie alors que moi non. Si quelque chose devait m’arriver, que je sois le seul touché serait préférable.

    « En effet, oui. »

    Ma constatation reprenait forme petit à petit. Ma vision semblait jusqu’ici correcte. Le fait qu’elle soit une élève de Pretty School me semblait de plus en plus logique. De plus, moi qui déteste perdre et adore deviner… c’était quelque chose pour moi. Elle poursuivit, certainement intriguée par le personnage que j’étais.

    « Et vous, que faites vous dans la vie ? »

    Cela prenait presque l’aspect d’un jeu pour voir. Faire deviner qui j’étais aux autres, les faire patienter. Lamenter. Cela ne pouvait qu’être que mieux. Ce n’était pas spécialement méchant, mais cela me plaisait en quelques sortes. Tout en passant mes mains fines dans mes cheveux blonds, regardant maladroitement le ciel, je finis par lui répondre après quelques secondes de répit.

    « Ce que je fais dans la vie ?... » Je souriais doucement, gardant une part d’insensibilité. « Je ne sais pas trop quoi vous répondre. Mais entre autres, j’aurais pût me lancer dans une carrière musicale, mais finalement, je finis par écouter les autres… »

    Je lâchais quelques instants le ciel pour lancer mon regard de braise sur la jeune fille qui se trouvait à quelques centimètres de moi. Mon visage pâle reflétant parfaitement mon côté français. Je lui dis, modifiant mon ton neutre par quelque chose de certes… plus enjoué je dirais…

    « Vous savez, cela est passionnant d’écouter les autres. Aucun point de vue n’est similaire. Aucune personne n’ est pareille. On ne s’ennuie jamais. C’est pour cela que j’aime faire de nouvelles rencontres… » Je souriais doucement. « Un peu comme vous. »

    Pour moi, mon métier était quelque chose d’exceptionnel. Avoir la chance de rencontrer diverses personnes, de les écouter comme si vous étiez quelqu’un de proche pour ensuite pouvoir les aider… c’était tout simplement un rêve. Quoi que, j’aurais tout autant aimé me plonger dans la musique. Ayant l’oreille musicale et une mère pianiste, cela aurait été facile pour moi. …Beaucoup trop facile même. C’est peut-être pour cela que je me suis dirigé vers un autre but. Ne pas faire d’effort pour avoir ce que l’on veut n’était pas fait pour moi. En pensant à cela, je finis par lui demander.


    « D’ailleurs, que pensez-vous de la musique ? »


--------------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.viensflooderavecmoi.fr
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Jeu 11 Aoû - 23:16

Les minutes passaient peu à peu, et pourtant le parc restait d'un calme incroyable. Certes, on entendait, au loin, la ville s'éveiller, les klaxons, les chantiers, le bruit des moteurs démarrant et des véhicules passant sur la route principale, ce qui était tout à fait normal, et banal, il fallait bien que les gens se lèvent et partent travailler si ils voulaient pouvoir espérer ramener quelque chose pour nourrir la famille, et vivre dans un confort minimum, mais malgré ses bruits parasites, les seuls provenant de cet espace vert était le bruit des feuilles, bougeant légèrement, poussées par la bise, l'eau qui s'agitait parfois quand un poisson décidait de se rapprocher de la surface, et les oiseaux qui, fièrement, chantaient le retour du soleil après une nuit passée dans la pénombre. Autant dire que c'était vraiment très agréable de passer un moment ici, à cette heure-ci, plus tard les gardiennes d'enfants allaient venir les lâcher ici, et il sera strictement impossible d’être tranquille. Un enfant ne connait pas encore l'agréable sensation de calme que peut procurer un atmosphère comme celle-ci, et ne se gène donc pas pour la gâcher.

Cette simple réflexion déprimait un peu Nanako qui soupirait discrètement. Savoir que cette agréable ambiance serait bientôt gâchée n'était pas une pensée très réjouissante, enfin, ce n'était pas le plus important. Elle attendit la réponse de Misao, impatiente.

« Je ne sais pas trop quoi vous répondre. Mais entre autres, j’aurais pût me lancer dans une carrière musicale, mais finalement, je finis par écouter les autres… »

Le regard qu'il dirigea vers elle à se moment là était incroyable, et très impressionnant, il aurait pu mettre mal à l'aise bien des personnes par sa confiance, mais avec sa personnalité, il en fallait bien plus à Nana. Elle resta sûre d'elle, hermétique à l'expression des yeux du jeune homme.
Ce qui la laissa perplexe c'est sa réponse. Était-il vraiment incapable de répondre simplement à une question, sans embrouiller le tout avec des réponses dignes d'un film ? Il aurait pu répondre simplement qu'il travaillait dans la psychologie, qu'il était Psychiatre, Psychothérapeute où encore Psychologue. Enfin c'est ce qu'elle supposait, d'après la description, elle ne voyait que cette branche de métiers. Ceci expliquait surement la manière dont elle se sentait observée.

« Vous savez, cela est passionnant d’écouter les autres. Aucun point de vue n’est similaire. Aucune personne n’ est pareille. On ne s’ennuie jamais. C’est pour cela que j’aime faire de nouvelles rencontres… »


Il était évident qu'il était vraiment intéressé par son travail. Quelqu'un qui allait travailler seulement pour gagner de l'argent n'en parlerait pas comme cela. On sentait réellement que son métier lui tenait à cœur. Cela faisait presque plaisir, d'enfin voir quelqu'un passionné par ce qu'il faisait, c'était de plus en plus rare de nos jours. Il décrocha enfin un sourire, paraissant plus sincère et spontané que les précédents.

« Un peu comme vous. »

Comme elle ? Nanako ne se voyait pas comme quelqu'un d’intéressant, plutôt comme une personne banale, ayant pris un peu de caractère à cause de certaines difficultés de la vie. Rien d'exceptionnel. Il n'avait visiblement pas finit de parler, car il reprit la paroles après quelques secondes.

« D’ailleurs, que pensez-vous de la musique ? »

La musique ? Quelle question, bien sûr qu'elle aimait la musique ! A ses yeux c'était un échappatoire à la monotonie du quotidien, un doux remède aux chagrins, à l'ennui et à la solitude. La musique permet à chacun de se définir en quelque sorte, de se défouler aussi, de se calmer, de passer par différentes émotions, la joie, l'excitation, ou encore la tristesse. Elle permet d'ancrer des souvenirs aussi bien agréables que pesants. Certaines musiques remmènent en arrière et permettent de se replonger pendant quelques minutes dans une période passée de notre vie. Vraiment, elle aurait pu qualifié ça de vivant. A ses yeux la musique était vivante, en chacun de nous. Elle même chantait, d'une sublime voix d'ailleurs. Mais n'aimant pas attirer l'attention sur elle, elle ne chantait pas en public. Non pas par timidité, mais par désintérêt.
En fin de compte, elle se contenta de répondre :

« D'après moi, c'est le plus beau moyen de s'exprimer.. »

Dit-elle le regard mature, et un léger sourire au bout des lèvres. Tellement léger que presque invisible d'ailleurs. Certes Nana n'avait pas une apparence de jeune femme, mais plutôt de fillette, ses mimiques, elles aussi s'apparentaient plutôt à celles des enfants, son regards, ses yeux, tout trompait le fait que sa manière de penser, elle, était bien celle d'une jeune fille de son âge, voir parfois, bien moins superficielle et mature que cela. C'est vrai qu'à 17ans, on avait tendance à beaucoup penser aux garçons et à s'amuser, mais elle, elle avait un regard plus sérieux, et sans doute plus adulte que ça sur la vie.

Elle n'était pas du tout bavarde, mais au fond, la personne qui se tenait assise en face d'elle semblait tellement intéressante qu'elle mourrait d'envie d'en apprendre plus. Ce n'était pas tout les jours que l'ont croisait des gens comme lui, semblant sortir tout droit d'une série. Elle soupira, ne sachant pas trop comment s'y prendre, c'était rare qu'elle daigne s’intéresser à quelqu'un. Elle relança donc le sujet en disant simplement :

« Vous parliez d'une carrière musicale.. Mais dans quel genre, enfin quel domaine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Misao Kiyomizu
Farewell, Darling.

 Farewell, Darling.


:
Did you ever see an asparagus ?

Féminin Messages : 5031
Age : 21
Emploi/loisirs : Cher psychiatre adoré de tous. 8)
Humeur : *morte de rire XD* PCQ! Hein Kin' ? xD
Ici depuis le : 30/10/2008

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Psychologue/Couture&Piano.
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Ven 12 Aoû - 2:34

    « D’ailleurs, que pensez-vous de la musique ? »

    Il faut dire que c’était une question réellement basique mais qui pouvait en dévoiler gros sur une personne. Les goûts sont différents. Quelqu’un pourrait vous répondre « Oh, wesh moi j’adore le rap », tout comme un autre « j’en suis très sensible ». Vous ne savez pas à quel point une seule réponse peut en dire gros sur la personne. Les questions… on aurait rien eut si elles ne seraient pas intervenues. Pas de maison, ni de président ou quoi que ce soit d’autres. Elles sont la source d’inspiration même de l’être humain. Le bien dans ce monde. Alors… pourquoi s’empêcher de les poser ? Certes, parfois elles pourraient être indiscrètes, et là, il faudrait s’abstenir, ou bien, la reformuler d’une manière plus implicite. M’enfin, tout cela pour dire qu’une question mène à une existence même, et même parfois à créer un nouveau lien entre deux personnes. C’est complètement fou…

    La musique… c’était une grande histoire entre elle et moi. Depuis que je suis petit, je touchais aux touches du piano pour m’amuser, et je commençais doucement à me prendre au jeu, et au bout de trois bonnes années, je réussis a jouer parfaitement du piano, et ce sans grande difficulté, et a jouer d’innombrables partitions. J’étais ce que l’on pouvait appeler… un prodige. Ma mère pianiste avait toujours voulu que je suive ses traces et me perfectionnait comme elle le pouvait, tout en sachant que j’étais déjà prêt pour le monde des artistes. On m’applaudissait, je n’avais plus besoin de professeur. Je n’avais plus qu’à… m’amuser en fricottant les touches du piano…

    Cette question sembla la plonger dans une longue réflexion. Oui… c’est exactement ce que j’attendais. Une réponse remplie de réflexion et de sentiment. Quelque chose qui vienne du cœur… de profond et censé. Pas lancé à la va-vite. La musique demande beaucoup de temps avant d’être ressenti et comprise. Il faut pas mal de temps aussi pour savoir en pleurer… l’expression des sentiments est d’autant plus difficile, alors bon…

    Pour moi… la musique était à la base un moyen d’amusement, de divertissement. Un jeu que personne d’autre ne pouvait égaler. Au départ, c’était l’image que j’avais de mon beau piano. Puis… au fur à mesure du temps, je ne voyais plus la chose comme telle, mais plutôt comme un moyen d’évasion. S’enfermant dans son propre monde. Un peu comme un rêve éveillé. Puis, également un moyen de transmettre ses sentiments à travers des notes. Un sol, un do, un ré, puis une gamme tout entière. La beauté d’une personne se trouve bien souvent dans sa manière de jouer ou bien ses compositions. Je regardais la jeune fille que je venais de rencontrer rêver de la question que je lui avais posée.

    « D'après moi, c'est le plus beau moyen de s'exprimer.. »

    Je souris rapidement à cette réponse que je trouvais totalement vraie. Elle avait cela avec un tel naturel qu’il n’était même pas question de se demander si elle le pensait vraiment ou pas. Cela se voyait. De plus, je vis sur ses lèvres un micro-sourire se dessiner. Scène assez touchante puisqu’elle ne semblait pas être le genre de fille qui montre ses sentiments d’une facilité incongrue. Ce qui était un joli spectacle. Les sourires pouvaient se défaire si facilement chez l’un, et plus difficilement chez les autres. M’étirant doucement, je finis par lui dire d’une manière tout aussi spontanée qu’elle semblait l’avoir fait quelques secondes auparavant.

    « Vous savez, votre sourire est tout autant un beau moyen d’expression… »

    La musique est un moyen, le visage un autre. Des imitations au naturel, tout est présent dans les deux domaines. Qui nous atteignent tout autant de leur propre manière… Avant que je ne puisse penser autre chose, Nanako poursuit en me posant une nouvelle question… prouvant son intéressement.

    « Vous parliez d'une carrière musicale.. Mais dans quel genre, enfin quel domaine ? »

    Ah bah tiens… il est vrai que je ne lui avais pas parlé de « ma carrière musicale ». En quelques sortes, la chose dont je suis le plus doué avant même la psychologie je dois vous avouer… La chose qui aurait dût être mon destin, mais que j’ai fini par totalement renverser… pour le plus grand regret de ma mère qui m’avait déjà réservée une place à ses côtés. Qui m’avait promis un avenir prodigieux, des plus merveilleux aux milieux des plus belles étoiles…

    « Ah… dans quel domaine… ? Disons que tout d’abord, je joue de beaucoup d’instruments. De la guitare, du shamisen, de la flûte traversière… du moins, ce sont ceux que j’ai appris par moi-même. Sinon, mon meilleur ami est le piano. J’en joue depuis que j’ai trois ans. Ma mère est une pianiste… je joue généralement un peu de tout… » Je pris une légère pause.
    « Et vous ? Vous ne semblez pas indifférente à la musique. Se pourrait-il que vous jouiez d’un quelconque instrument ? Ou quelque chose de relater… ? »


--------------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.viensflooderavecmoi.fr
Nanako Theï
Petite pluie



Féminin Messages : 59
Age : 22
Ici depuis le : 09/08/2011

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : 3ème année
Liens:
MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Ven 12 Aoû - 23:22

Il y a des jours comme celui-ci où l'on avait rien envie de faire, seulement de profiter de le journée comme bon nous semblait. Où la flemmardise prend le dessus sur toutes les obligations et où la seule chose que l'ont veut faire c'est flâner, sans s'occuper de rien. Aujourd'hui, Nana était dans cet état d'esprit, c'est surement pour ça qu'elle avait décider de ne pas aller en cours. Et puis à vrai dire, les cours l'ennuyait. C'est quelque peu normal, rester assise une heure sur une faire, à griffonner du papier est rarement l'occupation préféré des jeunes. En plus de ça, elle passait un bon moment ici, à discuter avec ce jeune homme.

« D'après moi, c'est le plus beau moyen de s'exprimer.. »

C'est ce qu'elle avait répondu quand celui-ci lui demandait son avis sur la musique. C'est vrai, après tout, c'est réellement ce qu'elle pensait. D'ailleurs cette pensée lui décrochait un sourire discret. Enfin les capacités d'observation du jeune se révélèrent bel et bien incroyable, car il le remarqua.

« Vous savez, votre sourire est tout autant un beau moyen d’expression… »


Nana adopta un air intrigué. Enfin, c'était quoi cette réplique ? Très belle phrase, il n'y a pas de problèmes là dessus, mais elle trouvait ça étrange.
Son sourire, oui il était joli, bien qu’éphémère mais surtout, il était sincère. Elle ne souriait pas pour montrer son écoute ou pour faire plaisir aux genre, non quand elle souriait, c'est qu'il y avait une réelle raison à cela. D'un autre coté, elle fût gêné que Misao remarque ça. C'est vraiment stupide mais pour elle détestait montrer ses sentiments, les gens n'avaient pas besoin de savoir si allait bien, mal, sur elle était heureuse ou n'importe quoi. C'était inutile. En plus pour elle, les sentiments, les émotions, c'était comme une faiblesse. Oui, son esprit était un peu tordu..


« Vous parliez d'une carrière musicale.. Mais dans quel genre, enfin quel domaine ? »

Elle portait à présent un certain intérêt vis à vis de cette personne. C'est vrai que quelqu'un ayant l'air de tant aimer la musique, de tant s'y intéresser, ne pouvait être que quelqu'un d’intéressant. Enfin, c'est ce qu'elle supposait du moins. Et puis sa manière d’être, sa manière de parler, il y avait quelque chose de presque fascinant là dedans.


« Ah… dans quel domaine… ? Disons que tout d’abord, je joue de beaucoup d’instruments. De la guitare, du shamisen, de la flûte traversière… du moins, ce sont ceux que j’ai appris par moi-même. Sinon, mon meilleur ami est le piano. J’en joue depuis que j’ai trois ans. Ma mère est une pianiste… je joue généralement un peu de tout… »

Whaa.. C'était plutôt impressionnant. On sentait le grand musicien derrière ces paroles.. Et puis le piano, surement le plus bel instrument aux yeux de Nana. Ce son qui pouvait être doux ou puissant, vraiment c'était, elle pense, l'instrument qui offrait le plus de liberté, mais aussi, celui qui demandait surement le plus de capacité et de patience. Pour apprendre à en jouer, il fallait connaitre parfaitement l'instrument, savoir exactement quel son ferait telle ou telle touche, et avec quelles autres touches il s'accorderait, de quelle manière appuyer sur la touche. Vraiment, c'était très dur d'apprendre à en jouer, elle savait de quoi elle parlait, petite elle avait essayé d'en jouer. Mais seulement essayé hein, parce que les seuls petites mélodies qu'elle réussit à jouer, étaient des petites comptines traditionnelles simples comme tout à jouer. Elle n'était visiblement pas du tout douée pour ça, et avait très vite abandonné. Après un court instant de pause, le jeune homme reprit :

« Et vous ? Vous ne semblez pas indifférente à la musique. Se pourrait-il que vous jouiez d’un quelconque instrument ? Ou quelque chose de relater… ? »

Oh bien sûr, elle chantait, divinement bien d'ailleurs, quand elle était enfant, ses parents adorait la faire chanter, ils lui apprenait de jolies et douces chansons, s'accordant parfaitement avec son timbre de voix. Ils étaient très fiers d'elle, et lui répétaient souvent. Elle ne connaissait pourtant pas de de techniques de chant, elle n'avait jamais vraiment prit de cours, elle avait simplement une belle voix. Certains étaient doués pour le dessin, d'autre pour le piano, elle, elle chantait bien. Mais comme souvent elle se contenta d'une réponse simple.

« Euh.. Il m'arrive de chanter, mais rien d’exceptionnel. »

Et c'est ce qu'elle pensait, vraiment.
Un petit bruit se fit entendre. C'était simplement son ventre qui lui rappelait qu'il était l'heure de petit-déjeuner. Elle attrapa alors son sac, et en sortit d'abord une barre de céréale aux fruits rouges, puis tourna la tête vers Misao et par un magnifique élan de gentillesse, en sortit une deuxième, qu'elle tendit vers celui-ci, sans un mot, ni même un sourire, juste par respect, et peut-être un soupçon de générosité dû à se bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dreams, sweet dreams. [Libre]   Aujourd'hui à 5:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Dreams, sweet dreams. [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ? ? Sweet Dreams [Sacha] [x]
» [1750] sweet dreams[Adrix]
» Sweet dreams are made of you ? Dalia
» Sweet dreams always burn - Alpina Docharty
» (Tear) sweet dreams are made of this.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ L'extérieure, la ville ❞ :: Parc-
Sauter vers: