Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yoshimo Isatae
Tsunami



Masculin Messages : 173
Age : 26
Emploi/loisirs : heu...voilà quoi! C'est bien non?
Humeur : Bonne
Ici depuis le : 22/12/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Faire souffrir! ¤_¤
Liens:
MessageSujet: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Lun 17 Jan - 13:38

La journée avait était clémente, oui en ce jour le soleil avait décidé de laisser ses rayons chaleureux se poser sur Pretty School… La poisse, si il y avait bien une chose qui énerver « Le Démon » c’était bien ses petites choses qui donner joie et bonne humeur aux autres élèves. Lui sa le dégoûter, l’agasses, non décidément tant de joie qu’on lui éclaboussait au visage, il ne pouvait le supportait. Cette journée serait donc sous le signe de la noirceur, à parler à son ami Yuss’kan vue que Sel’ssiss n’avait pas montrer le bout de son nez et cela déplaisez pas mal à Yoshimo même si Yuss’kan en était des plus ravit. Pour couronner le tout il n’arrivait pas à trouver sa sœur, Shizume était introuvable, ce qui inquiéter notre jeune homme au plus haut point. Si quelqu’un avait osé la toucher il finirai égorger ou la jugulaire arracher avec les dents. Quoi ? Cela vous étonne ? Il ne faut pas, ainsi est Yoshimo, violent, agressif, sadique, malsain et bien d’autre adjectif peuvent qualifié ce qu’il est. Pour une fois il c’était rendu en cour mais contrairement à ce que l’on aurait pu pensé les professeurs n’en était pas du tout arriver à sauter de joie, au contraire.

Les cours du matin c’était passer dans une certaine tension, les professeur évitant soigneusement le regard noir que Yoshimo avait, à sa tête ils savaient tous qu’il ne fallait pas le déranger si ils désiraient un cours qui se passe dans de bonne condition. Certain élèves se demander pourquoi leurs profs étaient si tendue en la présence de Yoshimo, mais il faut dire que certain avait déjà subit sa violence juste pour l’avoir toucher, l’un d’entre eux avait attraper Yoshimo par l’épaule, le prof de sport exactement, Yoshimo s’était jeter au sol avec force et violence en se déboîtant l’épaule quand le prof surprit c’était pencher un bras tendue, pour voir si son élèves allait bien, Yoshimo c’était écraser le visage sur le sol par la suite il avait portait plainte pour coup et blessure et avec comme preuve le nez amoché, l’épaule déboîter, et une arcade ouverte. Voilà en gros de quoi le Démon de Pretty School pouvait faire, certes c’était moins rapide que de tabasser le prof mais sa le détruisait pour la vie, il ne pouvait plus retrouver de travail après un scandale pareil en faisant sa Yoshimo avait détruit un peu de la vie du prof qui avait comme seul tort de trop vouloir amener Yoshimo à plus se motiver en sport malgré ses facilités.

Pour ce qui était des élèves Yoshimo avait toujours agit de façon réfléchit, sans témoin, donc aucune preuve réel qu’il avait envoyer à l’hôpital tel ou tel élève !
Pour en revenir à nos moutons notre seconde année Se baladait dans les couloirs de l’école pendant la pause du repas, ayant décider de ne pas manger il ruminait son inquiétude pour sa sœur et sa rancœur envers ses joyeux lurons trop heureux d’avoir du soleil et souriant à tout bout de champ. Vraiment ils étaient tellement pitoyable à s’extasier face à quelque rayon de soleil si médiocre et inutile ne réchauffant même pas convenablement celui qui tenter d’en profiter. Alors qu’il marchait il parlait avec Yuss’kan.


« Tu n’aurais pas vue ma sœur toi par hasard ? » demanda Yoshimo.

¤ Pauvre idiot comment j’aurais fait puisque je suis constamment avec toi ! ¤ répondit Yuss’kan.

« Moi un idiot ? Tu veux peut-être que je t’explose la tronche à grand coup de pied ? »

Un petit groupe d’élèves passa alors à côté de Yoshimo qui parler à Yuss’kan, ceux-ci se mire à le regarder bizarrement en chuchotant. Ce qui énerva quelque peu Yoshimo.

« Quoi vous avez un problème ? Je vous carre la tête dans une vitre peut-être ? Aller cassez-vous de là ! »

Il fit mine d’essayer d’en attraper un ce qui eu pour effet de faire fuir le petit groupe. Continuant inlassablement sa marche dans les couloirs il finit par voir un peu plus loin une fille avec deux garçon, à cette distance Yoshimo crue un instant voir sa sœur Shizume.

« Hey ils lui font quoi là ! »

¤ Ils comptent peut-être couché avec elle ! ¤

Yoshimo fronça les sourcils, la rage monter en lui, il commença à accélérer le pas, puis à courir, s’imaginant des sales type couché avec sa si belle et pure petite sœur, sa tendre sœur !Il se mit alors à crier à l’attention des deux garçon.

« FOUTEZ LUI LA PAIX !!! JE VAIS VOUS CASSEZ LA GUEULE ! »

Notre démon était à mi distance des deux garçons et de la fille. Là il remarqua alors que la fille n’était pas Shizume, il ne la connaissait pas, la poisse il aller fracasser des mecs sans raison… Bon et alors sa lui ferait du bien il avait besoin de se défouler un peu et ses deux types ferait amplement l’affaire pour le moment. Yoshimo fit un saut juste un peu avant d’arriver sur le plus proche de la fille et plaqua sa victime au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Mar 18 Jan - 19:56

[Eh oui, surprise ! J'ai été plus rapide que prévue. Bonne lecture en espérant que mon poste te plaira ^^]

    J’avais passé mes fêtes de fin d’année en compagnie de mon oncle et aujourd’hui, alors que cela faisait trois jours que j’étais revenue au pensionnat, j’étais toujours autant de bonne humeur. Même les bêtises et les taquineries de D-chan, mon meilleur ami et camarade de classe, n’arrivaient pas à faire diminuer mon enthousiasme.

    Mon réveil avait donc pu échapper à mon poing matinal pour le faire taire quand l‘alarme s‘était déclenchée. Je ne me suis pas impatientée à la cantine, j’ai même laissé passer une jeune première année qui était pressée. J’ai pris mon petit déjeuner aux côtés d’un groupe de jeune gens bruyants sans broncher intérieurement. Mes camarades et même mon prof de japonais, avaient eu la surprise de me voir entrer dans la salle avec un sourire aux lèvres. Deux jours de suite que je souriais en entrant en cours, une chose tout à fait exceptionnelle venant de moi !

    Je n’étais jamais bien de bonne humeur longtemps et je savais que demain, voire même ce soir, j’allais redevenir la « Rya normal. » Pour faire simple, une personne réservée, solitaire qui ne participait que très peu et quand cela était obligatoire en cours, qui ne parlait presque jamais à ses camarades de classe, encore moins avec les autres élèves. Je profitais en conséquence de mon état amical que les vacances passées avec Tsukida m’avait apporté pour essayer de parler plus à mes semblables. Je ne croyais pas tout un coup que la vie était devenue toute rose, au contraire. Je pensais toujours que la plupart des gens qui m’entouraient, étaient toujours portées par leur intérêt, leur ambition et ne se formalisaient pas du tout d’utiliser les autres pour arriver à leur fin. Pourtant, au fond de moi, j’enviais tout de même les gens qui arrivaient à concevoir que le monde était beau, parfait et que chaque personne y vivant était pleine de bonté et de générosité.

    Quand je changeai de salle pour me rendre à mon cours d‘histoire, je sus au fond de moi que ce temps d’euphorie émotionnelle m’était passée. D-chan le remarqua presque tout de suite et me sourit en levant son pouce, comme pour me soutenir de loin ce qui lui value une jolie remarque de notre Senseï dès la première minute. Je secouai la tête, souriant intérieurement face à l’attitude de mon ami, puis je me plongeai dans le cour. Seul moyen pour me concentrer sur quelque chose d’autre que le manque de la présence de mon oncle qui naissait dans mon cœur.
    J’avais vécu avec lui depuis toujours, ce n’était que depuis que j’étais entrée au pensionnat Pretty School que la séparation se fit. Nous nous voyions quelques week-end et pour chaque vacance mais cela ne change pas au fait que le reste du temps, sa présence, ses conseils et même ses leçons de moral me manquaient terriblement.

    Le reste de la matinée se déroula dans un certain flou pour moi. Mon esprit s’était plus ou moins mit en mode automatique. Je copiais le cours sans le comprendre vraiment, je changeais de salle par habitude et je répondais aux deux - trois questions que mes professeurs me demandèrent sans réfléchir vraiment à la réponse. La plupart du temps dans ces cas-là, je répondais par un « Je ne sais pas » plutôt morne qui faisait bien comprendre aux enseignants que même si mon corps était en cours, mon esprit était loin, très loin d’eux. En général, cela me permettait d’avoir la paix jusqu’à la fin de l’heure.

    Ce n’est qu’à l’heure du déjeuner que je revins à la réalité. L’appel de la nourriture faisait cette effet-là à tout le monde. Dommage qu’ensuite les cours reprenaient au moment où les élèves entraient en phase de digestion, ils étaient trop mou quand leurs estomacs digéraient pour avoir la force d’écouter. J’en avais même déjà vu un s’endormir sur sa table en plein contrôle… D-chan avait d’ailleurs eu une sacré note, étrangement.

    Je venais à peine de sortir de cours, que des camarades m’appelèrent. Je m’arrêtais donc et comme je devais déjeuner avec mon meilleur ami, je lui dis de partir devant, pensant de pas en avoir pour longtemps.
    C’était sans prendre en compte ma malchance.

    J’attendis donc que mes deux camarades de classe rangent leurs affaires respectives avant de sortir dans le couloir et commencer à avancer en direction de la cafétéria. L’un des deux, Tsukizu-san, me demanda alors comment s’était passé mes vacances. Le regardant un peu bêtement tout en continuant à avancer à travers la masse d’élèves qu’il y avait à cette heure-ci, je répondis laconiquement :

    « Bien dans l’ensemble. »

    Puis, par pure politesse, je lui retournai la question. J’écoutais d’une oreille discrète le récit de ses vacances dans la maison familiale, plus préoccuper à essayer de deviner qu’est-ce qu’il voulait vraiment. Ce n’est pas que j’étais surprise par ses questions, mais comme Tsukizu-san était réputé pour accepter de relever les défis les plus invraisemblables, je me méfiais tout de même de cet intérêt soudain à mon égard.

    Au bout de quelques minutes, sachant que je n’étais plus qu’à quelques pas de la cantine, je m’arrêtai au coin d’un couloir et me tournai vers mes camarades pour les arrêter et ainsi éviter qu’ils s’incrustent à mon déjeuner avec D-chan. Il eut quelques secondes de silence, comme je ne voyais pas comment tourner ma question sans les vexer. C’est à ce moment que le second garçon débita à une vitesse hallucinante tout un speech sur ma personne, dont je ne compris absolument rien. Il termina en marmonnant quelque chose comme « … J’ai des sentiments… »

    Je regardais les deux garçons, mon sourcil droit levé. Il se passait quelque chose qui semblait important à leur yeux mais… Je ne comprenais pas quoi ! Ne voulant pas vraiment y réfléchir non plus puisque je savais que David m’attendait, je répliquais rapidement :

    « Bah, tout le monde à des sentiments… Bref, je vais déjeuner. A tout à l’heure, les gars. »

    J’allais me détourner d’eux et continuer mon chemin quand en plein milieu du couloir, un gars que je ne connaissais pas hurla à s’en décrocher la mâchoire :

    « FOUTEZ LUI LA PAIX !!! JE VAIS VOUS CASSEZ LA GUEULE ! »

    Les élèves autour de lui s’écartèrent de lui, saisi de peur. Je ne savais pas à qui il parlait et encore moins le pourquoi d’une telle crise de rage mais je plaignais sincèrement le destinataire de sa colère. Il s’élança en courant et ce n’est qu’une fois qu’il sauta et se retrouva à terre au-dessus de Tsukizu-san que je compris que la personne que le jeune homme pensait en danger, c’était moi…

    Tout en les fixant, je commença à réfléchir, oubliant totalement où je me trouvais et que mon camarade était dans une situation assez critique. Je pensais que je devais avoir loupé un épisode plutôt important puisqu’en cinq secondes chronos, le type à l’allure plutôt louche et avec des cheveux… Heu… oranges… ? Avait agressé Tsukizu-san sans aucune raison valable.

    Au bout de quelques instants tout de même, je soupirai en posant mon sac par terre contre le mur avant d’aller raisonner *Poil de carottes.* Le surnom m’était venu facilement, peut-être parce que j’avais lu récemment un livre où le héros avait les cheveux roux et qu’on le surnommait ainsi… Mais ce n’était pas le sujet. Pour l’instant, j’essayais de comprendre pourquoi je me sentais vaguement concerné par le sort de Tsukizu-san et après une seconde de réflexion, je dus me rentre à l’évidence. C’était bien entendu à cause de ce type ! Même si il utilisait la violence, chose que je n’aimais pas, il n’avait pas hésité à venir à mon soi-disant secours. C’était plutôt gentil de sa part, même si je ne me voyais pas vraiment en tant que demoiselle en détresse.

    Remontant mes manches, je m’approchais des deux jeunes et attrapant le jeune rouquin par l’épaule, je lui demandai de lâcher son prisonnier. Comme il ne me répondit pas, j’essayais de tirer l’un de ses bras en arrière pour l’empêcher de boxer l’autre trouillard, mais même en utilisant mes deux mains et toute ma force, il ne bougea pas d’un millimètre. C’était comme si il n’était à peine conscient de ce qui se passait autour de lui. Respirant un bon coup pour éviter de m’irriter - je savais que je perdais du temps et que D-chan allait m’attendre encore plus à la cafétéria, je réfléchis quelques secondes puis allais m’accroupir au niveau de la tête du type.

    Ne sachant pas vraiment ce qu’il voulait à Tsukizu-san, je fixais les cheveux orangé. Puis, après un instant de silence, je dis d’un ton ironique, bien appuyé par un sourire, en espérant que *Poil de carottes.* allait réagir.

    « Merci de m’aider, hein ? Mais tu es près à frapper un de mes camarades de classe… »



Dernière édition par Rya Ashina le Mer 9 Fév - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yoshimo Isatae
Tsunami



Masculin Messages : 173
Age : 26
Emploi/loisirs : heu...voilà quoi! C'est bien non?
Humeur : Bonne
Ici depuis le : 22/12/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Faire souffrir! ¤_¤
Liens:
MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Sam 22 Jan - 18:06

Yoshimo était sur sa victime, poing lever, à l’arrêt. Il c’était un instant retenue de frapper pour qu’un seul coup suffise à mettre inconscient le type qu’il compter tabasser. Mais alors qu’il allait frapper une voix féminine le gêna dans son intention.

« Merci de m’aider, hein ? Mais tu es près à frapper un de mes camarades de classe… »

C’était sûr, cette fille n’était assurément pas Shizume, mais maintenant qu’il avait la rage il lui fallait frapper. Que faire, le bras tremblant, la respiration rapide, les yeux emplis de rage. Il se dégageait de lui une envie meurtrière, il ne tourna pas la tête mais la fille était dans son champ de vision. Il la fixa alors dans les yeux et il y vit son reflet.

° Yoshimo, elle a raison pourquoi le frapper et puis en prime ce n’est pas Shizume ! °


« Je sais que ce n’est pas elle ! »

¤ Frappe le tu t’en fiche ! Si elle reste devant frappe la avec ! ¤

° Ne l’écoute pas, lève toi et frappe le mur ou autre chose… °

« Oui tu as raison ! »

Yoshimo venait de parler avec Sel’ssiss et Yuss’kan son reflet et son ombre, ses yeux c’était diriger sur son reflet dans les pupilles de la fille en face de lui puis vers son ombre pour retourner vers son reflet. Il décida donc de suivre la voix de la sagesse et de se relever. Il avait la tête baisser, le regard vide. Alors il flanqua un grand coup dans le mur puis se retourna et fit passer sa tête à travers la vitre. Voilà, il avait passé sa rage avec deux coups bien violents. Enfin il se tourna pour faire face à la fille et au garçon encore par terre mais il s’adressa à la fille.

« Excuse moi ! J’étais dans mes pensées et pendant un instant de loin je t’ai prise pour ma sœur… »

C’étais ce qu’il avait crue, certes cela ferait vraiment une bien piètre excuses mais il s’en fichait pas mal et si l’un d’entre eux avait envie de lui crier dessus il lui flanquerai une raclé maison pour qu’il se taise. Elle ressemblait un peu à sa sœur mais bon à cette distance, aussi près il voyait bien maintenant qu’elle n’était pas sa sœur.

¤ Bha t’aurais au moins pu lui décocher une baffe à celle-là et l’autre un coup de pieds, là tu as rien fait c’est nul ! ¤

« T’inquiète Yuss’kan si l’un d’entre eux commence à hausser le ton je lui offre un aller pour l’hôpital le plus proche ! »

¤ Voilà une décision qui me plait beaucoup ! ¤

Certes Yoshimo afficher un sourire sadique, mais pour lui c’était Yuss’kan qui sourit ainsi donc il ne se rendait pas compte qu’il afficher un tel sourire. Ses yeux posé sur son ombre celle-ci ajouta.

¤ Tu sais après tout tu pourrais lui offrir de se relever et en le relevant tu lui met un coup de genoux dans le ventre histoire qu’il retienne la leçon ! ¤

« Ton idée me plait beaucoup Yuss’kan, je vais faire ça mais pas maintenant ! Après… »

Il regarda alors la fille un peu au-dessus du garçon qu’il avait mit au sol, celui-ci sembler aimer la vue qu’il avait, l’autre sembler avoir peur et c’était un peu éloigné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Jeu 27 Jan - 0:22

[Bouh ! Excuse pour l'attente ^^ J'espère que mon poste te plaira. Je n'aime pas trop la fin donc si tu as un quelconque soucis, fais-moi signe et je changerais. Bisous !]

    J’étais plus que surprise face aux réactions étranges du jeune homme.
    Il était en train de me fixer depuis quelques secondes, oubliant un peu sa victime et je ne savais pas pourquoi il le faisait. J’eus la pensée idiote, à cet instant, qu’il avait peut-être remarqué une petite tâche de craie ou de stylo plume sur mon visage puisqu’en cours tout à l’heure, j’avais eu la surprise de me faire attaquer par D-chan. Et bien entendu, j’avais bien dû me défendre. Vu comme il me regardait tout de même, je fus prise de doutes et tout en me sachant un peu bête, je passais rapidement ma main sur le visage.
    Tout à coup, je ne sais pas pourquoi, il parla et je ne compris absolument pas quel était le sujet de conversation. Avec discrétion, je regardai derrière moi pour être sûre que c’était bien à moi qu’il s’adressait. Bien qu’il y ait des élèves agglutinés dans le couloir dont l’ami de Tsukisu-san, personne ne semblait être susceptible d’être le compagnon de *Poil de carottes.*
    Il continuait à parler, comme si il conversait avec lui-même. Je trouvais qu’il réagissait comme un gamin avec son ami imaginaire, sans ce que préoccuper des autres et de comment ils le jugeraient. Plus largement, j’avais l’impression que le monde qui l’entourait n’était pour lui non pas la réalité mais plus un monde imaginaire.

    Après réflexion, je soupirai et me dis que la personne qui se laissait trop aller avec son imagination était plutôt moi, en ce moment. Le jeune homme devait simplement avoir une certaine tendance à réfléchir à voix haute. Il y avait beaucoup de gens qui avait ce tic, pourquoi étais-je obligée d’aller chercher plus loin ?

    Je fus sortie de mes pensées par celui-là même qui en était l’origine. L’adolescent se releva, avec un certain calme qui me laissa plus perplexe qu’autre chose. Je n’en continuais pas moins de le suivre du regard.
    La première chose que mon professeur de judo m’avait appris c’était que baisser sa garde ou tourner le dos à un adversaire était la pire chose que l’on pouvait faire, surtout si l’adversaire en question était imprévisible. On se mettait ainsi soit même en danger. Ne sachant donc pas les intentions que le jeune homme avait à l’égard de Tsukisu-san, j’avais préféré rester à ses côtés.

    Ce n’est que quand il réagit très violemment qui me fit comprendre à quel point ce jeune était perturbé. Je le pensais redevenu calme alors qu’en fait, il contenait sa colère, sa rage le temps d’avoir un défouloir. Le cœur battant à tout rompre, je commençais à ne pas être rassuré face à ce type. Il semblait pour le moins stable en apparence et pourtant, il bouillonnait et la moindre émotion lui était fatale. Le jeune homme se laissait mener par toutes ses émotions, sans même essayer de reprendre le contrôle. J’étais, malgré l’adrénaline qui coulait dans mes veines, désorientée, perdue face à temps d’émotions et de sentiments. Je ne savais pas vraiment quoi faire pour l’aider, je n’avais d’ailleurs pas la sensation qu’il est envie qu’on l’aide.

    L’adolescent s’est ensuite tourné vers moi, un peu apaisé semblait- il, mais comment pouvais-je être sûre face à temps d’impondérabilité. Je fus surprise qu’il me regarde une nouvelle fois mais plus encore quand il me présenta ses excuses. J’avais dû loupé un épisode, ce n’était pas possible sinon. Il m’avait pris pour sa sœur, cela je pouvais le comprendre. Un geste, une attitude avec tous les élèves qu’il y avait dans le couloir pouvait induire en erreurs mais je ne saisissais pas pourquoi il s’excusait à propos de cela, alors qu’il avait faillit défigurer mon camarade de classe et… Et il l’ignorait purement et simplement.

    Je fronçai les sourcils, à l’instant où je compris à demi-mots que le jeune homme n’était absolument pas désolé pour le geste violent qu’il allait commettre à l’encontre de Tsukisu-san. Heureusement donc que j’avais pu l’interrompre.
    Je ne portais pas vraiment dans mon cœur même si Tsukisu-san avait toujours sympa avec moi, mais je déplorais beaucoup son attitude envers les filles. Ce n’était pas une raison pour le frapper. Quoiqu’il puisse lui reprocher, ce type n’avait pas à résoudre ses problèmes par la violence, surtout qu’il mettait inutilement en danger les élèves autour de lui. Pour moi, ce n’était pas un moyen pour régler un conflit, bien au contraire. La violence n’était qu’un moyen de plus pour propager le mal à travers notre monde déjà emplit plus d’horreurs qu’un écrivain aurait pu imaginer dans une de ses histoires.

    Je respirai un bon coup, prenant sur moi pour éviter de me laisser piétiner par mes émotions. Je calmai l’irritation que je sentais pointer et alors que j’allais parler, le jeune homme recommença à parler tout seul. Je trouvais cela moins étrange que la première fois mais j’étais tout de même un peu surprise. Pourtant, ce qui me gêna le plus dans son comportement, c’est le sourire presque suffisant et méchant qu’il me fit. Un frisson me parcouru et je n’eus plus qu’une envie : aller retrouver D-chan.

    Je me relevai calmement et tout en surveillant l’adolescent du coin de l’œil, j’aidai à relever mon camarade de classe, qui n’avait pas bouger depuis tout à l’heure, encore un peu sous le choc. Il rougit un peu quand il fut debout et me remercia plus ou moins en marmonnant dans une barbe qui n’existait que dans son esprit.
    Je lui demandai si il allait bien et voyant qu’il n’avait rien, juste un mal de crâne et un peu mal au dos. C’était tout à fait normal vu avec quelle violence le rouquin l’avait plaqué au sol et je n’en fus pas étonnée.

    J’étais intriguée et en même temps, plus que méfiante vis-à-vis de l’inconnu. Cependant, pour éviter de perdre encore du temps et faire attendre D-chan, je me poussai à rester maîtresse de moi-même le plus possible et à rester impassible malgré les émotions contradictoires qui m’envahissaient. Le plus terrible, c’est que pour la première fois de ma vie, je n’avais aucune idée de ce que voulait vraiment quelqu’un et cela faisait que j’avais un sentiment d’insécurité qui croissait au fond de mon cœur… Mais, rien ni personne ne saurait que j’avais ressenti de la peur face à ce jeune homme.

    J’allais ramasser mon sac puis m’approchant à distance respectable de *Poil de carottes.* je répondis enfin à ses excuses.

    « Il n’y a pas de mal, je comprends que tu as voulu protéger ta sœur. »

    Un défaut que j’avais, c’était de vouloir toujours être franche envers les autres, seulement la nature m’avait dispensé de la qualité principale qui faisait passer beaucoup mieux cette vérité crue à mes interlocuteurs ou mes interlocutrices : le tact.

    « Essaye peut-être la prochaine fois d’être sûr que la personne que tu veux protéger soit vraiment en danger. »

    Regardant toujours dans les yeux l’adolescent, je me demandai sur le coup ce qui lui était arrivé comme malheur dans sa courte vie, quelles souffrances il avait du affronter pour qu’il puisse croire que le seul moyen qu’il avait de régler ses problèmes soit de frapper ses semblables. Sans vraiment me rendre compte de ce que je faisais, je m’approchai de lui et tout en lui mettant une main sur son épaule, c’est avec une expression de tristesse que je le regardais tout en murmurant :

    « Tu sais, la violence n’est pas la solution quand on souffre… »

    Puis, quand je remarquais ce que j’étais en train de faire, je m’excusais rapidement et me retournai pour commencer à partir vers la cantine. Ce n’était sans compter mon cher *Poil de carottes.*



Dernière édition par Rya Ashina le Mer 9 Fév - 23:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yoshimo Isatae
Tsunami



Masculin Messages : 173
Age : 26
Emploi/loisirs : heu...voilà quoi! C'est bien non?
Humeur : Bonne
Ici depuis le : 22/12/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Faire souffrir! ¤_¤
Liens:
MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Mar 1 Fév - 16:12

Elle semblait impassible, ne pas réagir à comment il agissait, c’était peu commun et intriguant. Elle ramassa son sac puis resta à distance de Yoshimo, qui en déduit une certaine crainte.

« Il n’y a pas de mal, je comprends que tu as voulu protéger ta sœur. »

Une personne censée qui comprenait que l’on veuille protéger un membre de sa famille, c’était rare… Ou peut-être pas, il faut dire que c’était la première fois qu’il prenait une fille pour sa sœur.

« Essaye peut-être la prochaine fois d’être sûr que la personne que tu veux protéger soit vraiment en danger. »

Bien entendu sa aurait étonné Yoshimo qu’il n’y est pas une remarque de ce genre, il n’y avait que Shizume qui ne le blâmer pas ou alors elle lui disait d’une autre façon. Mais cette fille était un peu trop directe, certes c’était une qualité. Yoshimo lui voyait cela comme une agression et pas que lui d’ailleurs. Yoshimo fixa alors son ombre tendit que la fille face à lui le regarder dans les yeux.

¤ Tu vas laisser cette petite écervelé te parler ainsi ? Tu est « Le Démon » ou pas ? ¤

« Oui je suis « Le Démon » mais je vois pas le rapport là ! »

¤ Casse lui la figure, elle insinue que ta façon de faire n’est pas la bonne ! ¤

« Yuss’kan je ne taperais pas une fille pour que tu te délecte de me voir dérouiller quelqu’un ! »

¤ Bha t’es pas marrant ! ¤

« LA FERME !! »

Yoshimo commencer de nouveau à s’énerver, Yuss’kan le poussait à bout. Il serra les poings, flanqua un coup de pied à son ombre comme pour la faire taire. La colère se lisait clairement sur son visage, il fixa alors droit dans les yeux la fille.

« Tu sais, la violence n’est pas la solution quand on souffre… »

Elle avait mit sa main sur son épaule, le ses yeux plonger dans ceux de Yoshimo, tout en murmurant. Là sa lui rappeler les psychologues ou les psychiatres essayant d’établir un diagnostique. Il vit alors son reflet dans les yeux de son interlocutrice.

° Là je suis d’accord avec Yuss’kan, de quoi elle se mêle ! Tu as toujours agit avec violence ou plutôt la majorité du temps et sa à toujours régler tes problèmes. Remet là à sa place. °

« Ouai je suis d’accord avec toi Sel’ssiss ! »

Yoshimo ne se rendit pas compte que la fille commença à se retourner pour lui montrer le dos, elle partait, comme cela. Pas question Yoshimo devait la rappeler à l’ordre. Il l’attrappa donc par l’épaule et prit une voix grave.

« Ecoute moi bien, comme me la bien fait remarquer Sel’ssiss, tu sort des propos sans savoir alors mêle toi de ce qui te regarde sinon je sens que je vais écouter ce que m’as dis Yuss’kan et je t’enverrais faire un séjour à l’hôpital et les témoins avec. Si il le faut je vous frapperai si fort que vous en deviendrez amnésique ! »

Yoshimo avait déjà lâcher la fille, il la fixer avec une regard ayant une lueur un peu particulière, le genre de lueur dans les yeux rappelant un criminel près à agir afin de voir du sang couler. Il se contrôler tant bien que mal de frapper.

« Bref, pour rester dans un ton plus neutre, la violence résout bien des problèmes et ceux qui se voile la face sur cette vérité son bien stupide et de grand rêveur ! La violence et le propre de l’homme, il est contre sa nature de ne pas l’utiliser un jour où l’autre ! Alors au lieu de sermonner avec des phrases comme si tu étais une psy, apprend à comprendre l’humanité ! »

Il ne pouvait plus retenir sa rage, il flanqua un grand coup de poing dans un nouvelle vitre, la brisa, puis il retira les morceaux de verre dans sa main. Il regarda la fille, lécha le sang qui couler de sa main.

« Bon avec tout ça je dois aller à l’infirmerie ! Si jamais l’envie te prend de me faire un nouveau sermon, je me présente Yoshimo Isatae dit « Le Démon » ! »

Après quoi ce fut au tour de Yoshimo de montrer le dos, restant sur ses gardes et près à ce que l’on tente de le frapper par derrière, il commença à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Mer 9 Fév - 15:41

[Bouh ! Excuse pour le retard, même si tu as posté une absence ^^ Bonne lecture, en tout cas ! Bisous !!]

    Je venais à peine de faire un pas que j’ai pensé que c’était une erreur. Une énorme erreur. Dire qu’il y avait à peine une minute, je m’étais bien rappelée qu’il ne fallait jamais quitter du regard une personne imprévisible. Qu’est-ce que je fais ? Je lui tourne carrément le dos.
    Je fus donc prise par surprise quand le jeune homme m’attrapa d‘une poigne telle que je fus bien obligée de me retourner pour lui faire face, sinon il m’aurait bien déboîter l’épaule. Les quelques secondes où il m’avait agrippé m’avait renseigné sur sa force physique et reprenant rapidement mes esprits, j’essayais de garder mon sang-froid.
    Je savais que, malgré mes entraînements au judo et les compétitions auxquelles j’avais participé, je n’avais qu’une infime chance de battre ce tas de muscles, même si j’avais la rapidité et la ruse de mon côté.
    Comme il m’avait touché, par instinct je m’étais mise sans en prendre conscience, dans une position défensive, même si je tenais toujours la anse de mon sac d’une main.

    Dès qu’il ouvrit la bouche, rien que le ton de sa voix me fit frissonner. Ce n’était en aucun cas de la peur, mais un sentiment d’irritation qui venait de naître. Au fur et à mesure que ce blanc bec débitait son speech de pseudo-racaille, cette irritation ne fit qu’augmenter.
    Qu’est-ce que je fichais dans ce lycée, franchement ? N’abritait-il que des jeunes récemment sortis d’un asile ou il n’y en avait qu’un et j’avais eu l’immense privilège de l’avoir pour moi toute seule ?
    Que se soit l‘une ou l‘autre de ses hypothèses, le résultat était le même : il ne fallait surtout pas que D-chan rencontre *Poil de carottes*. Or, si je n’allais pas rapidement déjeuner, il allait se ramener sur et certain, ce qui était en soi une des pires idées possibles à faire en cet instant.

    Je fus tout de même un peu perplexe quand le jeune adolescent parla d’un certain Sel-je-ne-sais-qui, puis d’un certain Yuss-machin-chose. J’ai été tentée de regarder autour de moi pour essayer de deviner de quels amis il était en train de parler, puisque depuis le début, il était seul. Cette perplexité se transforma bien vite en une ironie à peine voilée, dès qu’il commença ses menaces.
    Il prenait ses rêves pour la réalité s’il pensait vraiment qu’il allait pouvoir les mettre en application. Avec tous les élèves qui trainaient à cet instant à proximité de la cafétéria, le temps qu‘il les met tous au tapis, moi avec, il serait depuis longtemps dans un établissement spécialisé pour jeunes délinquants. Rien qu’avec les dégâts matériels qu’il avait fait, les surveillants devaient déjà être au courant et préparaient leur rapport pour le CPE et la directrice.
    Mon irritation arriva à un stade assez critique quand il me fit par de son opinion sur la violence. Son avis ainsi que toute sa personne dans son ensemble, je m’en fichais comme d’une guigne. Ce que je pris mal, par contre, ce fut ce petit air arrogant qu’il prit et le ton qu’il employa comme si je ne connaissais rien à la vie. Un sourire ironique se dessina une fois encore sur mes lèvres et mon regard devint froid, presque glacial.

    Je restai impassible et continuai de le regarder même s’il venait une fois de plus de casser une vitre. Mon sourire s’accentua quand il me fit par de son identité. *Le démon.* Il ne se prenait pas pour n’importe qui celui-là. Dommage que l’intimidation ne marchait pas sur moi.

    Dès qu’il se retourna et commença à partir, je ne pus m’empêcher de rire. Un rire jaune, bien sûr qui disparu aussi rapidement qu’il était venu, mais que j’étais sûre qu’il avait entendu. D’ailleurs, je me doutais bien qu’avec la fierté qu’il avait, il ne pouvait certainement pas rester de marbre face à ma réaction… Volontaire ? Evidemment !

    « Je t’ai fais une leçon ? Hum… Non ! J’ai dis simplement ce que je pensais et même si tu me frappes, cela ne changerait rien. Je continuerais à penser la même chose. »

    Je posais mon sac sur le côté, presque coller contre le mur, pour éviter d‘être gênée dans mes mouvements, si le jeune garçon ne pouvait pas se retenir de me frapper. Je mis mes mains dans mes poches ensuite, pour qu’il ne puisse pas les voir, vu que je les serrais de colère à en faire blanchir mes jointures. Je continuais toujours sur le même ton, une voix calme avec mon regard de glace.

    « De toute façon, tu fais ce que tu veux, je m’en fou. Seulement tu as voulu frapper mon camarade de classe, tu t’es donc immiscé dans ma vie et ça, je ne peux pas ne pas m’en mêler. »

    Je m’avançais de quelques pas pour être de nouveau à sa hauteur et c’est avec un immense sourire ironique que je lui sortis.

    « Pour toi l’homme n’a que la violence en lui. Qu’est-ce que tu fais donc de la conscience et de la parole que la nature lui a donné ? C’est les deux seules chose qui nous sépare des animaux. Enfin, qui me sépare, vu ton avis. »

    J’attendis un petit instant, juste quelques secondes pour contrôler ma voix pour éviter ainsi que mon interlocuteur n’entend ma colère. Je terminai ensuite, sur un ton un peu plus rude le fixant dans les yeux.

    « Si c’était vraiment la violence qui gouvernait l’Humanité, on l’aurait plutôt appelé l’Animalité, non ? A toi de voir… »

    Je le regardais encore une petite seconde avant de lui tourner le dos. Non pas que j’avais oublié mes propres recommandations, cependant je portais à présent tellement peu d’importance à la personne qui était derrière moi que je n’avais pas de craintes qu’il m’attaque par derrière. Ce démon d’ailleurs, me faisait l’impression d’avoir une telle fierté en lui, que je le pensais incapable de lâcheté. Du moins, d’attaquer alors que je suis de dos, parce que questions menaces sur une jeune fille, ce n’était ce qui semblait être le mieux pour prouver sa valeur et sa virilité de la part d’un homme.

    Je repris mon sac et sans un regard en arrière, je me dirigeais vers la cantine pour enfin remplir mon estomac affamé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]   Aujourd'hui à 7:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre peu commune! [PV Rya Ashina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Honneur à Paillant petite commune de miragôane.
» Ils se marient après plus de 70 ans de vie commune...
» Sorts de Magie Commune
» Devant la salle commune
» [DESCRIPTION] Salle commune de Poufsouffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ Le lycée Pretty School ❞ :: Couloirs-
Sauter vers: