Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La maladresse, c'est bon à toutes les sauces. (Pv Maiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yureka Kakurasaka
Tsunami



Féminin Messages : 154
Age : 22
Emploi/loisirs : Rire, sourire, et puis rire aussi, et sourire ! Et puis quelque fois, il m'arrive de sourire, puis de rire...
Humeur : Joyeuse !
Ici depuis le : 12/12/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Peindre et dessiner !
Liens:
MessageSujet: La maladresse, c'est bon à toutes les sauces. (Pv Maiko)   Lun 20 Déc - 7:57

Je venais de terminer ma toute dernière et looongue heure de cours. Je ne sais pas pourquoi, mais il y a un truc, dans la chimie (comme dans la physique d'ailleurs), qui me répugne totalement ! Je suis complètement incapable de retenir quoi que ce soit, et avec toutes ces formules... D'accord, on a le droit à un tableau pour les éléments chimiques... Mais ne c'est vraiment pas suffisant ! Je suis désolée, mais avez-vous déjà vu quelqu'un réussir à retenir parfaitement la formule du travail de la force... d'un ressort, par exemple ! En puis, calculer le travail d'une force, ça ne sert à rien. Je me souviens, lorsque j'habitais encore dans mon petit village perdu, je me lamentais toujours sur mon sort durant les cours de chimie, parce qu'en plus de ne rien comprendre, ça m'énervait. Mon voisin de table m'avait alors dit qu'il ne fallait pas que je dise que c'était inutile, car même tout ce qu'on avait appris jusque là était suffisant pour vivre une vie tout à fait normale, pousser plus loin la réflexion nous aidait à développer notre cerveau. C'était très gentil de sa part de m'informer ainsi, mais... Mais ce n'était carrément pas ce dont j'avais véritablement besoin.
Un petit soupir m'échappa et je sursautai en entendant mon portable sonner. Mon dieu, quelle chance ! J'avais oublié de l'éteindre ou de le mettre en silencieux pendant les cours ! Si je m'étais fait prendre, j'aurais eu l'air fine, tiens.
Je pris le petit objet dans ma main et ne pus retenir un sourire blasé en apercevant le nom de ma mère s'inscrire sur l'écran (et dire que la seule personne qui pouvait m'appeler, c'était elle...). Je finis par décrocher, chose que je finis bieeeen vite par regretter. Voici un mot qui définit sans mal la façon dont elle m'a adressé la parole avant même que je n'aie le temps de dire "allo" : Violence.
Vous connaissiez la violence physique ? Vous venez de rencontrer ma mère, reine de la violence verbale.

-Chuuuut ! Moins fort !
soufflai-je au combiné en jetant des regard inquiet autour de moi.

Comment se faire remarquer en 40 secondes top chrono... Bon, bref.
Je laissai ma mère divaguer, n'écoutant qu'un mot sur 3. Je vous assure, c'est suffisant pour la comprendre ! Tandis qu'elle blablatait dans son coin, énervée pour une raison que j'ignore étant donné que de mon côté, je n'avais évidemment rien fait, je marchai donc dans les couloirs et me dirigeai vers mon casier. Je coinçai mon téléphone entre mon oreille et mon épaule, et pris mon sac pour glisser à l'intérieur toutes ces bricoles que j'avais emmené involontairement ce matin, n'ayant pas eu le temps de vider mon sac avant de prendre des feuilles et un stylo. Une fois mon sac plein, c'est-à-dire qu'il pesait juste 5 tonnes... Je refermai le casier, et repris le mobile dans ma main. J'attendis une seconde, deux... Mais rien.

-Maman...?
murmurai-je.
-Mmh...

Ah, elle est encore au bout du fil. Et ben alors quoi ? Elle boude ? Je poussai un faible soupir à peine perceptible.

-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Tu ne m'as même pas écouté !
-Mais si !
-Qu'est-ce que je viens de dire ?


Perdue dans la conversation (ou dans mes pensées, au choix...), je bousculai quelqu'un. Je mimai quelques signes d'excuses à la jeune brune, et me reconcentrai sur la conversation, répondai à ma mère.

-Et bien que je... Ohnonmondieu !
-C'est pas ce que j'ai...


J
'ignorai ma mère, regardai à travers la fenêtre. Mon dieu, mais il avait vraiment trop neigé là ! Comment j'allais faire pour rentrer ? Ok, je n'habite pas très loin et tout... Mais euh... J'vais mourir ! Mon sac pèse une tonne, et c'est HYPER glissant !
Je finis par refermer la bouche (cette foutue manie de l'ouvrir quand je suis choquée...) et me rappelai que j'avais ma mère à l'autre bout du fil, qui commençait à marmonner, n'ayant obtenu aucune réponse de ma part.

-Bon, qu'est-ce que tu veux que je fasse ?
-Passe au supermarché et achète-moi des légumes pour ce soir, je n'ai rien à cuisiner.
-Il neige.
-Et alors ?
-Et alors le supermarché est super loin !
-Yu-re-ka. Tu me ramènes ces légumes et c'est tout !
Biiipbiiipbiiiiip.


Super. Tout bonnement super. Elle a raccroché...
Je poussai un faible soupir et regardai une dernière fois avant la fenêtre. J'observai mon sac dont la masse était franchement supérieure à la masse normale d'un sac normal.
Je glissai une main dans ma poche arrière, et haussai les épaules, blasée.
Et puis, je réagis.
Je retirai vivement ma main de ma poche, et l'observai, regardai la paume de la main, son dos... J'écarquillai grand les yeux. Non ! C'est pas possible ! Aaaah, j'en étais sûre ! Mon pinceau a disparu ! Et c'était mon dernier ! J'en ai absolument besoin pour tout à l'heure, avant de partir du lycée je vais aller faire un tour dans les clubs, il paraît qu'il y en a un pour la peinture et le dessin ! Non non non non non, je vais mourir sans mon pinceau !
Ah ! Je sais ! Il ne peut être que dans la classe ! Et... Eeet oui ! Je savais que la fille que j'ai bousculé tout à l'heure me disait quelque chose !
Bon, allez, pas de panique Yureka, on reprend ses esprits, et on calme le monologue intérieur.
J'inspirai un graaand coup, et me retournai, cherchant la petite brune du regard. J'attrapai mon sac, grognai à cause de son poids inhumain, et parcourrai les couloirs d'un pas rapide à la recherche de ma camarade de classe.
Un grand sourire vint étirer mes lèvres lorsque je l'aperçus. Je trottinai, posai une main sur son épaule, et... Et ce n'était pas elle. Mais c'est pas vrai, j'ai vraiment pas de chance !
Je m'excusai, m'inclinai rapidement, et repartis dans ma course. Et puis, je trébuchai et laissai tomber mes affaires. Mon dieu quelle chance... Alors que je m'accroupissais pour ramasser les feuilles et crayons qui étaient tombés hors de mon sac (tiens ! y'a même une brique de lait pour chat là-bas, génial...) je vis une ombre sur le sol se rapprocher. Je levai les yeux, et un immense sourire anima mes traits.

-Je te cherchais !
m'exclamai-je en me redressant d'un bond, laissant tomber le stylo que j'avais jusque là dans les mains.

Emportée par mon élan, je pris ses mains dans les miennes, et, les yeux brillants, je plantai mon regard dans le sien.

-Tu es bien dans ma classe, non ? J'étais certaine d'avoir déjà vu ton regard quelque part !


Je regardai alors vivement autour de moi, et souris en m'apercevant que j'étais revenue au point de départ, les casiers.

-Bon, attends-moi, je vais mettre mon sac au casier -une fois que j'aurais tout ramassé...- et je reviens !


Je pense que justement, je ne suis pas assez timide parfois. Et je dis que ma mère est la Reine de la violence verbale... A mon avis, je suis tout aussi violente, à parler comme ça avec des étrangers !
Je me baissai, et commençai à ramasser toutes mes affaires pour aller ensuite les déposer dans mon casiers si fraîchement acquis et pourtant déjà tant utilisé.
Revenir en haut Aller en bas
http://terrae.forumpro.fr/
 
La maladresse, c'est bon à toutes les sauces. (Pv Maiko)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le kidnapping sert toutes les sauces
» Bonjour dans toutes les langues
» [RP] Toutes voiles dehors ! Souquez les artimuses !
» 06- La maladresse ça fait mal !
» Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ Le lycée Pretty School ❞ :: Casiers-
Sauter vers: