Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agona Sakurazaki
Tsunami



Féminin Messages : 187
Age : 26
Emploi/loisirs : T'aider à tes problèmes ! ♥
Humeur : YEAH
Ici depuis le : 11/03/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : coudre des vêtements
Liens:
MessageSujet: T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}   Sam 20 Nov - 16:29

RP avec Yao-chou quand il sera validé What a Face

    TIROULIROULIROULIROULIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!

    PUTAIN !!! SALE REVEIL DE MES .... OVAIRES. FAIT CHIER. FAIT CHIER. PENDANT LES VACANCES CET ENFOIRE. CONNARD FAIS MARCHE ARRIERE. REMBOBINE. JE VEUX FAIRE LA GRASS' MAT' OKAY ????!!!!

    BORDEL DE MERDE. FIOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU. ON SE CALME. ZEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN. YOGAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.
    ON INSPIRE. ON EXPIRE. ON INSPIRE. ON EXPIRE.

    *BADABOUM.*
    Réveil neutralisé. Bien fait pour lui. Ca lui apprendra. Il sait ce que c'est que dormir longtemps pendant qu'on travaille pas ?!
    ... Je rêve où on est le 30 Octobre ?!?! Non ?! C'est impossible ! C'était les vacances !
    Ah non. J'avais rêvé que c'était les vacances. Quelle cruche ! C'est pas possible ! Pauvre petit réveil, il a juste voulu me réveiller pour être à l'heure ! D8 Pardon, blouchnouk. Pardon.
    T'as l'air bête à caresser les débris du réveil cassé. CA VA TOI.
    Zuuut. What's the time ?! Crétine, t'as cassé ton petit Blouchnouk ! Tu peux pas savoir ! Miiiiiiiiince çwç Prends ton portable, idiote ! Oui, oui, oui ! *PAAAAAAAAM.*
    Là tu t'es rétamée par terre. MERCI OUI. SILENCE ET PRENDS TON FUCKING PORTABLE. Je le trouve plus !!! Et putaiiiiiiiiiiiiiin. Mais moins douée que toi ça existe ?! Je m'en fous royalement, là, Darling ! Ah, il est là ! Ah non, c'est la télécommande. ... BON GROUILLE LA. Peut-être dans le micro-ondes ? ... Sans commentaires.

    Ooooh, il est sur ma table de nuit. IMBECILE. J'avais pas vu, d'accord ? Rooooh, je suis mal réveillée ! Et il est quelle heure ?
    Oh, 7h30. Ca va, j'ai le te... TEMPS ?! 7H30 ? OMG. OMG. OMG.
    DEPECHE MA GRANDE !!! JE SAIS, JE SAIS !!! *BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING* T'avais pas vu que la porte était fermée ?! Si. Enfin non. Enfin j'en sais rien ! BON ON S'EN LUSTRE L'ASPERGE. Restons calme. Faisons les choses dans l'ordre.

    1. Calme, tu seras.
    2. Manger ton petit-déjeûner sans t'en mettre sur les doigts, tu devras.
    3. Avec élégance et raffinement, tu t'habilleras.
    4. En retard, tu n'arriveras pas.
    C'est fini oui, les 4 commandements ?! Autre chose à foutre.

    Bon, bon, bon. Va prendre ton petit-déjeûner.
    ...
    ...
    ...
    Dans la cuisine, Darling. Dans la cuisine. Et on est où à ton avis là, patate ?! Dans la salle de bains. Mais non, le machin là, c'est bien la table ? Non, c'est la baignoire. Ah. Et là-bas, c'est une tasse de chocolat chaud non ? Qu'est-ce qu'elle fout là, abrutite ?! Va la remettre en place ! Mais elle est utilisée ! SEIGNEUR MAIS AIDEZ-MOI. SORTEZ MOI D'ICI, DONNEZ MOI UNE JEUNE FILLE RESPONSABLE A GARDER. Fous ta tasse à la noix de coco des îles dans le lave-vaisselle ! Heuu... En général une noix de coco ça vient souvent des îles. AH POUR CA T'ES REVEILLEE HEIN. La cuisine !

    JE RÊVE OU TON FRIGO EST VIDE ?! C'est la réalité, banane. T'en es une belle, de banane toi ! Tu vas faire comment ?! DON'T PANIK. Je mangerai en allant au boulot, y'a une boulangerie sur le chemin. Bon, d'accord. Et si t'allais t'habiller maintenant ?
    Oui, oui, ça va ! Je me dirige vers mon armoire. SANS DEC ? Toi, tu vas te traire (n'est-ce pas ? What a Face).
    PAS DE ROBE ? PAS DE ROBE ? C'EST UN CAUCHEMAR ! Je veux mettre une rooooobe ! T'aimes les pantalons pourtant ? Oui, mais aujourd'hui y'a un nouveau surveillant, et je veux me faire belle D8 ! ... Contente toi d'enfiler ton pantalon, bécasse. PAS LE TEMPS DE FAIRE LA LESSIVE. ROH CA VA !

    Décris ta tenue aux lecteurs. TU SOULE.
    Chemise blanche, avec par dessus, un pull noir en coll V avec des décos blanches en dentelles. Manches de la chemise par dessus le pull, coll de la chemise également, pantalon slim en jean noir, bottes montantes et c'est paré. J'essaye de me faire une queue de cheval, mais après trois tentatives lamentablement échouées, je les laisse ma chevelure détachée. Mon petit haut-de-forme (avatar What a Face), mon sac avec tout mon bordel dedans, une veste en cuir et HERE I GO !
    Ah non, d'abord je dois prendre mon sac plastique avec une chemise à rayures noires et grises, pour notre nouveau surveillant, pour lui souhaiter la BIENVENUUUUUE. T'es encore trop gentille... NON. c'est une question de politesse. Ah si tu devenais plus maligne, pour moi ce serait un beau cadeau...
    Grrrr. Je ne répondrai pas à ça.

    Bon, il est juste un petit peu 7H45 et je dois être là-bas à 50 !
    Je me grouille de descendre les escaliers en me cassant comme il faut la figure, puis je cours dans la rue, je m'arrête devant la boulangerie et...
    FERMEE POUR TRAVAUX. AH LES CHAMEAUX SI JE LES ATTRAPAIS. JE LEUR METTRAI LEURS BAGUETTES DE PAINS DANS LE ... Passons.
    Tant pis, j'y vais le ventre vide, ça fait rien ! Je suis déjà assez en retard. MAIS GROUILLE AGONA, GROUILLE ! J'ESSAYE ! Je suis crevée ! T'avais qu'à te coucher tôt ! Mais je devais finir la chemise, andouille ! Tu la lui donnais demain, et c'était bon ! Mais c'est plus pareil, demain ! Il vient aujourd'hui ! Tu m'agace.

    Bon. Les portes du lycée. Je cours, je cours, je cours !!!!!! Je suis essouflée. AGONA. T'as l'air trop bête, regarde comment les éléves t'observent ! RIEN A FOUTRE ! VIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITE IL EST 49 !!!!
    OUF. SAUVEE. Je m'arrête, complètement essouflée devant le bureau des surveillants. Je reprend tant bien que mal mon souffle, immobile devant la porte, et là...
    MON VENTRE GARGOUILLE ! Tais-toi, tais-toi, bon sang de crotte !!! *groui* CHUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUTEUH.

    "Oh noon. J'aurais du faire les courses hier... Pfff la boulangerie aurait jamais du fermer !

    -Alors Sakurazaki l'éternelle célibataire ? T'es arrivée en retard parce-que t'as enfin trouvé un mec cette nuit ? What a Face"

    Je me retourne et voit un garnement qui me PHGOIHROIHUHIUG depuis le début de l'année ! ENFOIRE !

    "Non, si tu veux savoir ! J'étais en train de coudre une chemise toute la nuit pour le nouveau surveillant !!! Prends-en de la graine et va confectionner des cadeaux à tes camarades au lieu de m'emmerder !!!"

    GRRRRRRRR. Il se casse en gromelant. Il l'a cherché !
    Un petit grincement. *SHACKABAM.* Aïe !!!! çwç Je me tiens la tête, que la porte qui venait de s'ouvrir avait cognée. Je relève les yeux en gueulant :

    "NAN MAIS WTF !!! HELENE TU PEUX PAS FAIRE GAFFE ?! CA FAIT MAL, MERDE !!! heu..... PARDON ! Vous n'êtes pas Hélène ! Excusez-moi ! Heuuuu, rentrez ?"


    Ben... il re-rentre dans le bureau et je le rejoins ! C'est logique. Je regarde l'individu et...
    ...
    ...
    NONNA MIA. ♥w♥ Il est trooooop troooop beauuuuuu ! *www* AGONA CALME TOIIIII TU TREEEMBLE ! M'en fous. *w* Il va s'en rendre compte, crétine ! M'en fous. *w* Il va te prendre pour une dingue ! M'en fous. *w* Il va... M'en fous. *w* OH ET PUIS JE FERME MA GUEULE. M'en fous. *w*
    Sérieux, t'as déjà vu quelqu'un comme ça ? *w* Heu... Keith ? Non, Keith est effrayant. *w* Et si t'arrêtais cet air de *w* ? Non. *w* Oh putain...
    Et regardes ses yeux noirs. Non, violets. Non, bleus. Enfin, les trois ! *w* C'est juste, magnifique ! *w* Ses cheveux sont super beaux, il a l'air d'en prendre soin ! *w*
    Et regarde son allure. *w* Il a la classe... *w* J'avoue que par rapport à toi... Et puis son manteau noir plutôt élégant. *w* Son jean blanc. *w* Quelle classe. *w* C'est bon t'as fini de t'extasier ?! Non. *w*
    Regarde-toi, pauvre écervelée, tu le fixe d'un air ahuri. Tu es *w* dans ta tête, mais dans la réalité t'es °o° ! Ah bon. *w* Rien à faire. *w*

    Bref, après l'avoir dévisager pendant un instant (UN INSTANT, UN INSTANT ! PLUSIEURS INSTANTS OUI ! Rooooh, ça va !) je me réveille, enfin, et je lui dis :

    "Vous êtes le nouveau surveillant ? Enchantée, je suis Agona Sakurazaki. Je suis chargée de te faire visiter et de te renseigner sur tout ici. 8D Si tu as des questions, n'hésite pas ! 8D"

    Encore un petit instant, puis je lui tends le sac plastique.

    "Heuuuu. Tenez ! J'ai fait ça pour vous souhaitez la bienvenue ici ! 8D Je sais pas si vous aimerez, mais... Voilà ! Essayez-là, et si elle ne vous va pas je la rajusterai !"


    Tu vois pourquoi je me suis grouillée de la finir, patate ? Ouais, bon. Reste à savoir si elle va lui plaire. Et c'est pas gagné.



Revenir en haut Aller en bas
Yaoki Kurotani
Goutte



Messages : 11
Ici depuis le : 03/10/2010

MessageSujet: Re: T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}   Dim 21 Nov - 14:02

    « TUT. TUT. TUT. TUT. »
    ET TA GUEULE, TU LA FERME. Et bien. Quelle vulgarité dès le matin. Félicitation Yaoki. Ta gueule aussi Taylor. D’accords. Rendors toi mon grand. Fais un bon sommeil. Loupe ton premier jour de travail. HEIN QUOI ? AH MAIS OUI ! Je me disais bien que t’étais bizarre. Haha. T’as vraiment cru que j’étais capable de te dire de telles gentillesses ? Oui quand je ne vais pas bien tu le fais. Euh, finalement je suis sérieux rendors toi et oublis donc ces âneries tu veux ? Non je ne veux pas. Je dois bosser. Fais chier c’est déjà la fin de mes vacances prolongé. Et oui, la vie et dure. Bouge tes fesses. Nan. Mon lit est chaud. Et ta fiche de paye sera vide si tu ne te bouge pas un peu. Tu ne comptes quand même pas arrivé en retard dès le premier jour. Je ne suis jamais en retard et tu le sais. Ben, si tu continues tu le seras. Mais non. Il n’est que 7h12. Si je me lève à 15 tout ira bien. Et moi je persiste à penser que tu va être en retard. Mais non. En tout cas je ne suis pas le seul à le penser. Regarde qui vient te rendre visite dans ta chambre. Ton petit frère Jimmy. Hein Jimmy ? Ah oui, c’est bien lui. Parce que je mens peut-être ? Non mais… Il fait noir et je ne suis pas réveiller. La faute à qui ? C’est bon. En tout cas, Jimmy saute sur mon lit et me regarde avec des yeux de chiens battus. Et avec une voix de reproche il me crie. Graaaaaand frère !! DEBOUT ! Sinon tu vas être en retard et tu as promis de m’emmener à l’école. Ah oui merde c’est vrai. Fait chier, là je suis à la bourre. Le détour à faire n’est pas trop grand mais c’est quand même du temps perdu. Bon vite. Je lui dis que je me lève dans une minute et qu’on sera à l’heure. T’as une preuve de ce que t’avances ? Oui. Je suis toujours à l’heure. Mais purée de Kiwi Yao’ ce n’est pas une preuve ça. Oh c’est bon, du calme Taylor. Je rigolais. N’insulte pas les kiwis pour une petite plaisanterie. Ils n’ont rien fait de mal. Oui bon si tu le dis, maintenant debout. J’attends que Jimmy ait quitté ma chambre pour me lever à mon tour. Je me dirige vers la salle de bain. Maintenant je comprends pourquoi tu voulais attendre. Mais quelle idée aussi de dormir en caleçon ? Bah c’est ce qu’il y a de plus confortable. Met un t-shirt au moins. Non ! Et si tu continue de critiquer je dors nu ! Euh finalement le caleçon c’est un très bon choix. Oh làlà, quel idiot tu fais. Ferme là et va te laver. Oui. Je me lave sous une eau brulante. Les minutes passent et je ne me rappelle pas que je suis pressé. Toc. Toc. Toc. À priori ton petit frère s’en rappelle lui. Franchement, t’es censé t’occuper de lui et c’est lui qui s’occupe de toi. Tu ne trouves pas qu’il y a un léger problème ? Parce que c’est qui fait à manger les courses et tout ? Non ça c’est la dame que t’as engagé pour ça. Sauf que le Mercredi elle ne travaille pas. Bref sors de cette douche. Attend deux secondes que je profite une dernière fois de ce si doux contact. L’eau brulante contre ma peau gelée. C’est tellement bon. Rien ne peut surpasser ça. Tu dis ça car tu ne connais pas la chaleur humaine. Je connais. Je parlais de la chaleur d’un aman, d’une maitresse. Et je ne veux connaître ni l’un ni l’autre.

    Je sors de la douche à contre cœur mais il ne me reste que vingt-cinq minutes pour me préparer, emmener mon frère à son collège et arrivé au boulot. Autrement dit que si je n’accélère pas le rythme je suis dans la mouise. Nan franchement comme tu t’es choisi tes vêtements hier tu n’as pas de problème. T’es cheveux sont en bonne état pas besoin de brush’ ce matin. Un coup de peigne suffit. Avec quelques ajustements. Mes cheveux <3. Je me coiffe. Avec application et amour. Mais oui. Je fonce ensuite dans ma chambre et enfile une chemise noir et un jean blanc. Chemise, Cheveux. *w* Une bonne journée en perspective. Je me regarde dans la glace, ébouriffe légèrement mes cheveux. Il y a un problème. Dans ma tenue. C’est classe, c’est beau. Mais il manque un truc. Et je sais quoi. J’ouvre mon armoire. Je regarde au bon endroit car je vois immédiatement ce que je cherchais. Un pull gris sans manche. Je l’enfile par-dessus ma chemise et le tour est joué. J’enfile mon manteau. Il est assez simple mais quand même très élégant. Et puis je trouve qu’il me va bien. C’est pas faux. Je descends l’escalier toute vitesse. Enfile mes chaussures et appelle Jimmy pour lui dire qu’on parle. Il arrive à la vitesse de l’éclair. Je prends mes clefs de voitures puis nous sortons dehors. Je ferme la porte à clef et active le système de sécurité. Une maison comme la notre attire les voleurs. Elle est grande et belle. Je ne sais même pas pourquoi j’en ai acheté une si grande alors que nous sommes que deux. Peut-être pour éviter la sensation d’être enfermé. Bref, une fois installé je démarre la voiture. Puis c’est partit.

    - Ah ! Merci de m’emmener grand frère, les grands m’auraient encore ridiculisé pour avoir ma place si j’avais pris le bus.
    - QUOI ?! TU TE FAIS MALTRAITER ET TU NE ME L’AS PAS DIT ?
    - Euh, j’avais peur que tu t’énerves. Ne va pas les dénoncer ! Tu empirerais les choses.
    - Qui a parlé de les dénoncer ? Je vais juste faire en sorte qu’il te craigne.
    - Tu ne vas quand même pas…
    - Une bande de collégiens bourrés de testostérone ne me fait pas peur. Touché à mon frère c’est signé son arrêt de mort.
    - HO ! MERCI YAO’ ! TU ME SAUVES LA VIE.
    - Derien, mais là on est arrivé, donne moi leur nom, je m’en charge ce soir.

    Il me donne les noms en me remerciant encore. De l’avoir emmené et de réglé ce mal-entendue. Ces connards ont osé sans prendre à mon frère. À cet être. Ils vont le payer cher. Je compte sur toi pour faire en sorte qu’ils aient même peur de leurs ours en peluche. Ne t’inquiète pas pour ça. Je sais me battre. Durant ma période de violence, j’ai envoyé un bon nombre de personne à l’hôpital. Tiens c’est une boulangerie la bas non ? Je n’ai pas mangé ce matin. Un coup d’œil à ma montre. Oh, c’est bon j’ai encore huit minutes. Je serais là à temps. Je descends et me prend cinq croissant. Je pourrais partager avec mes nouveaux collègues. Je remonte dans la voiture et me remet en route pour mon nouveau lieu de travail. Un lycée. Nommé Pretty School. C’est un peu… Féminin comme nom mais on s’y fait. Une pensée me traversa l’esprit. Huhum. Tu sais très bien que je suis intelligent. Tu as un bon Q.I mais tu n’es pas non plus Einstein. Pas loin, pas loin. Maisouibiensur. Bref, je me demande… Mes collègues. Se seront des femmes ou des hommes. Peut-être les deux. Mais en majorités. Bon écoute. Je ne vois pas l’avenir donc je n’en ai pas la moindre idée. Mouais. Mais on m’a dit qu’un collègue me fera visiter l’école et répondra à mes questions. Je dois le rejoindre plus tôt. À 7h50. J’espère que c’est un gars. Je sais que j’ai accepté de faire des efforts avec les femmes mais il ne faut pas abuser quand même. J’arrive et je me gare dans le parking du lycée. Je sors de ma Mercedes. Puis regarde le bâtiment avec un petit pincement au cœur. Je commence officiellement une nouvelle vie. Pas de retour en arrière cette fois. Au fond, j’espère que ce lycée va m’apporter, que je finirais par devenir quelqu’un de bien. Et moi aussi je l’espère. J’espère qu’un jour tu pourras sortir de ta coquille. Oublié cet enfant maltraité. Et surtout être heureux. Pour de vrai. Pas que par instant. Nous avons beaucoup d’attente envers ce lycée. J’avance et j’entends des gloussements, je me retourne. Des jeunes filles en chaleur, des gamines. Elles rougissent. Je reprends mon chemin sans prêter attention aux regards ce voulant charmeur. Quelles idiotes, croire que je vais perdre mon temps avec des petites pimbêches aux hormones bien réveiller. Nan mais. Où va ce monde ? Ne cherche pas. C’est comme ça de nos jours. Les filles se prennent pour des reines de beauté et n’ont plus aucune dignité. Franchement, elles me font pitié. Je ne peux retenir un rire. Bon maintenant que je suis dans le lycée, où je dois aller enfaite ? Le bureau des surveillants, Eukay, mais c’est où ça ? La personne qui va me recevoir va me montrer le lycée et me fournir un plan mais en attendant je fais comment. Demande à un élève peut-être ? Ah ouais pas con. Bravo, tu m’impressionnes Taylor. Pfeuh. Je demande à UN élève. J’ai du faire trois couloirs avant de trouver un mec, mais il était hors de question de demander à une de ces péripatéticiennes en herbe. Une de ces futurs filles de joie qui travaillent sur les trottoirs . Nan mais, faut pas rêver non plus. Bref, le mec m’indique une porte un peu plus loin. Et bah je l’avais trouvé tout seul enfaite ce fichue bureau. Je m’approche. Personne. Je rentre pour ne plus avoir à supporter les regards langoureux de ces idiotes. L’espoir fait vivre tu sais. C’est bien. Elles vont vivre longtemps. J’ai deux minutes d’avance finalement. Qu’est-ce que je disais ? Je ne suis jamais en retard. C’est un don. C’est ça. Une respiration saccadée ? Groui, groui, groui. Euh ça par contre je ne sais pas ce que c’est. Mais il y a quelqu’un de l’autre coté de la porte.

    "Oh non. J'aurais du faire les courses hier... Pfff la boulangerie aurait jamais du fermer !

    -Alors Sakurazaki l'éternelle célibataire ? T'es arrivée en retard parce-que t'as enfin trouvé un mec cette nuit ? What a Face

    - Non, si tu veux savoir ! J'étais en train de coudre une chemise toute la nuit pour le nouveau surveillant !!! Prends-en de la graine et va confectionner des cadeaux à tes camarades au lieu de m'emmerder !!!"

    Merde, quelqu’un emmerde un surveillant. C’est quoi ça. Les jeunes, aucun respect. Je sors du bureau pour défendre celle qui doit être ma collègue. Et oui, pas de chance Yao’ c’est une femme, je te remercie de me le rappeler… Bref j’essaye d’ouvrir la porte, mais quelque chose derrière m’en empêche. J’insiste donc un peu. Je retiens un : Ouvre-toi saloperie de porte. Mais dès le premier jour je ne suis pas sur que ça fasse bonne impression donc on va éviter. Bon c’est quoi ce qui gène la ? Ecoute, tu comprendras. Ecouter quoi ? Les injures dont tu es la cible peut-être ?

    "NAN MAIS WTF !!! HELENE TU NE PEUX PAS FAIRE GAFFE ?! CA FAIT MAL, MERDE !!! Heu..... PARDON ! Vous n'êtes pas Hélène ! Excusez-moi ! Heuuuu, rentrez ?"

    HEIN ? Merde ! L’obstacle c’était la surveillante. Comme elle s’est écartée j’ai pu ouvrir la porte en entier. Elle me demande de rentrer. Je suis déjà à l’intérieur. Mais je m’enfonce plus dans le bureau. Je ne la regarde pas directement. Je préfère récapituler tout ce qui s’est passé dans la minute précédente. Donc. Une femme est arrivée essoufflée, elle avait faim. Un élève est passé en ce moquant d’elle. Sakurazaki l’éternelle célibataire. Salaud. Moi aussi je suis un éternel célibataire. Et pourtant je le vis bien. Enfin bref. Elle l’avait cassé cet imbécile. J’aime bien son sens de la répartit, j’ai du mal à ne pas rire en repensant à la scène. En plus… Elle a parlé de chemise pour le nouveau surveillant. C’est moi le nouveau surveillant. Chemise ? CHEMISE <3 J’aime les chemises. Même cousue par une inconnue ? Euh ouais. Une chemise est une chemise. Qu’importe ses origines. Et puis c’est plutôt gentil, bien qu’étrange, de m’offrir un cadeau de bienvenue. Mais le pire c’est que je lui ai ouvert la porte dans la gueule à cette fille ! Je veux m’excuser par politesse pas par galanterie et je me tourne vers elle. Elle me regarde bizarrement. Mais ça je m’en contre balance. I don’t care baby. Tu as vu cette fille ? Hein ? Taylor ! Tu as vu ? Oui je vois tout ce que tu vois. Tu as vue a quel point elle est belle ? La huitième merveille du monde. Ces cheveux blonds, son chapeau, ses vêtements d’une classe indéniable. Mon cœur… Il fait boum-boum. Euh… Yao… Oui ? Mauvais nouvelle ! Quoi ?! Je crois que… tu as ce qu’on appelle… euh… un coup de foudre. QUOI ? Qu’est ce que tu racontes. Regarde-la. Que fait ton rythme cardiaque ? Euh... Il s’accélère. C’est un coup de foudre. Bravo. Yaoki tu tombe amoureux de la première adulte que tu croises. Je savais que tu avais prévu de faire des efforts mais à ce point. Ta gueule ! Sérieusement, ta gueule. Je suis déjà assez mal, pas la peine de m’enfoncer encore plus… Qu’est ce que tu vas faire… Je ne sais pas. De toute façon je n’ai pas le temps de réfléchir. Elle sort de la transe dans laquelle elle était entrée et me dit que des choses que je savais déjà, mis à part son nom.

    " - Vous êtes le nouveau surveillant ? Enchantée, je suis Agona Sakurazaki. Je suis chargée de te faire visiter et de te renseigner sur tout ici. 8D Si tu as des questions, n'hésite pas ! 8D

    - Euh, oui c’est bien moi. Enchanté de même. Je n’hésiterais pas merci.

    -Heuuuu. Tenez ! J'ai fait ça pour vous souhaitez la bienvenue ici ! 8D Je ne sais pas si vous aimerez, mais... Voilà ! Essayez-là, et si elle ne vous va pas je la rajusterai !"

    Elle me tend un sac plastique. What ? Une chemise. LA CHEMISE *w* Finalement je l’adore déjà. Tu as eu un coup de foudre, c’est pire que de l’adoration. Oui. Mais. Non. Une chemise. C’est… C’est the cadeau parfait ! Elle a du gout. Elle connait les mecs. Bref, regarde la cette foutue chemise. Tu risquerais de vexé ta bien aimé. Tu la ferme ta gueule ? Non. Je m’en doutais de toute façon. Bref. Je sors la chemise du paquet. OH MY CHLOEE ! ELLE EST MAGNIFIQUE ! Noir, rayé grise. C’est de l’art. Je me tourne vers elle avec un grand sourire. Moi… Sourire à une fille au bout de même pas dix minutes. Qu’est ce qu’il m’arrive ? Je ne sais pas… mais ça me fait peur. Merde. Bon je dois la remercier. Et lui dire qu’elle arrête de me vouvoyer (même si a un moment elle m’a tutoyé) car ça me stress. Personnellement, jamais je vouvoierais une femme de mon âge. Pas assez de respect pour ça. Et je dois aussi me présenter. Je ne l’ai pas fait. Ah oui ! Et lui donner un croissant en guise de remerciement. Elle a bien dit qu’elle avait faim. Non c’est son ventre qui l’a fait. C’est du pareil au même enfaite.

    Oh ! Merci beaucoup elle est trop belle ! J’adore ! Mais... je l’essayerai chez moi si ça ne te dérange pas. En tout cas merci. Tu en veux un ? Lui dis-je en lui tendant des croissants. Pourrais-tu me tutoyer s’il te plait. C’est trop bizarre sinon... haha. Alors, si on commençait cette visite ? Ahui ! Au faite, je m’appeler Yaoki.

    Au moment où je me présentais deux filles passèrent en criant dans le couloir ce qui recouvrit ma voix. Je ne suis pas sur que cette Agona m’ait entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Agona Sakurazaki
Tsunami



Féminin Messages : 187
Age : 26
Emploi/loisirs : T'aider à tes problèmes ! &#9829;
Humeur : YEAH
Ici depuis le : 11/03/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : coudre des vêtements
Liens:
MessageSujet: Re: T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}   Lun 22 Nov - 12:21

<---- J'avais envie de mettre de l'ambiance What a Face /SORT/


J'éditerai mon post ce soir, paske là il est presque l'heure d'aller en cours pour moi. D8 J'ai la flemme de mettre en page aussi. What a Face /PART/



    Han. Il aime ma chemise ! Je suis trop contente. Je sens le bonheur m'emplir. Quoi de mieux que de voir que ses créations sont aimées ? Bar un mec classe de surcroît.

    "Oh ! Merci beaucoup elle est trop belle ! J’adore ! Mais... je l’essayerai chez moi si ça ne te dérange pas. En tout cas merci. Tu en veux un ? Lui dis-je en lui tendant des croissants. Pourrais-tu me tutoyer s’il te plait. C’est trop bizarre sinon... haha. Alors, si on commençait cette visite ? Ahui ! Au faite, je m’appelle Yaoki"

    Attends. Rembobine ? Fais marche arrière ! J'ai rien pigé, avec ces pétasses dans les couloirs qui hurlaient.

    "Trop booooow le nouveau surveillaaaant <3"

    VOGGLE. VOUS LE TOUCHEZ VOUS ETES MORTES. En plus, il s'intéressera jamais à vous, s'pèce de pimbêches sans cervelle ! è_é
    J'ouvre sauvagemment la porte, les vois plantées là, gloussant comme des dindes et leur vocifère :

    "DEGAGEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ !!!"

    Telle une tornade, plus puissante qu'un volcan, j'avais réussi à les faire fuir. T'es trop forte ma grande.
    Bon. C'est Yao quoi en fin de compte ? Je lui demande.

    "Bien sûr je peux te tutoyer, mais... hein ? O_O Yaourt ? Tu t'appelles Yaourt ? Ca doit... pas être toujours facile. Mais ça va, c'est bon, les yaourts.
    -Yaourt ? Haha ! Trop fort. Nan ! Je m'appelle Yaoki, pas yaourt.
    -... AH PARDON DESOLEE JE SUIS TROP STUPIDE !!! D8) Yaourt... :cache:. Non mais pourquoi pas confiture !"

    Puis je me mets à rire devant mon idiotie. OH NON. Ton rire exécrable. Il va te trouver ridicule. N'importe quoi ! Il est joli mon petit rire. <3 Aussi pur que le cristal, aussi mélodieux qu'une douce musique. ... Vive la poésie, ma grande. Arrête de te la jouer sérieuse, ça te va pas.
    Toujours est-il que mon rire est charmant, alors viens pas m'emmerder. Mouais, admettons. Si j'étais ton mec je pourrais pas le supporter. SILENCE. D8)
    Bref, je me stoppais et lui dis avec un sourire :

    "No problem pour la chemise ! Essaye-là quand tu veux ! Enfin quand même pas dans deux ans, parce-que si ça se trouve je serais morte, ou alors déménagée, etc."

    Je l'observe. Je rougis un peu. Enfin, non, beaucoup. Imaginez une tomate bien mûre. Bah voilà, c'est exactement pareil.

    "Heuuu... On commence la visite ? Si tu veux voir quelque chose en particulier, genre si on passe devant une porte qui te fais envie, etc... N'hésite pas ! Bon, on va commencer..."

    Je n'ai pas le temps de finir qu'on frappe à la porte. Une élève entre et minaude :

    "Ouaiiiis heiiin j'ai un mot d'absence à faire signeeeer. -elle penche son bassin du côté gauche et met sa main sur celui-ci- VOUS POUVEZ ME LE SIGNER ?"

    Elle se dirige vers Yaoki, lui tend le carnet en lui faisant les yeux doux.
    Je me fous devant lui les mains sur les hanches, arrache le carnet des mains, je signe.

    "Désolée, mais c'est son premier jour. Il ne va pas règler les minables problèmes d'une idiote écervelée... HEU JE VEUX DIRE. Il ne va pas s'occuper des tâches tout de suite. What a Face"

    Je lui fais mon regard le plus sadique, mais celle-ci n'abandonne pas, me pousse et fait sans aucune gène à Yaoki :

    "tu t'appeeeeelles commeeeent ? Au fait, fais pas attention à elle hein. Si t'as envie tu peux t'occuper des élèves aujourd'hui, huhuhu *gloussement* C'est pas cette ridicule surveillante qui va t'en empêcher.
    -NON MAIS JE RÊVE ! DRAGUE LES PIONS JE DIRAIS RIEN ! DONNE-MOI TON CARNET !
    Deux heures de colle. Motif : Insolence envers un surveillant. MAINTENANT VA EN COURS !!!"

    Elle part un relevant la tête, je l'entends se casser la gueule dans les couloirs, et je ris de nouveau. Mais j'entends quelques mots chuchotés par quelqu'un :

    "Putain mais... conne ! ... tout... rater !"


    Je hausse les sourcils, puis annonçe à Yaoki que on va enfin pouvoir visiter, je le regarde en ouvrant la porte, j'avance en lui disant "fais pas attention aux glousseuses qu'il y a ici, elles essayent de se rendre intéressantes.", et là...

    "AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIEEEEEEEEEEEEE"

    Je glisse sur de la javel qui s'était retrouvée là je ne sais trop comment, et je retombe la tête la première à terre.
    Là, je vois le gamin que j'ai envoyé balader tout à l'heure ricaner avec toute une bande de filles. C'est lui ! Il avait dit à la pimbêche qu'elle allait tout faire rater ! OHHHH LE...
    Mon chapeau tombe par terre. Le gosse le ramasse.

    "Hum... Intéressant..."

    Je le regarde avec des yeux ronds. IL TOUCHE A MON PETIT CHAPEAU IL SE RECOIT UN COUP DE PIEDS DANS LES BIJOUX DE FAMILLE. Je le vois sortir une paire de ciseau, et faire une entaille dans un endroit, une autre ailleurs en rigolant comme un imbécile.

    "Je... Je... Mon chapeau... Tu..."
    ................................
    ................................
    Tu viens de signer ton contrat. La mort. Je vais te tuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuer !!!! ON TOUCHE PAS A MON HAUT DE FORME, J'Y TIENS COMME A LA PRUNELLE DE MES YEUX !!!"

    Il me regarde comme si j'étais folle, je me lève, je l'attrape par le col en grognant.

    "Fais gaffe, Sakurazaki, tu me touche, tu vas le regretter ! Ma mère a une poire d'angoisse chez moi, je peux aller la lui piquer et tu vas passer un sale quart d'heure !
    -C'est ça oui. J'ai une meilleure idée que de te casser la figure. Rends-moi mon chapeau."

    Il ne discute pas, je le mets délicatement dans mon sac, et je m'adresse à lui.

    "Je vais te donner des heures de colle. Pendant ces heures de colle, je vais te faire coudre. Te faire coudre le même chapeau que celui-ci, que j'ai fait à la main moi-même. Tu verras ce que ça fait quand on se tue à bosser et que notre travail est gâché par un avorton."

    J'écris sur son carnet les fameuses heures de retenue, lui montre d'un geste de se tirer avec ses bandes de greluches, et je me tourne vers Yaoki en lui souriant.

    "Bon, la visite."

    Je lui montre toutes sortes d'endroit, explique chacun de leur fonctionnement. Sur le chemin, on rencontre certaines filles en train de faire des clins d'oeil dans notre direction, un mec a sifflé en nous regardant. Moi, comme une débile j'ai rien compris... Ils faisaient tous les idiots, certains couraient, d'autre on écrit sur les murs. "TON CARNET !" "TON CARNET ! " On a cessé de répéter ça durant toute notre visite. Un moment, on a même eu droit à "OH LES AMOUREUX !" "TON CARNET ! èOé" ou encore "SAKURAZAKI A DU GOÛT !" "TON CARNET !"
    Bref. Je suis sûre que au moins 1/4 des élèves a eu un mot dans son carnet, donc 1/2 de ce 1/4 des punitions (pardonnez-moi je fais le chapitre des fractions en maths What a Face).



Si c'est nul, je modifie. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Yaoki Kurotani
Goutte



Messages : 11
Ici depuis le : 03/10/2010

MessageSujet: Re: T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}   Dim 5 Déc - 17:59

    And the winner is… Yaoki ! Comme toujours. Euh… Suis-je censée rire. Non, seulement te taire et me vénérer. Ouais, ou pas, hein ! Nan mais franchement, on peut savoir ce qu’il t’arrive ? Bah, une fois de plus, j’ai eu raison. Ah ouais ? Où ça ? Et tu m’enlèves ce une fois de plus, compris. Non, et j’ai eu raison en disant qu’elle n’avait pas entendu mon prénom. Pff ! Même un singe trisomique l’aurait deviné ! Mais oui… Alors pourquoi tu ne l’as pas dis, hein ? Parce que je ne suis pas un singe trisomique. Non, t’es bien pire. Il n’y a rien d’assez stupide sur terre pour te décrire. Limite on devrait appeler ce stade de stupidité : Taylor. Haha. Très drôle. Quel humour ! Tu es tellement hilarant quand tu es amoureux. Ferme-la. Enfin… Bref ! T’as du succès ! Quelle connerie racontes-tu encore ? Bah… T’as pas entendu ? Entendu quoi ? Ce qui a recouvert ta voix quand tu t’es présenté. Non, j’ai juste entendu un cri strident. Bah va chez le médecin, je crois que tu deviens sourd ! Euh… Bah. C’était une exclamation genre : "Trop booooow le nouveau surveillaaaant <3" criée par des pimbêches sans cervelles. HUM ! HUHUM ! D’ailleurs si t’es intéressé et que tu détournes tes yeux et ton attention d’Agona, tu remarqueras ite qu’on les entend encore glousser derrière la porte close. Qu’elle bande d’idiote. Si elles croient que je vais m’intéresser à elles. Comme si c’était possible… De nouvelles tricentenaires sur la liste des filles stupide aux rêves désespérés. Des cas ces filles. Je te jure ! Oui… tu as tout compris. Comme toujours. On fait un beau duo de narcissique quand même. … Tu ne trouve pas ? Beurk. Duo… Toi… moi… Nous...HI ! Ne redis plus jamais ça ! Non mais quel orgueilleux je te jure ! Haha. Je rigole Yao-chou ! Euh … ! Taylor… Oui ? Meurs ! Si tu veux mais tu te démerde si je te manque après… Ouais, bon, laisse tomber. Revenons à la jolie blonde, tiens. Pas touche ! Même si je pouvais je ne le ferais imbécile. Heureusement pour toi Taylor ! Heureusement ! Bref. T’as vu comment elle a l’air énervée ? Ah Ouais. C’est vrai. Pourquoi à ton avis ? Peut-être que tu lui plais hein.

    "DEGAGEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ !!!"

    Aaaaaah ! C’EST QUOI ? Je sursaute sous le coup de la surprise. Ah ! Mais pourquoi elle cri comme ça. Euh regarde, c’est tellement évident. Même un idiot comme toi aurait du le remarquez. Elle avait ouvert la porte et hurlé sur les idiotes qui gloussaient comme des dindons devant la porte. Et ça avait marché. Le couloir était bel et bien désert. Tant mieux. Comme ça on sait pourquoi elle était énervée. Et pourquoi Monsieur de Philosophe ? Elle n’aime pas qu’on cri dans les couloirs. Pff… Désolé Yaoki, explication rejeté. Pourquoi. Parce que je l’ai décidé. Ce n’est pas suffisant alors. Tu m’énerves. Et… Alors ? Ferme-la. Désolé ce n’est pas dans mes intentions. Sans plus prêter plus d’attention à l’idiot dans ma tête, je me retourne à nouveau vers la belle surveillante, elle me regarde aussi. Merde il faut que tu te calmes Yaoki sinon tu vas piquer un fard et tu n’auras pas l’air ridicule. Beurk, je laisse ça aux pauvres abrutis sans cervelle. Idiot orgueilleux. Qui parle ? Je la regarde encore quelque seconde intensément, je ne sais même pas pourquoi. Ce que je sais c’est que pour l’instant il est impossible de détourner mes yeux des siens. Finalement j’y arrive sans pouvoir m’empêcher de lui faire un petit sourire. Petit sourire ? Tu lui as fait ton plus beau sourire oui, si elle ne craque pas après ça, c’est qu’elle n’est pas nette ou tout simplement pas hétéro. N’empêche maintenant, elle te regarde avec un air intriguée ta princesse. Ah bon ! Pourquoi ? J’ai un morceau d’épinard sur les dents O_O ? Tu n’as pas mangé d’épinard… C’est justement ce qui me faisait peur. … Enfin ce n’est pas pour ça, c’est rassurant mais c’est pourquoi alors. Peut-être pour ton magnifique sourire ou parce qu’elle vient de se rappeler qu’elle n’avait pas entendu ton nom ?

    "Bien sûr je peux te tutoyer, mais... hein ? O_O Yaourt ? Tu t'appelles Yaourt ? Ça ne doit... pas être toujours facile. Mais ça va, c'est bon, les yaourts.

    Yaourt ? YAOURT ! Yaourt… Yaourt ♪ La ferme Taylor. N’empêche elle est trop drôle ! Trop stupide ouais. Rah lalala ! Aucune indulgence Taylor. Nan mais avoue c’est drôle. Yaourt. Hahahaha. Yaoki tu me fais peut là. Tu m’étonnes qu’un tel prénom ne soit pas facile à porter tous les jours. Haha. J’en peux plus. YAOKI ! Haha. J’explose littéralement de rire en repensant au nom débile dont elle venait de m’affuter. YAOKI ! BORDEL DE MER...CREDI ! REPONDS QUAND JE TE PARLE ! Euh… Oui ? Quoi ? Tu te rends compte de ce que tu fais ? Non, qu’est-ce que je fais d’ailleurs ? Tu rigoles alors qu’on a déformé le prénom que ton père t’a donné. Ah .___. Mais ! C’est différend. En quoi ? C’est elle. Et puis elle ne m’a pas entendu. En tant normal tu m’aurais dis avec des envies de meurtres : Cette femme stupide a osé déformer mon prénom, pour qui se prend elle ? Ouais mais tu sais que là c’est différend. Je n’arrive pas à lui en vouloir, c’est plus fort que moi. C’est l’amour mon grand. Chut Tay’… S’il te plait. Je ne la connais pas et aimer nécessite de connaître la personne. Ce n’est pas de l’amour, juste une irrévocable attirance. Pour le moment. Pour le moment… S’il te plait ! Je n’ai pas envie de réfléchir à ça pour l’instant. On verra ça plus tard, à tête reposée. D’accords mais fait bien attention et évite de faire ou dire des conneries en attendant. Méfie-toi d’elle, c’est une femme. Et quand on se laisse aller avec elle, il arrive toujours des catastrophes. Taylor a raison et mon sourire s’efface. Pour vite reprendre sa place en entendant la suite des paroles d’Agona. Après que je lui ai répondu bien sur.

    “-Yaourt ? Haha ! Trop fort. Nan ! Je m'appelle Yaoki, pas yaourt.
    -... AH PARDON DESOLEE JE SUIS TROP STUPIDE !!! D8) Yaourt... : cache: Non mais pourquoi pas confiture !"

    Ah pour être stupide, elle l’est ! Croire que quelqu’un peut s’appeler Yaourt… Franchement qu’elle idiote. Ferme là Taylor. Elle t’a rien fait. Elle est train de rendre débile. Et tu vas encore m’oublier. Je ne ferais plus jamais une telle connerie, crois moi ! Mouais. Merde Tay’ fais-moi confiance. Eukay… Mais éloigne-toi d’elle. Je ne peux pas elle doit me faire visiter. BON ! ALORS MEFIE TOI ET FAIS PAS CHIER ! Du calme ! Ce n’est pas de ma faute si j’ai eu un coup de foudre ! Et alors ! Tu sais bien ce qui s’est passé la dernière fois. Je ne recommencerais pas ! Je te le promets ! Way ~ Tu comptes me la faire regretter longtemps encore cette erreur ? Elle date quand même de plus de cinq ans. Toute ta vie. Eukay. Attends ! Chut. Elle rigole. C’est un rire cette horreur. Chut c’est magnifique. Envoutant ? Une petite mélodie. Douce. J’adore ça. Arrête c’est stupide comme rire, on dirait le rire d’un lutin du Père-Bloody. La jalousie est un vilain défaut Taylor. J’ai bien compris que tu ne la supportais pas et que tu ne ferais aucun effort avec elle, mais bon. Tu pourrais éviter de mentir quand même. Son rire est charmant. Classe. Elégant. Rah. Je veux le réentendre. Une fois. Deux fois. Trois fois. Encore, encore, encore ! Et c’est moi qui mens. Je ne mens pas. Non t’exagères. C’est ridicule. C’est ça.

    "No problem pour la chemise ! Essaye-là quand tu veux ! Enfin quand même pas dans deux ans, parce-que si ça se trouve je serais morte, ou alors déménagée, etc."

    Je rigole à sa phrase. C’est vrai qu’il faudra que je me dépêche de l’essayer, parce que déjà c’est mal poli et en plus on ne sait jamais ce qui peut se passer. Huhu. Yaoki ? Oui ? T’es sérieux là ? Tu rigoles pour… ça ? Alors qu’elle vient de te dire que dans deux ans elle serait morte ? Cette fille est vraiment très stupide. Tu finiras vite par l’oublier crois-moi. Elle ne mérite pas que tu t’intéresse à elle. La ferme. Elle est très drôle, toi tu es juste Jaloux. Tu pourrais quand même avouer ça, non ? Tu pourrais avouer qu’elle n’est pas drôle. Elle l’est, c’est tout. Au moins elle fait de l’humour et essaye de se montrer gentille envers le nouveau que je suis sans non plus faire la potiche allumeuse. Way ~ Si tu le dis. En tout cas… Elle est stupide. Non. Pas du tout alors chut. L’amour rend aveugle. Ce n’est pas de l’amour ! Pourtant, ça y ressemble vraiment ! … Tais-toi ! Haha. Tu ne sais pas quoi dire. Je refuse juste de répondre à tes idioties de première. Mais oui. Mais oui. On te croit. Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans Tais-toi ? … C’est bien ce que je pensais !

    Haha ! Quel optimiste dit donc ! Enfin ne t’en fais pas, je l’essayerai ce soir même ! J’aime tellement les chemises que je ne pourrais pas faire attendre une œuvre d’art comme celle là.

    Finalement, ce n’est pas elle qui est stupide mais toi. Un vrai cas. Une erreur de la nature. Taggle. Nan mais t’as osé dire une œuvre d’art ! S’en ai une ! Elle est tellement belle cette chemise, tellement parfaite. Un peu comme la couturière d’ailleurs *w*. Finalement toi, ferme-la. Elle est loin d’être parfaite ! Elle a un grain, c’est évident. Qui se promène avec un haut de forme de nos jours ? Ben justement ! C’est original et classe. C’est mieux qu’une fille qui se promène avec un décolté de dix kilomètre et une mini jupe tellement mini qu’on ne peut plus appeler ça une jupe. Vu comme ça. Mais même… C’est ridicule. Non. Pas du tout.

    “- Heuuuu... On commence la visite ? Si tu veux voir quelque chose en particulier, genre si on passe devant une porte qui te fais envie, etc. N'hésite pas ! Bon, on va commencer...
    - Ouaiiiis heiiin j'ai un mot d'absence à faire signeeeer. -elle penche son bassin du côté gauche et met sa main sur celui-ci - VOUS POUVEZ ME LE SIGNER ?

    Stop ! On rembobine ! LÀ ! Chut Yaoki, tu n’es pas une série américaine… Américaine *w* Oui, oui, on sait. L’Amérique. C’est beau hein ? Oui, oui, si tu veux. Je veux. Tu ne vas pas te mettre à chanter du Joe Dassin quand même ? C’est qui lui ? Un chanteur français qui a écrit une chanson sur l’Amérique. Un brave type je suis sûr ! Mais oui. Evidement. On n’en doute pas. Bref, pour en revenir à la réalité ? Tu veux que je t’explique tout ce qui vient de se passer ? Ouais, vas-y ça serait pas mal. Okay. Donc ta dulcinée t’as demandé si tu voulais commencer la visite en te disant d’une voix niaise que tu pouvais aller dans n’importe qu’elle salle. T’es vraiment idiot toi, pourquoi le fait qu’elle se montre gentille devrait signifier qu’elle est niaise ? Pff, t’es beau, elle te drague et elle croit que vous allez faire des choses pas catholiques derrière une porte. Mais bien sur. Je ne me rappelais pas que t’étais autant un obsédé Taylor. Humph ! Moi ? Un obsédé ? Mais ça va pas ? Euh… Si, très bien même. T’as des preuves de ce que t’avances ê_é ? Oui. Lesquelles ? Tu t’imagines des choses alors qu’elle fait simplement sont boulot. Franchement… Bref. La suite. Oui, donc ensuite, au moment où Agona allait te dire que la visite commençait, une pétasse encore plus stupide que la fille au drôle de chapeau est arrivée en te demandant avec une voix de cochon d’inde si tu pouvais lui signer son absence. En plus avec une position de Barbie sur la Place Pigalle… Beurk. Ce genre de chose me répugne. De quoi. Ces filles et de devoir faire de la paperasse même pas dix minutes après mon arrivée à mon nouveau travail. Bah tant fais pas. L’autre idiote prend ta défense avec une position de Justicière. Arrête la voir si près de moi me donne envie de la serre dans mes bras. Sale pervers. Il n’y a rien de pervers là dedans ! Mouais. Ah ! Et arrête aussi de la traiter d’idiote, parce que la je suis capable de l’embrasser juste pour fermer sa gueule à l’autre blondasse.

    Désolée, mais c'est son premier jour. Il ne va pas régler les minables problèmes d'une idiote écervelée... HEU JE VEUX DIRE. Il ne va pas s'occuper des tâches tout de suite. What a Face

    Haha. Dans ton… Appareil dentaire. Idiote écervelée, elle a osé. Trop fort. T’as vu ! Vraiment, c’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Taggle Taylor. Non mais avoue, elle a du courage. Elle fait juste ça pour t’impressionner. Ou pas, hein. Ou pas. En tout cas, maintenant, je suis tranquille. Elle a signé l’absence et lui a rendu son carnet. L’autre peut partir. À priori, je dis bien à priori, ce n’est pas dans son attention… Oh ! FUCK ! Elle continue de te draguer avec sa voix insupportable et son rire qui donne envie de te tirer une balle dans la tête.
    "Tu t'appeeeeelles commeeeent ? Au fait, ne fais pas attention à elle hein. Si t'as envie tu peux t'occuper des élèves aujourd'hui, huhuhu *gloussement* Ce n’est pas cette ridicule surveillante qui va t'en empêcher.
    -NON MAIS JE RÊVE ! DRAGUE LES PIONS JE DIRAIS RIEN ! DONNE-MOI TON CARNET !
    Deux heures de colle. Motif : Insolence envers un surveillant. MAINTENANT VA EN COURS !!!

    - Ah, oui. Bonne idée. Et au faite, déjà je n’ai aucune envie de m’occuper d’élève de ton genre ensuite, mon nom ne te regarde pas mais si tu veux le connaître je peux te rajouter des heures de colles. Appelle moi Dieu pour le moment ça suffira."

    Haha. Voilà. On lui a bien fermé sa bouche à cette idiote. Bien joué pour le coup de Dieu. C’était vachement bien trouvé quand même. J’étais sérieux tu sais… Elle a intérêt à m’appeler comme ça. Euh Yaoki… Oui ? T’abuse là ! T’es surveillant, pas le grand manitou des aubergines. Ouais, je sais. Mais ça serait marrant et vu comme elle est stupide elle le fera surement. Agona rigole à nouveau, et comme la première fois, son rire provoque de drôle de sensation en moi. Des frissons, des décharges. C’est douloureux et agréable. Mais surtout tellement nouveau. Je me tourne vers elle et lui adresse sans le vouloir un magnifique sourire. Pourquoi je souris ? Je n’en ai pas la moindre idée. Juste une sensation de bonheur que je ne peux réprimer. J’entends une voix masculine chuchoté dans les couloirs puis des pleures. Je suis à peu près sur qu’ils appartiennent à cette pouf. Tu sais même si l’idée que tu te rapproches de cette fille ne m’enchante guère et le fait que tu sois ridicule me plait, je vais te donner un conseil car je veux que tu sois heureux. Hum ? PARLE ! IMBECILE ! Ah oui… Je n’avais même pas remarqué que nous avions cessé de rire. Je soupir et dit avec une voix faussement désespérée :

    Pouah. J’espère vraiment que tous les élèves ne sont pas comme ça… On commence la visite ?

    Elle approuve et me dit de ne pas faire attention aux glousseuses comme la fille qui venait de partir, elles essayent apparemment (pas seulement apparemment) de se rendre intéressante. Dans un sens c’est réussis… Mais ça n’a pas réellement l’effet escompté. Tu m’étonnes… Tu n’es pas zoophile, tu ne vas pas t’emmouracher d’un dindon quand même. D’un dindon mineur en plus. Parce que tu n’es pas non plus un Pédophile. Enfin je crois. Bien sur que si, je m’appelle Henri j’ai quarante-cinq ans et j’aime les petits enfants. … OhmonDieu. Apelle moi seulement Henri. T’abuse là ! Tu sais on pourrait vraiment y croire ! Mais non. Comme si j’étais un pédophile… Enfin bref. Agona ouvre la porte et sort en me tenant cette dernière ouverte pour que je puisse la suivre. Tu sais normalement c’est à l’homme d’être galant. Ouais.

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIEEEEEEEEEEEEE
    - AGONA ! ÇA VA ? "

    La stupide jeune fille s’était littéralement ramassé la gueule par terre. Elle avait glissé sur le sol en plus poli, hein Tay’. Oui, oui. Je regarde le sol pour voir la raison de sa chute. … De la javel. Au. Milieu. D’un. Couloir ? WTFG ? J’aurais vraiment tout vu ! Je lève les yeux. Et remarque un petit groupe d’élève dans lequel se trouve Blondie. Mais ce n’est pas elle qui se trouve en tête de fille. Manquerait plus que ça. C’est un jeune homme en vérité. Un sourire arrogant sur le visage. Evidement je ne le connais pas, mais il semble qu’Agona si. D’ailleurs, il ne me prête pas le moindre attention (contrairement à Blondie qui ne me lâchait pas du regard). Le chapeau de la surveillante était tombée au pied de l’insolent (et surement coupable). Il le ramasse avec un air sadique.

    "Hum... Intéressant..."

    Intéressant ? Qu’est-ce qu’il compte faire ? Il cherche quelque chose dans son sac. Une paire de ciseaux. Connard ! Qu’est-ce qu’il compte faire cette abruti ? Il ne va pas couper un si beau chapeau quand même, s’il fait ça il mérite d’aller en enfer ! Il ira en enfer, ne t’inquiète pas. Ouais mais je ne suis pas sur que ce soit suffisant. Bah arrête le, idiot. Ah oui. Je m’avance vers lui pour lui reprendre le haut-de-forme mais il est déjà trop tard. Il a fait une entaille sur l’un des bords. Un cri s’échappe de la gorge d’Agona. Et ce salaud recommence autre part. J’ai une de ces envie de lui foutre une raclée mais la pauvre fille, encore à terre, me devance en criant comme une désespéré.

    "Je... Je... Mon chapeau... Tu..."

    Elle marque une pause. Le temps surement de reprendre ses esprits et de se calmer pour pouvoir parler. Elle ne s’est pas calmé Yaoki, bien au contraire. Méfie-toi. Cette fille est folle allié.

    Tu viens de signer ton contrat. La mort.
    Je vais te tuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuer !!!! ON TOUCHE PAS A MON HAUT DE FORME, J'Y TIENS COMME A LA PRUNELLE DE MES YEUX !!!
    "

    Tu vois, qu’est-ce que je t’avais dit… Tout ça pour un maudit chapeau ! UN HAUT-DE FORME ! C’est pareil ! Non ! Si ! Non, et tu crois que j’aurais réagis comment si on m’avait déchiré une de mes chemises hein ? Oui, c’est vrai. Ce petit imbécile serait déjà mort et enterré à l’heure qu’il est. Enterré ? Je ne lui aurais pas fait un tel honneur crois-moi. J’aurais laissé son cadavre pourrir dans un terrain vide où personne ne passe. Oui, ça te ressemble bien plus. Merci. Par contre je ne suis pas sure que ce soit un compliment… Pourquoi ? Idiot ! Ouais bref. Une envie subite de lui casser la gueule me prend mais encore une fois Agona me passe devant. Elle s’était levée d’un bond. Puis avec une animosité effrayante l’avait attrapé par le col. On pouvait lire une haine incontrôlable dans ses yeux, et même moi j’avais assez peur. Mais lui ne se laisse pas surprendre et dit des mots interdits. Un en particulier, qui résonna dans ma tête comme une maladie dont on n’arrive pas à se débarrasser.

    "Fais gaffe, Sakurazaki, tu me touche, tu vas le regretter ! Ma mère a une poire d'angoisse chez moi, je peux aller la lui piquer et tu vas passer un sale quart d'heure !
    -C'est ça oui. J'ai une meilleure idée que de te casser la figure. Rends-moi mon chapeau. Je vais te donner des heures de colle. Pendant ces heures de colle, je vais te faire coudre. Te faire coudre le même chapeau que celui-ci, que j'ai fait à la main moi-même. Tu verras ce que ça fait quand on se tue à bosser et que notre travail est gâché par un avorton, rajouta la surveillante après avoir récupéré son haut-de-forme. "

    J’étais resté interdit pendant toute la scène. Incapable du moindre geste. Poire d’Angoisse. Ce salaud avait dit poire d’angoisse. Finalement cette paralysie n’était pas plus mal. Un meurtre n’était pas à l’ordre du jour et pourtant je m’en sentais capable. A-t-il déjà subit un tel supplice ? Comment ose-t-il parler de ça comme de la chose la plus banale au monde. Je lui lance un regard haineux. Puis prend en compte la réponse d’Agona. Elle avait eu une merveilleuse idée ! Lui faire recoudre son chapeau. Intégralement ! Haha. Finalement elle n’est pas si stupide. Te revoilà toi ! Bah oui ? Je n’étais pas parti. Je ne sais pas, on ne t’entendait plus. Ah. J’ai aussi été choqué et je ne supporte pas le faite d’être impuissant. Comment ça ? Quoi que j’aurais pu dire, ça ne t’aurais pas empêché de souffrir. Limite j’aurais pu t’encourager à tuer ce mec mais ce n’aurait pas été une bonne idée, donc j’ai préféré ne rien dire. Tu comprends ? Oui. Tu as eu raison. Merci. Pour n’avoir rien fait ? Non. Laisse tomber. Elle lui retend don carnet après lui avoir mit ces fameuses heures de colle. Puis se tourne vers moi avec un sourire aux lèvres.

    “ -Bon, la visite.
    Oui bonne idée. Au faite, vraiment désolé de ne rien avoir pu faire pour ton chapeau, mais je ne suis pas sur que le meurtre d’un élève fasse bien sur mon C.V.

    Enfin, tout compte fait. Un règlement de compte est au programme. Hein ? Je vais le tabasser. Ah. Quand je serais plus calme, comme ça je suis sur de ne pas le tuer. Et s’il veut se plaindre à la directrice ? C’est simple, je lui fais du chantage en lui disant que j’irais balancer sa mère à la police pour possession d’un tel objet. Je suis sure qu’il ne trouvera rien à redire. T’es un monstre quand tu t’y mets. Merci. Ce n’est pas un compliment. Merci quand même. Enfin, nous nous mettons en route. La visite dure un moment. Ma collègue prend soin de m’expliquer tout les détails, même les plus superflues. Elle me dit ce qui se trouve derrière chaque porte. Parfois le nom m’interpelle et je demande à visiter la pièce. Souvent nous croisons des groupes de filles en chaleur qui glousse et me font des clins d’œil. J’ai faillis m’étouffer en me rendant compte que l’un d’entre eux était adressé à Agona. Sérieusement. Ouais, une fille à fait un clin d’œil à Agona. Et va savoir pourquoi ça m’a énervé. Une fois nous nous sommes fait siffler… Je me suis senti gêné mais heureusement elle n’eut l’air de rien remarque. Idiote. Ferme-la. Puis nous eûmes le “bonheur“ de constaté que les élèves avait écrit sur les murs. "TON CARNET !" "TON CARNET !". Il y avait aussi des "OH LES AMOUREUX !" "TON CARNET ! èOé" ou encore des "SAKURAZAKI A DU GOÛT !" "TON CARNET !" D’accords… Je ne me rappelais pas avoir autant pris de carnet mais en y réfléchissant bien c’était tout de même très probable, car on s’était arrêté de nombreuse fois pour corriger tel ou tel comportement, attitude,… Je ne ferais pas une très bonne impression. Parfait. Je préfère que les élèves commencent par me craindre puis se rendent compte que je suis sympa mais sévère. Surtout avec les filles. D’ailleurs, c’est ce sexe que j’ai puni en majorité. On ne dit jamais adieu à ses vieux démons, que voulez-vous ? Puis ça sonna et les couloirs se vidèrent. La visite dura encore quelque temps puis je me rendis compte que nous avions visité tous le lycée. Enfin c’est ce que je croyais jusqu’à ce que Agona me fasse monter jusqu’au dernier étage et m’amène devant une porte. Qu’est-ce que nous pouvions avoir loupé ? Franchement je ne voyais pas. Et pourtant il y avait bien quelque chose. Elle ouvrit la porte et je m’y engouffrais. Le toit. Ah oui. Pas con… Pas comme toi. Chut Taylor. Chut.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}   Aujourd'hui à 13:34

Revenir en haut Aller en bas
 
T'as désiré le coup de foudre, t'as dis bonjour à la tempête {Yaoki}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup de foudre !!!
» [VIIème tournoi] Quart de Finale Setesh/Kakyo: Il y a comme un coup de foudre dans l'air!
» « J'ai mis les doigts dans la prise. J'ai eu un coup de foudre pour l'adrénaline. »
» Un coup de Foudre ?
» L'avantage du coup de foudre, c'est qu'il fait gagner du temps. [pv Kirstie Montgomery]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ Le lycée Pretty School ❞ :: Couloirs-
Sauter vers: