Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seiji Takashi
Goutte



Masculin Messages : 16
Age : 24
Ici depuis le : 09/10/2010

MessageSujet: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Lun 11 Oct - 18:49

Cela faisait quelque temps maintenant, que la rentrée avait commencée, et pourtant, je ne m’y habituais pas. En effet, un peu avant le mois de septembre, un ami d’enfance me contacta. Il m’apprit que Rina comptais changer de lycée. Mauvaise nouvelle : il ne savait pas quand… C’était l’unique raison de mes soucis. Depuis bientôt deux mois maintenant, je ne dormais plus –ou presque-. Finissant mes en cours, affalé sur ma table, sans que ça ne gêne personne. A croire que c’était normal… M’enfin, bref, passons.

Dans un état semi léthargique, je tentais de me décontracter le plus possible. Rien à faire. Des centaines de questions me taraudaient l’esprit. Je n’arrivais pas à me vider la tête. Très vite, le doute laissa place à l’anxiété, puis a la peur. Oui, la peur… Peur de croiser son regard une nouvelle fois. Je ne voulais pas affronter ces yeux pleins de colère, plein d’amertume. Je ferais tout pour ne pas la croiser, quitte à me faire souffrir par la même occasion. Allongé de tout mon long, je me retournais, me débattais, en vain…Je fixais l’heure d’un mouvement aussi furtif que rapide. Il était cinq heures du matin. Après quelques dizaines de minutes, je me résignais. Je ne dormirais pas cette nuit. Filant d’un pas lourd, je me dirigeais vers ce qui me servait de douche. Retirant les quelques bouts de tissus qui me recouvraient, je me retrouvais en tenue d’Adam. Et je restai ainsi près d’une heure, l’eau chaude m’apaisant quelque peu. Pendant un instant, je me sentis bien. En paix avec moi-même. Oui, c’est peut être con a dire, mais l’espace d’une seconde, je voulus rester ainsi toute la journée. Afin de supprimer ces pensées qui m’obsédaient. Malheureusement, je devais vivre avec, pour le moment…

***

Quelques dizaines de minutes après être sorti de la douche, j’étais enfin prêt. Mes cheveux me couvraient les yeux. Je les dégageais rapidement, avant d’enfiler mes chaussures. Je me relevai avec difficulté, et me mis en marche. Comme d’habitude, partout autour de moi, les messes basses fusaient. Je remarquais quelques regards moqueurs, et pris un malin plaisir à soutenir ces dit regards, jusqu’à effrayer les jeunes qui me dévisageaient. Ils étaient toujours aussi naïfs ceux là… Et dire qu’il y a quelques années de cela, je n’osais pas répliquer, je n’osais pas me défendre. J’étais trop faible.

A présent, il me suffit d’un mot, d’un geste, pour effaroucher –presque- n’importe quel ado. Tout ceci a cause, ou grâce a mon apparence. Qu’es-ce qu’ils étaient cons ceux là… Arrivé devant le portail de mon école, une étrange chaleur m’envahit. Je me sentais bruler de l’intérieur. En face de moi se tenait Rina. Elle ne semblait pas m’avoir vu. Je me décalai donc de quelques dizaines de mètres, me cacha derrière les ‘gros’ du lycée. J’attendis bien 5 minutes, derrière ces amas de graisse, puis je me remis en route. Tournant la tête dans tout les sens, je ne l’apercevais pas. Très vite, je paniquai. Haletant, des frissons me parcoururent l’échine. Je tentais de me contrôler, mais en vain. Je bousculais quiconque se tenait face à moi. La plupart des élèves se poussèrent avant d’entrer en contact avec moi, fort heureusement. Cependant, ce que je redoutais tant arriva. Ne le comprenant que trop tard, je ne pouvais plus y échapper, elle je ne pouvais pas m’avoir manquée. L’inévitable arriva. D'un coup d'épaule, je la bouscula. Sur le coup de la colère, je souffla quelques mots.

- Putain, c’est qui l’connard qui m’a rentré dedans… Relevant la tête, je compris mon erreur. Rina… Tu fais quoi là ?

Je ne savais pas pourquoi, mais toute l’appréhension que j’avais accumulé depuis des semaines s’envola. Oui, son visage apaisa mes craintes. Elle n’avais pas changée… Enfin, si, bien entendu. Elle étais vraiment plus belle. Son visage d’enfant avais disparu. En face de moi, se tenait une jeune femme. Magnifiquement belle, de surcroit. Si je n’étais pas aussi rationnel, j’aurais cru qu’elle descendait des dieux eux-mêmes…

HS : Rp nul a chier, j'fais mieux au prochain <3


Dernière édition par Seiji Takashi le Mar 12 Oct - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Lun 11 Oct - 20:01

J'avais attendu toute la semaine ce moment tant important. Aujourd'hui, je passais le cap de la petite fille à la grande, j'étais maintenant scolarisé dans un lycée, plus ou moins réputé pour ses bonnes têtes. Dans ma chambre, je passait plus d'une heure à choisir quels vêtements je pourrait mettre dans ma valise, que je venais d'acheter il y a peu de temps. Derrière ce large sourire, je restais tout de même assez fébrile. Rien qu'a l'idée de rester loin de ma mère m'agaçait. Il faut dire que j'ai toujours été proche d'elle, elle est bien plus que ma mère, c'est aussi ma meilleure amie, ma confidente. C'est à elle que j'ai confié toutes mes peines, mes chagrins d'amour, aussi peu qu'il soient. Dans ma chambre, je regardais une dernière fois les murs colorés de cette pièce, qui me semblait, parfois, un peu trop oppressant a mon gout. J'avais l'impression que de jour en jour, les murs se repliaient sur moi, et j'avais vite envie de partir d'ici. Enfin, mon souhait allait se réaliser. Je quitta la pièce, un peu désordonnée, ma valise à la main, tout en la faisant rouler jusqu'à la salle de bain. Je regarda mon visage dans le miroir accroché en hauteur. Je me trouvais laide, et affreuse. Même un peu trop vulgaire. Pourquoi ? Je n'en savais rien, j'avais cette impression depuis qu'on avait pratiquer sur moi, quelques mains déplacées il y a un an de ça. Je m'habille un peu trop vulgairement ? Suis-je attirante ? En y repensant, je n'ai pas non plus le corps d'une déesse, celui dont tous les garçons rêvent. Enfin, ce n'est qu'un mauvais souvenir. Tout ceci n'était plus maintenant qu'une contrariété lourde a porter. Une dernière retouche dans les cheveux, et hop, je monta dans la voiture direction Pretty school.

Tout ce paysage qui défila, allait peut-être un peu trop vite pour moi... Je n'ai que 15ans et demi, suis-je encore trop jeune pour fréquenter ce genre d'établissement ? Qui sais, j'allais le découvrir. J'espérais faire bonne impression. Aujourd'hui, je m'étais habillée de ma plus belle robe, un rouge écarlate suivit de petit noeu blanc. Malgré une belle tenue vestimentaire, un bon comportement était tout aussi nécessaire. Sans dire un mot, les secondes passaient jusqu'à ce qu'elle en deviennent des minutes, puis des heures... L'attente était long, peut-être car mon beau-père et moi ne nous parlions plus depuis un bon bout de temps. Avant de partir je n'avais pas oublier de donner un baiser à ma mère qui tentait en vain se retenir ses larmes. Après tout ce n'était pas un adieu, j'allais les revoir, heureusement ! La voiture s'arrêta, et j'ai, enfin, pu sortir de ce tas de ferraille assez moche. En passant, je pris avec délicatesse, en la faisant tomber sur mon pied. Évidemment un tas d'insultes sorti de ma bouche, comme d'habitude. Énervée, je marcha en direction d'une grande grille noir. Je me retourna, et il me klaxonna, les autres élèves me regardaient, et j'ai vite pris honte. Embarrassée, je ne savais pas quoi lui répondre, je répondit spontanément :

" Ouais ouais, c'est ça, bye ! "

Je me retourna d'un seul mouvement, et mes cheveux se frottaient contre mon visage. Ah, qu'est-ce qu'ils sont doux, je les aime, je les aime ! Ma valise me suivait derrière moi, et j'étais maintenant entourée de grande perche. Vu ma taille, je passais inaperçu, les premières années sont souvent les mal traités, les soi-disant chouchous de la maitresse. Toujours les mêmes ragots. Je m'arrêta net en plein milieu du chemin, valise a mes côtés, et une feuille a la main. C'était donc le plan de ce lycée. Je n'y comprenais rien, j'avais beau le tourner je ne savais pas dans quel sens le prendre. Comme une idiote, je ne suivais pas le sens de l'écriture. Concentrée, on me bouscula, et ma tête atterrissais dans le papier. Je me retourna pour dévisager l'imbécile qui m'a poussé. Je n'aurai pas du, oh non, vraiment pas. Je regretta vite mon acte. Une chaleur insurmontable envahissais mon corps, je me sentait, assez honteuse et gênée, je rougissais, énormément. Ma voix tremblait, mais mes mots sortaient tout seul.

" Seiji... Ça fais longtemps, hein... "

Sur ce, mes souvenirs me rattrapèrent, et je repassait cette scène dans ma tête. Ces images d'un garçon peureux, non apte a protéger une fille d'une bande de voyou me met hors de moi. Je le dévisagea, puis le regarda de façon hautaine. Face a lui, je me sentais bien supérieure. Malgré son regard bien plus froid que la dernière fois où je l'ai vu. Oui, il me semblait avoir changer. Je placa vite quelques mots, avant qu'il prit parole, histoire de me venger.

" Ahhh... Que le monde est petit ! " Je m'arrêta puis dit d'un ton négatif " Un peu trop petit à mon goût... "

Je me plaçait devant lui, il devait bien faire une tête et demie de plus que moi. Néanmoins, ce ton ne m'allais pas, j'avais la voix tellement douce... Au fond, j'étais heureuse, et mes yeux souriaient pour moi. Décidément, j'ai bien du mal à cacher mes réels sentiments.

" Ce que je fais ? C'est pas un peu trop bête de demander ça ? Ton niveau d'intelligence n'a donc pas grandit depuis un an ? Que c'est malheureux !... je suis en 1ère année, ça te dérange donc que je suis ici ? "


Dernière édition par Rina Maeko le Mar 12 Oct - 5:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Takashi
Goutte



Masculin Messages : 16
Age : 24
Ici depuis le : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Lun 11 Oct - 23:39

J’avais passé plusieurs mois de ma vie, à tenter d’oublier. Oublier tout ce qui avait pu se passer entre elle et moi. En oublier même le bonheur que je ressentais a ces côtés. Plus le temps passais, et plus ça marchais d’ailleurs. Enfin… Jusqu’aujourd’hui. Rien que le fait de voir son visage, avais ravivé en moi une flamme que je pensais éteinte depuis trop longtemps. Ces yeux, se plongeant dans les miens, m’informant par la même occasion de toute la rancœur qu’elle avait à mon égard. J’interprétais ces mots, comme des coups en plein cœur. Ca me faisait mal, ca me blessait. Bien entendu, je ne le montrais pas, j’étais bien trop fier pour ça. Mais je suis sur qu’au fond d’elle, elle le savait. Après tout, elle me connaissait mieux que n’importe qui. Bien que j’eusse changé depuis, tant physiquement qu’émotionnellement… Très vite, je répondais à ces accusations, lui laissant néanmoins assez de temps pour dire tout ce qu’elle avait à me dire.

- Un peu trop longtemps… Oui.

Le visage marqué par la honte, j’évitais son regard. Le mien, vide et sans émotion semblais fuir celui de mon ancienne amie. Non, jamais je ne l’affronterais. Je m’y tentai cependant quelques secondes. Ils étaient bien trop beaux pour passer à côté, n’est-ce pas ? Ces prunelles, embrumées par le chagrin, reflétaient une image qui me répugnait. Cette image, c’était moi. Un homme, fuyant ces propres responsabilités derrière un masque, une carapace, un rôle qui n’était pas le sien. Oui, dans ces yeux, je ne voyais qu’un lâche, même pas capable de défendre ceux a qui il tient… Rien qu’à y penser, le chagrin m’emporta. Mes yeux, bien trop humides ne décrivaient rien d’autre que de la honte, et de la souffrance.

- Oui, en effet… Et ce n’est pas le seul d’ailleurs. Dis-je, tout en la dévisageant.

Suite à ces quelques mots, elle se plaça devant moi. La tête penchée, de façon à pouvoir me regarder dans les yeux, elle me répondait sans sourciller. Je restai là, sans rien faire, à me demander si elle aussi, avait vraiment changée, ou si ce n’était que de la comédie. Très vide, je compris qu’elle jouait, elle aussi. Elle ne pouvait pas être aussi méchante, non. La Rina que je connaissais était la bonté incarnée. Rien qu’a la voir, jouer la dure de cette façon, provoqua en moi un petit rire nerveux, que je m’empressai de contrôler. Mes yeux sombres comme la nuit se posaient sur son visage d’ange. J’en étais bouche bée… Remontant peu a peu, jusqu’à en arriver a ces yeux, je cru remarquer une certaine joie dans ceux-ci. Y regardant de plus près, j’en étais sur. Non, elle n’était pas aussi rancunière que ça.

J’espérais de tout mon être, qu’elle m’avait pardonné. Même si un monstre tel que moi, ne mérite bien entendu, pas un tel honneur. Me faisait malgré moi a cette idée, mes yeux s’illuminèrent. Cependant, il ne fallait pas se laisser faire. Non pas que je voulais lui faire du mal une seconde fois, loin de là. Il fallait juste lui prouver que j’avais véritablement changé. Que cette fois, je pourrais la protéger comme il faut, si elle m’en laissait l’opportunité. Je voulais la convaincre que cette douloureuse expérience était derrière nous. Je me dégoutais, à chaque fois qu’un mot sortait de ma bouche. Je lui répondais d’une façon exécrable, alors que le cœur n’y était pas. Non, je n’avais jamais voulu lui parler de cette façon, mais il le fallait bien. Peut être qu’un jour, elle me pardonnera pour ça aussi.

- Tu me parles d’intelligence, alors que tu n’arrive pas à lire une carte ? Pathétique… Non, ça ne me dérange pas, je ne pense pas te remarquer de toute façon.

Très vite, je me reprenais… J’avais pris conscience de mes actes un peu trop tard. Des mots aussi durs que ceux-ci ne mèneraient à rien. De cette façon, certes, elle penserait bel et bien que j’aurais changé. Mais pour quelqu’un de totalement différent, pour un monstre sans cœur, ce que je n’étais pas. Je devais m’excuser, lui faire comprendre que j’étais désolé. Et que je ne laisserais plus jamais ça se reproduire… Pour ce faire, je devais la mettre dans la confidence. Je devais lui raconter ce que j’avais fait à cet homme, quelques minutes après l’agression. C’était trop tard, bien sur. Mais peut être que de cette façon, elle penserait réellement que j’étais apte protéger ceux que j’aime.

- Tu sais, le gars de l’autre fois… Marquant une pause, je repris, d’une voix plus rauque qu’a l’habitude. Eh bien… Je ne suis pas resté là sans rien faire… Ne trouvant les mots, je balbutiais quelque chose, avant de sortir ma phrase. Moi aussi, je l’ai ‘accosté’. Plus violemment que toi en tout cas.

Je ne savais pas ou me mettre. C’était étrange, comme le fait de se confier, pouvait être aussi gênant. J’espérais juste qu’elle me pardonnerait un jour. Dans un moi, ou dans un an, peut importe, pourvu qu’elle le fasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Mar 12 Oct - 16:24

Le Seiji qui se trouvait devant moi n'étais plus le même. Plus dur, plus froid, et bien plus direct. Ça ne me plaisait pas du tout, j'avais envie de retrouver ce garçon gentil, adorable et souriant, malgré ses nombreuses faiblesse, je l'aimais, ce Seiji là... Que voulez-vous, devrai-je faire avec ? Devrai-je le supporter quelques années comme il est ? Et qui sais, peut-être que ce moment est la seule fois où nous nous parlerons, ce moment était donc très crucial pour moi. Je le regardait sans cesse, il a cet indéfinissable charme qui me mettais a l'aise et je n'avais plus envie de détacher mon regard du sien. Et pourtant, il était si cruel dans ses paroles, les larmes montaient et le chagrin était tellement immense que je n'ai pas pu me retenir. Une main sur les yeux, je ne pouvais m'empêcher de renifler sans cesse en émettant un bruit douloureux. Oui, j'avais mal, mal au cœur, je le sentais se brisé en mille morceaux.
Je devais vite me reprendre, a peine j'eus le temps de souffler, que déjà je m'arrêtais de pleurer. Je le regardais dans les yeux. Les miens étaient encore humide, et je voyait troubles à causes des larmes qui ne voulaient pas descendre. Un silence étrange s'installa. Ça me stressais énormément, je n'aime pas le calme. J'étais tellement heureuse, que la seule voix que j'entendais était celle de Reiji, le reste n'avait plus aucune importance... Comment lui dire, que ça fait très longtemps que je lui ai déjà pardonné ? A peine on venait de se revoir, et il m'avait déjà fait pleurer... Oui, c'est définitivement devenu un mauvais garçon, et je pensais a l'éviter. Le chagrin était passé, et notre conversation reprenne normalement, ou presque... Quelle méchanceté, il me traita ainsi d'idiote ? Quel caractère inhumain, ce n'est vraiment pas normal de traiter une fille de cette façon là... Le respect entre les deux sexes n'existe plus de nos jours. Je le regarda, et l'écouta tristement, et blessée. Je m'empressai de lui répondre.


" Qui de nous deux est pathétique ? Regarde toi donc ! "

Comment peut-il rester aussi calme, et aussi froid ? Cela m'énervais, et j'en avais un peu marre de jouer la méchante, mais je tiendrai, je ne le lâcherai pas, oh que non... Seiji me parla de ce fameux garçon d'il y a un an. J'avais entendu parler qu'il s'était pris une bonne raclée. D'un côté, j'en était contente et je remerciais tous les soirs, celui qui avait ça. Mais d'un autre côté, j'avais mal pour lui, et dans ma plus grande bonté, je l'aidais. Et oui. Ses amis ne s'approchaient plus de lui et j'ai réussit, moi-même- a le réintégrer dans son groupe. Mais, qui aurait cru que celui qui l'a frapper était Seiji ? Moi-même, je ne le croyais pas, et pourtant, ce ton sérieux sur son regard me faisait douter... Je ne savais pas quoi dire et j'avais bien envie d'éviter ses paroles... Un petit sourire au lèvres, je déviais son regard, puis regarda par terre. Je n'osais pas le regarder dans les yeux, j'avais un peu peur, que moi aussi, il me frappe.. C'est peut-être idiot, mais c'est comme ça. Souriante,je prononça quelque paroles, hésitante je ne savais pas quoi dire...

" Euh, oui, je sais, j'ai entendu dire qu'il s'est fait frapper... "

Jambes rentrées, et tête baissée, je n'avais pas a me retenir de rougir. Je suis bien trop timide, quelle honte, j'aurai aimer être une souris a ce moment là ! Le temps changea vite, et le ciel devenait plus sombre. Les feuilles par terre volèrent en rond, et mes cheveux allait dans tous les sens, je voulais vite cacher mes oreilles... Pour ne pas que Seiji voit, que malgré ce qui s'est passé, je porte toujours son cadeau : De magnifiques boucles d'oreilles. Mais, ma robe se soulevait, et je n'avais pas d'autre choix que de la tenir, on pouvait voir, un peu ma culotte, et ça m'avait fait rougir énormément. Prise de honte, je me recula et tomba sur ma valise, j'étais donc étalé par terre... Quelle honte, je me faisais remarquer, et ça ne devait pas plaire a Seiji,, les garçons aiment être discret... Enfin, peut-être pas lui, il est si particulier, il n'est pas comme les autres, oui, il est même mieux que les autres. Toujours par terre, assise, je regarda Seiji. Lui, me regarda de haut, je mis une main sur une de mes oreilles tout en lui parlant.

" Ce n'est pas ce que tu crois... Si je les porte c'est parce-qu'elle sont jolies, pas car c'est toi qui me les as offerte... "


Je m'étais percée les oreilles exprès pour les porter, et je mentais, en réalité, si je les portais, c'est pour toujours sentir la présence de mon ami... Enfin, ancien ami...
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Takashi
Goutte



Masculin Messages : 16
Age : 24
Ici depuis le : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Mar 12 Oct - 18:41

Pathétique… Oui, pour une fois, elle avait raison. Je me dégoutais moi-même. M’enfin, bref, passons. Posant mes yeux sur son visage, je la fixais. J’essayais tant bien que mal de détourner les yeux, mais ça m’était impossible. Et ce n’était pas ce qui m’obsédait le plus. En effet, une étrange sensation me possédait, depuis plusieurs dizaines de minutes maintenant. Des papillons semblaient voler dans mon ventre. Certains appellent ça l’amour. A y réfléchir, ça me semblait impossible… Elle était comme ma sœur. Enfin, autrefois, oui… Peut être que cet évènement avait cassé le lien qui nous unissait, pour en recréer un nouveau. Je l’ignorais.

- Et qu’ais-je de pathétique ? Depuis quand juges tu les gens sur leur apparence ? On dirait que toi aussi, tu as changée...

Plus le temps passais, et plus je regrettais. Oui, j’étais honteux, je ne le dirais jamais assez. Je me sentais mal, nul, souillé. C’était peut être con a dire, mais l’espace d’un instant, je voulus quitter mon corps, et le retrouver ailleurs. Qu’importe l’endroit. Autre part, c’est tout. J’aurais voulu effacer les deux dernières années de ma vie, afin de tout recommencer, revivre toutes ces choses, avec elle. En ce moment, elle me fixait, la raison de toutes mes insomnies. Oui, elle me regarde, mais ne remarque pas ma douleur. J’ai envie d’chialer, mais je m’en garde… Les larmes me montaient, le tournais la tête un instant. Elle ne le remarqua pas, du moins j’espère. Quand bien même, espérer, que me sortes des yeux, quatre ou cinq qualités, pour rendre son monde plus bleu…

Peut être qu’un jour, je serais digne d’être son ami, son compagnon. Peu importe, pourvu qu’elle me pardonne. Qu’elle ne me considère plus comme un moins que rien, une merde de la pire espèce.

- Ah oui ? De toute façon, il ne méritait que ça…

Regardant encore et toujours, ailleurs, je cru la voir rougir. Bizarre, venant d’elle. A l’époque où je la connaissais, elle ne l’était pas du tout, au contraire. Toujours entrain de faire le pitre, elle était comme qui dirais, le clown de la classe. Très vite, le vent s’agita. Je m’empressais de remettre tant bien que mal mes cheveux en place. En effet, j’étais presque obsédé par ma coiffure, par ce que je montrais de moi. Oui, mon image était très importante. C’était l’une des facette refoulée de ma personnalité, le ‘costume’ que je portais, afin de correspondre parfaitement au rôle que je jouais. Plongé dans mes pensées, je ne prêtai pas attention à Rina, qui se battait avec sa robe, afin de l’empêcher de s’envoler. Néanmoins, je ne pu manquer le moment ou elle trébucha malencontreusement sur sa valise, avant de se ramasser par terre. Deux ou trois premières années la remarquèrent, et commencèrent à en rire. Je les fusillais du regard, ce qui eu pour effet de les faire taire. Je du contenir mon envie de leurs en foutre une dans la gueule, m’enfin, rien de grave.

Je reportais mon regard à la belle Rina, et j’en fus stupéfait. Elle portait toujours mon cadeau, va savoir pourquoi. Très vite, elle m’expliqua que c’était seulement parce qu’elles étaient belles, que ce n’était pas ce que je croyais… Si encore elle pouvait s’imaginer a ce que je pensais, bien entendu. Je lui soufflais quelques mots, en lui tendant la main ; afin de la relever.

- Tu sais, j’aurais aimé t’offrir tellement plus…

Levant les yeux en l’air, je remarquai d’énormes nuages aussi noirs que la nuit. Lui faisant signe de me suivre, je me dirigeai vers l’entrée.

J’avais cru comprendre, que les premières années avaient cours de math ce matin. Je lui indiquais donc la route rapidement. Bientôt, il faudrait la laisser. Rien qu’à y penser, je me sentais mal… Toutefois, je m’y résignais, et repartait de mon côté. Moi, a gauche, elle, a droite. Au moins, elle ne se perdrait pas, je lui aurais au moins apporté quelque chose… On se recroiserais surement plus tard, je n’en espérais pas plus…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]   Aujourd'hui à 19:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée qui commence mal... [PV: Rina, finit]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ Le lycée Pretty School ❞ :: Entrée-
Sauter vers: