Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hayate Fujiwara
Nuage d'eau



Masculin Messages : 97
Age : 24
Ici depuis le : 17/11/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Jeu 18 Nov - 20:30

Les salles des deuxièmes années, où sont-elles ? Arrivé dans l’établissement Pretty School, je me devais de rejoindre ma classe, qui était actuellement en cours de mathématiques selon mon emploi du temps. Je montais les escaliers, dirigeait par le plan de l’établissement que je tenais entre mes mains, et je fixais l’extérieur par les fenêtres, ce ciel et le vent soufflant dans mes cheveux d’argent me manquaient… la liberté, y a rien mieux …
J’arrivais alors, devant la salle de la classe, fermant les yeux, inspirant et expirant le plus calmement possible, j’ouvris la porte de la salle, atterrissant devant tout les secondes années… je les fixais, puis détourna mon regard vers le professeur, lui tendant un mot, écrit par l’administration, pour faire part de mon entré dans le cadre scolaire en cour d’année. Je me tournais vers le tableau, pris la craie sous l’ordre du professeur, et me mis à écrire mon nom et prénom sur le tableau. La poudre de la craie se collait sur mes doigts, leur rendant une sensation de douceur, mais une douceur plutôt désagréable. Je me tournais par la suite vers la classe, et me présenta.


"Je m’appelle Fujiyama Hayate. Enchanté…"

Le tout, dis bien évidemment sur un ton des plus neutres. Mon regard se dirigeait vers les places de la classe qui étaient libres… Je me dirigeais alors vers une chaise qui se trouvait à côté d’une jeune fille blonde aux yeux bleus… je la regardais alors légèrement…

"Excuse-moi, je peux suivre les cours avec toi ? Je n'ai pas encore le nécessaire pour travailler par moi-même."

Je la fixais de mon regard inexpressif, mes yeux bleus fixant le bleu des siens... son visage semblait fermé aux autres, mais elle ne semblait pas être quelqu'un de méchant... Ses cheveux blonds allaient parfaitement avec son visage, cheveux courts, qui semblait aussi doux que les pétales d'un tournesol... Je me demandais comment allait se passer les premières paroles avec la première personne que je côtoie dans cet établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Jeu 18 Nov - 21:14

    Franchement. Qu’est-ce que je fous en cours. Cela fait des jours que je n’y ai pas mis les pieds. Pourquoi faire ? Ces flots de paroles que les professeurs débitent ne sont que des connaissances superficielles que j’ai dépassées il y a longtemps. Je soupire, crayonnant sur mon cahier un croquis. Asamé. Encore. Ma muse. C’est la première image qui traverse mon esprit lorsque je ferme les yeux, son regard ambre et ses airs impérieux. Je crayonne encore. Encore. Encore. Ne me rendant pas compte qu’un élève avait fait son entrée. Du moins. Jusqu’à ce qu’il s’asseye à mes côtés. Je le regarde. Plantant mes yeux cyans dans les siens, si semblable. Pour simple réponse je décale mon livre de maths encore fermé vers lui. J’allais revenir à mon déssin lorsqu’une autre voix s’éleva dans la salle, celle du professeur. Aie. Je sentais déjà que cela allait être pour ma pomme. Il y a cette manie étrange qui fait que dès qu’on reviens d’une absence volontaire on devient la cible de professeur amusé. Surtout que celui-ci ne m’aime pas. Je suis tout ce qui contredis sa mentalité de professeur. Qu’importe. Je lève les yeux.

    « Et bien. Mademoiselle. Vous allez nous faire profiter de votre présence pour venir résoudre la fin de l’exercice au tableau. »

    Un exercice ? Parce qu’on avait commençait le cours. Ah ma muse. Tu obsède tant mes pensées que je me croyais encore aux cinq premières minutes. J’aurais pu rester là. Feindre l’ignorance. Mais un simple coup d’œil sur le tableau m’appris que les choses pouvaient être bien intéressant. J’adressais un léger sourire au nouveau près de moi, oui, mon amusement était déjà bien en place dans mon esprit. Je m’avance. Je ne suis pas si à l’aise que ça. Trop de monde. Trop sérieux. Trop strict. Trop de règle. Trop carré. Trop de trop, contraignant. J’attrape la craie que me tend l’homme et la fait tourner entre mes doigts. C’était une pièce. Il y a de ces professeurs dont l’amusement et de ridiculiser les élèves trop souvent absent. Tu croyais me piéger ? Je suis loin d’être idiote. La preuve. Je commençais à résoudre le calcul. Rapidement. Sans un mot. Traçant les nombres, les chiffres, les formes. Terminant l’écriture du résultat je fis une pause. Le temps que le professeur regarde mon œuvre. Cela ne tarda pas. Il éclata d’un rire puissant.

    « Et bien. Votre calcul me semble des plus faux ! »

    Avec un sourire insolent je survolais le calcul de ma craie. Fixant dans les yeux du professeur, j’effaçais du bout des doigts un cinq dans les premières phases du calcule qu’avait efféctué le professeur pour le remplacer par un trois. Il ne compris pas. Il m’observa. Choquer par l’affront que je venais faire. Changer une donnée qu’il avait lui-même calculer pour rendre mon calcul vraie ! Cela n’allait pas se passer comme ça. Jusqu’à ce qu’il se rende compte. Sa mine déconfite faisant son apparition. Je n’avais pas changé par simple désir de jouer les insolentes ; Mais bien pour corriger une grossière erreur. Je lui tendis la craie avec toujours ce même sourire toute en revenant à ma place. J’entendis, alors que je m’asseyais près du jeune homme en dépoussiérant mes mains.

    « Je commence à préférer vos absences à votre insolence Mademoiselle McCray. »


--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Hayate Fujiwara
Nuage d'eau



Masculin Messages : 97
Age : 24
Ici depuis le : 17/11/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Ven 19 Nov - 18:04

Le livre sous les yeux de la demoiselle se trouvant à côté de moi, mais je n’y portais pas vraiment attention, comme à mon habitude. Les cours ne m’ont jamais intéressé, je préfère vivre en dehors… en dehors de la société, coupé du monde. Je me demande comment j’ai fait pour réussir chacune de mes années en agissant ainsi dès le début de chaque année.
Enfin, passons ce genre de détails futiles. La jeune blonde fut interroger par le professeur au regard des plus déplaisant. Il semblait sarcastique et le genre à vouloir humilier les gens en publiques… du premier regard, je ne l’aimais pas du tout.
Tandis que la jeune fille faisait l’exercice, je sortis mon téléphone portable de ma poche, regardant l’heure, je vis que j’étais arrivé une bonne demi-heure après le début du cours, rendant celui-ci ainsi moins long. La fille s’asseyait de nouveau à côté de moi, je n’avais guère remarqué qu’elle avait finit, tellement je fixais l’extérieur par les vitres de la classe. Le professeur sur un ton désagréable se permit une réflexion qui n’était pas nécessaire.


« Je commence à préférer vos absences à votre insolence Mademoiselle McCray. »

McCray ? Je me tournais d’un seul coup vers la fille, une McCray ?! Non impossible… ce n’était qu’une coïncidence… cela serait absurde si c’était une de la famille de cet homme qui était censé être l’un de mes créateurs génétiques ! Connaissant ma mère, elle aurait pu agir ainsi… non, je ne sais pas, mais comment pourrais-je le savoir ?! Je la fixais, ses yeux cyans ressemblant tellement aux miens… peut être devrais-je lui parler, lui montrer cette lettre ? Peut être m’aidera-t-elle à savoir !
La curiosité me dévorait à l’instant même où son nom fut prononcé ! C’était horrible, je voulais savoir, la connaître, je voulais découvrir si notre sang était à moitié le même, mais elle ne semblait pas bavarde, autant que moi l’on pourrait penser. Je ne savais pas quoi faire, absolument pas… je ne connaissais même pas son prénom ! Que faire à part attendre … Peut être devrais-je tenté de faire la conversation ? Mais ce n’était absolument pas mon genre d’agir ainsi, je n’étais pas doué de ce côté-là… je l’ai jamais été, à part pour insulter peut être. Mes yeux fixaient les siens, comme-ci je tentais de desceller quelque chose qui m’aiderais, derrière ce bleu ciel… je ne savais pas quoi faire, à part la fixer… peut être que mon nom de famille lui rappellerait quelque chose ! Non, impossible, je me suis présenté, elle aurait réagi je pense. Mes idées étaient confuses, mes pensés et mes actions étaient entièrement envahi par ma curiosité … je ne savais pas quoi faire…
Revenir en haut Aller en bas
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Sam 11 Déc - 18:05


    Le cours commençait à se faire long. Qu’importe. Je ne m’occupais que de ma plume sur le papier, traçant peu à peu les décors autours de ma muse. Une simple fenêtre plongeante sur la ville vers laquelle les yeux d’Asamé se perdaient. Des murs sombres. C’est tout. Pas de fioritures inutiles. Que l’essentielle. Je souris légèrement en admirant mon œuvre alors que la sonnerie retentissait. Hallelujah. Liberté. Je n’avais pas encore décidée si je me rendais aux cours suivants. Qu’importes. Je me dirigeais vers la porte lorsque la voix criarde de ce cher professeur retentit dans mon dos.

    « Mademoiselle McCray. Profitons de votre présence exceptionnelle. Soyez le guide de Monsieur Fujiyama pour la journée voulez-vous ? »

    Je soupire. Ce gars est vraiment là pour me pourrir la vie on dirait. Pourquoi est-ce que je vais en cours déjà ? Ah oui. Parce que si mes absences continuent d’être aussi présente c’est le renvoie direct. Galère. Je hausse les épaules sans même me retourner et d’un simple signe de la main j’indique au nouveau de me suivre. Alors. Alors le prochain cours. C’est quoi déjà. Aucune idée. Qu’importe. Il suffit de suivre le troupeau de mouton des autres élèves, ils devaient bien se rendre dans la salle de cours. J’avançais, ne me préoccupant que peu de savoir si le nouveau me suivait. Je m’en foutais un peu. Beaucoup même. Je sortie de ma poche un paquet de cigarette. Qu’est-ce que je risquais ? Une nouvelle altercation avec les surveillantes ? Et alors. Avec un peud e chance se serait encore les deux zozos de la dernière fois. Cela pourrait être marrant. Je sortis mon briquet et allumé la clope, menant celle-ci à ma bouche pour tirer une bonne bouffée de tabac. J’avançais. Dans la foule. Bousculant certain. Ne déviant jamais de ma route. Un détour du couloir. Je levais les yeux. Un homme sortait du bureau de la directrice. Il semblait. Hors de lui. J’étais hors de moi. Ces cheveux blonds. Ce regard cyans. La ressemblance était trop frappante pour ne pas être logique. Qu’est-ce qu’il pouvait bien foutre ici. J’eus, durant un long instant, envie de sentir sa gorge à nouveau entre mes mains. La serrer. Je fermais les yeux. Juste un instant. Calmant le flot de colère dans mes veines. Je continuais ma route. Passant devant lui sans aucun regard. Un pas de plus. Une pression. Une main enserrant mon poignet. Je me retournais, plongeant mon regard dans le sien. Non. Notre dernière rencontre ne lui avait pas suffit. De ma main libre j’attrapai la cigarette entre mes lèvres. Ne décroisant pas son regard je glissais celle-ci sur son bras, appuyant la point sur son bras. Il fronça juste les sourcils. Maintenant sa prise. J’accentuais la pression.

    « N’as-tu donc pas encore compris ? »

    Lui fis-je. Il resta silencieux. Combat silencieux. Lui contre moi. Lui contre la douleur de la cigarette sur sa peau. Je sens sa pression se resserrer alors que la colère augmente peu à peu en lui. Mon sourire s’agrandis. Il ne supporte pas ça. J’exulte encore plus. Il finit par lâcher sa prise. Avec un sourire toujours aux lèvres je glisse la cigarette à présent éteint dans la poche de mon père avant de lui tourner le dos. Il parla. Je ne bougea pas. L’écoutant tout de même.

    « Tu t’es peut être débarrassé de Tanaka avec ta petite copine. Mais moi tu ne pourras jamais. Je n’ai plus que toi. Je ne te lâcherais pas. C’est ton sang qui coule dans tes veines ! Et tutelle ou pas, tu restes ma fille ! »


--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Hayate Fujiwara
Nuage d'eau



Masculin Messages : 97
Age : 24
Ici depuis le : 17/11/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Lun 20 Déc - 18:59

« Mademoiselle McCray. Profitons de votre présence exceptionnelle. Soyez le guide de Monsieur Fujiyama pour la journée voulez-vous ? »
Je la suivais, regardant le monde extérieur, ce monde si sombre, dont le soleil tente de purifier par ses flammes éblouissantes… je marchais, me demandant, si j’avais un lien avec elle, assez important, un lien de sang… elle fumait, je marchais, sans m’en soucier, les drogues, l’alcool, tout cela n’était pas un problème pour moi, je ne m’en souciais pas, car j’avais, et j’aurais sûrement encore, cette période de révolte. Le soleil frappait mon visage, m’aveuglant légèrement, je détournais ainsi mon regard vers Sei pour ne plus subir la luminosité aveuglante, et c’est alors qu’une situation, des plus désagréables, vint se produire. Je venais d’assister à une scène, qui ne me regardait en rien, un homme empoignant la McCray, et celle-ci, qui s’amusait à le brûler avec sa cigarette… Quand j’entendis les mots de l’homme, je compris…

« Tu t’es peut être débarrassé de Tanaka avec ta petite copine. Mais moi tu ne pourras jamais. Je n’ai plus que toi. Je ne te lâcherais pas. C’est ton sang qui coule dans tes veines ! Et tutelle ou pas, tu restes ma fille ! »
Tutelle, ma fille, ces mots résonnèrent dans mes oreilles, j’entendais ces mots, il semblait être son père, je le fixais, pas d’un regard de colère dû à la situation, mais plutôt, un regard troublé, qui était en train de décrire chaque parcelle de son corps… est-ce que j’étais lié à cet homme qui ne semblait pas plaisant du tout ? Je l’espérais pas… plus je le fixais et l’analysais, plus j’avais un mauvais pressentiment… De toute manière, que pourrais-je tiré d’un homme qui a osé coucher avec ma mère, qui était elle-même déjà marié, et à en constater l’âge de ma « camarade » de classe, cela voudrait dire, qu’il était également marié… Cela voulait tout dire… soit, il n’était pas mon père biologique, soit il s’agissait que d’un homme de la pire espèce… Mon regard devint alors sérieux, je me mis entre Sei et son père, je le fixais et mon corps tournait vers Sei, mon regard perçant celui de son père, Sei ne voulait pas de lui, et lui, semblait être quelqu’un d’impitoyable, il était clair que cette discussion devait cesser… C’est ainsi que je me forçais à parler.
« On devrait y aller… »

Mes yeux, d’un même bleu que ceux de la Miss McCray, fixait les yeux de son père, je tournais alors le visage, et me mit à marcher tranquillement, me posant divers questions... espérant ne pas être le fils de cet homme…
Revenir en haut Aller en bas
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Lun 3 Jan - 15:39

    Je me foutais un peu. Beaucoup même de ce qu’il pouvait me dire. Je n’avais plus de lien de sang avec cet homme. Qu’importe ce qu’on peut dire sur mon ADN. J’ai assez fait couler ce liquide de mes veines pour avoir chassé le poison de la famille. Ma famille à présent était Asamé, ainsi que ma fratrie endormie. Un long sommeil. Je ferme les yeux. Tournant toujours le dos à cet être qui se prend pour mon père. J’ai soif. Alcool. Sa faisait longtemps. Une journée quoi. Faudra que j’aille dans un bar. Ou. Je ne sais pas. Je verrais. Jusqu’à ce que je sentis du mouvement. Tiens, je l’avais oublié. Lui. Le nouveau. Ce gars dont la ressemblance avec mon père m’étonnait. Me rebutait un peu quand même. Bien que. Non. Pas tant que ça. Yohko ressemblait aussi à cet être. Pourtant. Il n’était en rien semblable. Je levais les yeux. Mon père ne fixait plus. Non. Il plantait ses yeux bleus dans ceux du niveau. Je souris. Tiens. On dirais que lui aussi avait capter la ressemblance. Bah ouais. Je suis loin d’être conne. Et je connais assez bien mon père. Faut dire. Que je les ais vu défilé ses maitresses. Ses femmes qui j’étais vers moi des regards de pitié. Ou de dégoût. Sûrement plus envers elle-même que vers moi. L’une d’elle aurait-elle un lien avec le nouveau ? Je n’en serais pas étonné. Je dois avoir un nombre incalculable de demi-frère et sœur dans ce monde. Le dire ? Non. Pourquoi faire ? Ce n’est pas à moi de le dire. Mon père recroisa mon regard. Héhé. Mon sourire t’inquiète. Tu viens de tilter. Interessant. Fais gaffe. Il commence à partir. Tu n’aimerais pas. Rester avec toutes ces questions. Alors que moi j’ai les réponses. J’ai presque envie de rire en te voyant t’affoler. Fixant le dos du jeune homme qui s’éloigne. Tu agis. Enfin. Attrapant ses épaules. Le plaquant contre le mur. La rage palpitante encore dans tes veines. Tu as peur ? De quoi ? De voir le résultat de tes actes. Les responsabilité sur tes épaules. La honte aussi peut être ? Quelle belle rencontre non ? Agressant ta fille légitime. C’est une bonne journée en réalité. Un plaisir malsain. Particulièrement malsain. De le voir ainsi. Tant d’année. A l’avoir vu trimbalé des filles comme on trimbale des chemises, abandonnant celles-ci au bord du lit. Je regarde mon père. Le secouer. Viollement.

    « Qui est ta mère ! DIS LE MOI ! QUI EST TA MERE ? »

    Laisse-moi rire. Tu te souviens réellement de chacune des femmes qui ont partagé ton lit ? Tu faisais comment pour les séduire. Non. Je n’ai même pas besoin de réfléchir. Tu as un charme naturel. C’est de famille. La noirceur aussi est de famille, cette bête intérieure qui nous dévorent tous. Tu continues. A vociférer. Ah ah. Tu serais incapable de retrouver le prénom de trois des centaines de femme avec qui tu as couché. Tu maudirais ma mémoire. Chaque visage. Chaque voix. Tout cela inscrit dans mon crâne. Tu cris. Encore.

    « Non… C’est pas possible … »

    Franchement. Tu pensais qu’on ne risquait rien en couchant. Tu veux un cours d’éducation sexuelle ? Comment on fait les bébés ? Je finis par poser ma main sur le bras de mon père. Serrant doucement. Lui intimant gentiment de lâcher prise. Est-ce qu’il allait m’écouter ? Un peu. Il est choqué. Totalement choqué. Que c’est drôle. Il me regarde. Mélange de haine et d’incomprehension. Comme on regarde sa fille hais qui nous prouve une nouvelle fois qu’elle est plus intelligente que vous. Plus perspicace. Aussi vicieuse. Oui. On inflige la honte et la colère à l’autre. Bienvenue à la McCray’s family.

    « Tu avais…. Tout compris ? »

    Je souris. Légèrement. Franchement. Un frère. Sa ne me dérange pas. Au contraire. Après. Pour lui. La réaction ne risque pas d’être aussi calme. Et oui. Ton géniteur est un enfoiré o/

--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Hayate Fujiwara
Nuage d'eau



Masculin Messages : 97
Age : 24
Ici depuis le : 17/11/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Lun 3 Jan - 16:11

Plaqué contre le mur, un regard de mépris dans le miens, je sentais la colère se sentir cloitré dans ma poitrine, tel un tigre en cage, car cet homme était en train de me faire sortir de mes gons. Je fixais Sei et son père, ma respiration s’accélérait, je m’affolais, mais pas de peur, non, je sentais ma haine montrer le bout de son nez, et l’adrénaline en profiter également pour apparaître. Je détestais être bloqué, je détestais sentir l’haleine de ce mec, je détestais tout cela, cette situation. D’un geste sec, j’enlevais ses bras de mes épaules, et je l’attrapais par le col de sa veste, et le poussais contre le mur d’en face, ou plutôt, la vitre d’en face. Celle-ci se fissura légèrement, je m’étais retenu de le pousser avec une extrême violence. Avec un regard des plus féroces, je le soulevais légèrement, le mettant sur la pointe des pieds.
« Je vous interdis de me toucher de la sorte ! Vous vous prenez pour qui ?! »

Mon ton était froid, rempli de rage… la rage, j’en avais à revendre, je fus abandonné par mes parents, et ce mec, que je ne connais pas, ce permet de la jouer caïd, qu’il dégage tout de suite de ma vie ! Je le lâchais alors, pouvant le laisser retomber sur ses pattes, je m’éloignais de lui, puis partit rapidement. Premier jour d’école, et déjà, je comptais sécher les cours.
Je ne savais pas ce que je comptais faire, je ne savais pas si je devais faire quelque chose, je ne savais pas où aller, je ne savais rien, mais je partis, poussant les gens qui étaient dans ma course. Je tournais alors dans les toilettes des mecs, marchant tel un chien faisant des tours et des contours, je tournais en rond… je me regardais dans le miroir, m’appuyant sur le lavabo… Je me fixais, je me tournais alors et je frappais dans l’une des portes de toilettes à coup de pieds… J’avais besoin de relâcher la pression, et malheureusement, c’était le seul moyen que je venais de trouver.
Je n’avais pas compris la situation qui venait de se produire, mais une chose est sûr, je venais de me retrouver dans une situation compliquée… Merci bien Maman ! Je peux au moins t’appeler ainsi après que tu m’ais lâchement abandonner par honte ?! La situation actuelle venait de faire ressurgir la colère que j’avais ressenti lorsque mes parents étaient parti… je me penchais alors sur le lavabo, ouvrant l’eau du robinet, et m’arroser le visage et la nuque d’eau fraîche... J’en avais bien besoin…
Revenir en haut Aller en bas
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Jeu 6 Jan - 15:58

    Je l’observais. En silence. Le dos appuyé contre le mur. Intervenir ? J’aurais pu. Sauf. Tout cela ne sont pas réellement mais affaires. Pas directement. C’est une histoire entre lui et mon père. Je ne suis qu’un élément secondaire. La rage était explosante. Je la sentais sentir de son corps. C’est peut être étrange de dire ça. Mais cette rage était presque familiale. Il part. S’éloignant d’un pas rapide. Je soupirais. Doucement. Posant mes yeux vers mon père, assis sur le sol, encore abasourdit par toute cette histoire. Il semble si fragile à cet instant. Si atteint par la nouvelle. Un flash-back. Une sensation de déjà vue. Oui. A cette époque aussi. Lorsqu’il l’avait perdu. Lorsqu’il nous à tous perdu un par un. Par ses gestes. Par le destin. Tu es destiné à crever seul mon vieux. Comme nous tous. On finit toujours par crever seul. Il me supplie. De ses yeux bleus. Je le sais. De l’aide. Le relever. Le soutenir. Ce que fais une fille avec son père. Sauf. Que dans les vraies histoires. On ne pardonne pas des années de conflit. On n’oublie pas deux caractères trop ressemblant pour s’apprécier. Non. On n’oublie pas tout ça. Alors, même si le sang est le même, on abandonne sur le sol. Je le salut d’un signe de la main avant d’avancer dans les couloirs. Tout cela n’avait duré que quelques secondes. A peine. J’avais toujours le nouveau dans mon champ de vision. J’avançais lentement. Lui courir après aurait été inutile. Il n’a pas besoin de moi. Juste d’être seul. De toute façon. Il est rare que j’entre dans les toilettes des mecs.
    Alors que la porte de celle-ci se referme je me pose contre le mur. Attendre. Un cours ? Ouais. Je m’en fous un peu. Ce n’est pas la première fois que je sèche. Et pas la dernière non plus. Je soupire un instant. Glisse mes mains dans mes poches. Sans le contact d’une feuille froissé au fond de mon jeans. Ah. Oui. C’est vrai. Je sors une boule de papier froissé. Pas que je sois peu soigneuse avec mes affaires. Enfin. Si. Quand même un peu. Mais là. C’était juste un coup de colère. De rage. Et l’état me peine. Doucement je dépliais le papier. Une photo. Assez vieille. Un an. Un peu plus même. Trois personnes. Assez unis. Bien qu’une blonde râle contre un blond. Qu’une rousse lève les yeux aux ciels désespérés par sa fratrie. Ouais. C’est vieux tout ça. Ces sourires. Ces disputes. Ces galères. Mort ? Non. Juste endormis. Un long sommeil. Et le manque. Pour l’insomniaque. Tout cela me parais si loin à présent. Tant de chose se sont passée. Tant de chose vont encore se passer avant qu’ils ne se réveillent. Si cela arrive un jour. L’espoir ? Une illusion. L’espoir ne contrôle pas les choses. Il n’est qu’une corde fragile. Je soupire. Le calme n’est pas une chose qui me sera accordé un jour. Je le fuis je crois même. La vie est intéressante lorsqu’elle nous blesse. Soyons réaliste. Nous sommes forgés par nos douleurs plus que par nos bonheur. Les gens super heureux des dessin animés sont toujours si vides de sens et d’intérêt. Des poupées.

    Dis frangain ? Tu serais fier de ta petite sœur ? Nan. J’pense pas.

--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Hayate Fujiwara
Nuage d'eau



Masculin Messages : 97
Age : 24
Ici depuis le : 17/11/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Ven 7 Jan - 12:16

Le destin était pourris, c’était clair, en quoi devrais-je croire à partir d’aujourd’hui ? Je ne sais vraiment plus quoi faire. Maudit établissement, où que j’aille, on va continuer à me pourrir la vie ou quoi ?!
J’étais entièrement déboussolé, je ne savais plus comment agir, ce que je devais faire, j’étais isolé dans les toilettes, et j’attendais, assis dans un coin, à côté des lavabos. Les odeurs des toilettes scolaires étaient toujours fortes dans n’importe quel établissement, preuve d’un manque d’hygiène des élèves, ou alors, ce sont les femmes de ménages qui sont incapable de nettoyer correctement. Enfin, passons ce petit jugement de propreté.
Il allait falloir que je sorte de cette pièce un jour où l’autre… puis bon, rester dans des toilettes à vie, ça ne m’intéresse pas vraiment. En tout cas, pour qui s’est pris ce mec ? Il croit quoi ?! Que parce qu’il est adulte, il peut se permettre d’agresser tout le monde ? Il croit avoir du pouvoir sur tout le monde ?! Cela m’agace ! J’espère ne jamais devenir un homme aussi macho et stupide que lui !
Je me levais alors, me regardant dans la glace, j’ouvris l’eau du robinet, et je me rafraichissais le visage tentant de calmer la violence qui venait il y a quelques minutes de me posséder. Je fixais mes yeux azur grâce au miroir, je me regardais, mon regard s’éteignait aujourd’hui, la lumière que je possédais, du moins, le peu que je possédais, l’espoir que je possédais, disparaissait… cet homme m’avait fait pensé à mon père… enfin, mon père… nous n’avions aucun lien de sang, et puis, dorénavant, je n’avais plus à penser à lui, l’abandon que ma famille m’avait fait, je comptais faire en sorte que cela soit réciproque. Je n’avais que de l’argent de leur part et j’ai eu le droit de finir dans un hôpital.
Je remis mes vêtements comme il le fallait, ce qui venait de se produire m’avait froissé. J’essuyais mon front, regardait quelques instants encore, mon reflet, puis me décidais à sortir, malgré que je n’avais pas l’envie de voir cet homme qui me déplaisait déjà, sans que je n’ai pris le temps de le connaître.
J’ouvris alors la porte des toilettes, et vit Sei McCray. Était-ce mon père ce mec ? Était-ce ma sœur cette fille ? Je ne savais pas… je la fixais, tout en me décidant à me prendre la journée, j’allais me détendre, me noyer dans les pêchés. Mais je fixais encore Sei, son regard, aussi bleu que le mien, je ne savais pas quoi faire, quoi lui dire, je la fixais, j’étais en face d’elle… le même regard, un air familier, je venais de me fixer dans la glace, et à l’instant je voyais que, nous avions beaucoup en commun elle et moi… en plus de notre silence constant, nous étions, physiquement, ressemblant. J’étais complètement sous le choc… mais dans mon fort intérieur, je ne voulais pas lui montrer mes faiblesses.

« … Ton père … Pourquoi ? Pourquoi a-t-il réagit de la sorte avec moi ? Pourquoi tu ne sembles pas choqué par son attitude ? Est-ce-que on serait... »
Je serrais mon sac dans ma main, je ressentais, colère et tristesse, en même temps, et je la fixais, son regard, aussi bleu que le mien, son regard qui semblait être dans un état de tristesse… je voyais dans sa main, une photo… que lui était-il arrivé ? Je me disais, que peut être, je n’aurais pas dû l’aborder, peut être, j’aurais dû attendre un autre moment, que le calme m’ait regagné, que son regard soit moins enfoui dans l’obscurité, autant que le mieux… Je la fixais, et je me doutais qu’il allait se produire quelque chose à cet instant précis. Nous venions de faire connaissance, et déjà, je sentais, que l’on allait apprendre à se connaître, je sentais et je redoutais, que cet instant, allait être crucial dans ma vie… Je redoutais sa réponse, je redoutais cet instant présent… mais j’étais là, et j’attendais, j’attendais qu’elle veuille bien daigner me répondre et me fixer. J’avais peur… je le ressentais, mais il fallait que je lui parle, pour la simple et bonne raison, qu’elle semblait attendre également cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Sei McCray
Tueur en Chocolat.

Tueur en Chocolat.


Féminin Messages : 1128
Age : 24
Emploi/loisirs : Puisque je suis vouée aux enfers, autant me damnée avec application.
Humeur : La vie passe par la mort. Je détruis pour transcender.
Ici depuis le : 27/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe : Ma Muse, Folie. Alcool. Décadance. Débauche. Medoc.
Liens:

MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Ven 7 Jan - 13:28

    Je rangeais la photo au creux de ma poche. Là où elle se trouvait depuis qu’elle avait été prise. Enfin. Disons qu’elle était toujours sur moi. Je soupirais. Putain. Drôle de journée. Pourquoi j’avais été en cours. Cela ne me sers à rien. Strictement à rien. A part faire bien sur mon dossier scolaire. Comme si quelques heures de cours pouvaient réparer des années de délinquance scolaire. Ah ah ah. T’aurais dus penser à ton avenir plus tôt jeune fille. Franchement. En y réfléchissant. Je ne risquais rien. L’intelligence est une denrée si rare que lorsqu’on la découvre on se fout de la personne. Et de son passé. D’un côté. C’est cool. Un boulot peinard. Une bonne paye. Bon. Non. Franchement. Strictement rien à foutre. Vu ma vie. Y’a peu de chance que je finisse un jour ma scolarité. Alors autant en profiter. Je lève les yeux. Il est là. Devant moi. Ses yeux bleus ciel plongés dans les miens. Des yeux aussi clairs. Pas tellement fréquent dans ce pays. Il semblait sous le choc. Je le saurais aussi. Je pense. Même si. Apprendre que j’avais un demi-frère ne me surprenait pas. Je connais mon père au contre du nouveau. Plus rien ne me surprend de sa part. Il parla. Des questions. Ouais. Normal. Quoi. Y’a de quoi en avoir. Sûrement plus même. Purée. On est obligé de parler de ça dans une école. Ce lieux me déprime autant que l’eau. J’hausse les épaules avant de répondre.
    « Sûrement. A moitié du moins. Et… Cela m'aurais plus choqué si il avait été calme et moins con. »

    Les couloirs étaient vides à présent. Tous les élèves avait rejoints leurs salles de classe. En bon petit mouton obéissant. Ma main gauche plongea dans ma poche, sentit du papier sous mes doigts. Super. Du pognon. Parfait. Un plan se dessinait dans ma tête. Bon. Laisser la conversation en plan maintenant ne serait pas respectueux, et moins intéressant. Je venais de me découvrir un frère. Tout de même. Cela attiser ma curiosité. Et ma soif. Je me retournais. Commençant à marcher. Levant la main indiquant d’un signe de la main au nouveau de me suivre.

    « Viens. On va boire »

    Ma main se glissa de nouveau dans ma poche alors que je me dirigeais vers le hall d’entrée de l’école. Oui. Belle exemple jeune fille. Tu l’incites déjà à sécher. Aux points où on en était de toute façon. Et il semblait déjà avoir l’intention de sécher sans avoir réellement besoin de moi. On n’est pas de la même famille pour rien. Trop de ressemblance pour le hasard. Ce silence. Cette attitude. Ce physique. Non. Le hasard n’existe pas. Ici. C’est surtout une histoire de génétique. Et de passé. Sortie de l’établissement. La neige. Ouais. Il neige. On est en hiver faut dire. Des flocons tombant tranquillement sur mon visage. J’aime la neige. Le froid. Tout ça. Et ça rend l’alcool plus réconfortant encore. Je continuais ma route. Silencieuse. Entendant la neige s’aplatir sous nos pas. Les rues vides. Déserte. Fléaux du travail. Tout perd la vie quand le travail vient vous faucher. Heureusement. Il y a des purgatoires qui jamais ne ferment. Un virage. Un autre. Un détour à gauche. A peine une centaine de mètre à côté de l’école. Dans une ruelle étroite. Une enseigne miteuse. Un lieu familial. Enfin. Dans les familles de buveur Tout en longueur. Juste la place pour un long bar et quelques tabourets. Deux trois ivrognes dans un coin. L’un deux affalés sur le sol, depuis la veille surement. Je m’assois sur l’un des sièges. Un verre de vodka siège devant moi. Une habituée comme ils disent. Je suis même devenue une des petites protégée du patron. J’indique le nouveau pour qu’il soit servi lui aussi et vide mon verre d’une traite.

--------------------------------------
You'll never be alone
When darkness comes I'll light the night with stars






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://tsubasa-gkn.forumsactifs.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]   Aujourd'hui à 5:42

Revenir en haut Aller en bas
 
L’Arrivé en Mathématiques [Pv Sei McCray]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Club anti-mathématiques ! =3
» Êtes-vous mauvais en Mathématiques ?
» Enigme du zèbre
» Tout le monde aime les mathématiques ! [PV : Mykos Toadstool]
» Mathématiques - semaine 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ Le lycée Pretty School ❞ :: Salles de classe :: Deuxième Année-
Sauter vers: