Pretty School, un simple et joli lycée, tenu par une directrice très désagréable, peuplé par ses élèves et son personnel.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chloée Carter
Titanic



Féminin Messages : 537
Age : 21
Emploi/loisirs : Shooping et Torture mentale
Humeur : Comme lui => *w*
Ici depuis le : 26/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Sam 10 Juil - 20:49

Assieds-toi près d'un vieux chêne
Et compare le à la race humaine
L'oxygène et l'ombre qu'il t'amène
Mérite-t-il les coups de hache qui le saigne ?

    Combien de temps déjà ? Trois heures ? Quatre peut-être. Ou même plus. Je sais plus vraiment. Oh ! Et puis je m’en fiche. Ce qui compte c’est que je commence sérieusement à m’ennuyée. Depuis le temps que je suis assise ici, allongé aux bas de cet arbre, la tête correctement callée entre deux racines assez épaisse qui s’épanouissaient en zigzag autour du majestueux chêne auquel elles appartiennent. Depuis le temps que je m’abandonne à la contemplation du ciel. Ce dernier est magnifique aujourd’hui, il n’y a aucun nuage, vraiment aucun. En ce jour, cette espace infini se teinte d’un bleu extraordinaire et au cœur de ces bois, ça le rend encore plus impressionnant. Devant un tel spectacle il était facile de se laisser aller et de quitter la réalité. Et c’est ce qui se passa. Tandis que le temps passait, je me perdis dans mes songes. C’est dangereux les songes, c’est sournois, c’est fourbe. Ils sont si accueillants et il est si facile de s’y adonner. Pourtant ils sont si profonds, ils n’ont aucune limite, ils sont pareil à un labyrinthe aux allures trompeuses, un labyrinthe si bien camouflé que même l’homme le plus futé si laisserai prendre. On y entre sans le savoir, on s’y enfonce sans y prêter attention puis il est difficile d’en sortir. Il faut parfois une bonne dose de réalité pour y parvenir, parfois moins, parfois plus. Tout cela est bien compliqué, mais ça résume tout de même bien les songes. Car les songes, c’est dangereux, c’est sournois et fourbes.

    Moi ce qui m’avait permis de quitter les miens c’est le petit gland lancé par un écureuil farouche qui avait atterrit sur ma tête. Dans ces moments là on se demande vraiment si le fait que ça sonne creux est une marque de non intelligence. Si cette théorie est vraie, alors je suis complètement stupide car l’impact a provoqué un fort bruit aigu. En tout cas maintenant je m’ennuie vraiment car je n’arrive pas à replonger dans mes réflexions. Stupide Écureuil ! Pourtant j’aime ça en tant normal, c’est trop adorable ces petites bêtes avec leurs petites dents qui tape sur les fruits qui poussent sur leur maison, le chêne. Mais aujourd’hui je n’étais pas d’humeur et j’ignorais pourquoi. C’était un samedi comme les autres, je n’avais aucune raison d’être de mauvaise humeur, je n’avais reçus aucune mauvaise nouvelle, rien qui pouvait me contrarier. Je m’étais levée vers midi ce matin, je déteste me levée alors maintenant que nous sommes en week-end, je comptais en profiter. Se lever tard c’est bien, sauf que résultat j’avais loupé le petit-déjeuner mais ce n’était pas si grave. Pour compenser j’avais mangé copieusement, enfin pour moi ça l’était. Pour vous cela correspondrait à un repas tout à fait quelconque. Moi depuis mon régime j’avais perdu l’habitude de manger, mon estomac s’était habitué à peu. Je suis très gourmande pourtant mais je ne mange pas énormément. C’est contradictoire. J’aime les contradictions. Il y en a tellement... Après avoir pris le repas, je remontai dans ma chambre pour prendre ma douche et changer de vêtement. Je n’avais pas pris le temps de le faire car la faim me tiraillait le ventre. J’avais enfilé la première chose que j’avais trouvée : le short en jean de la veille et le T-shirt blanc qui va avec. J’étais partie manger avec ça mais je ne me sentais pas à l’aise. N’étant pas lavée et en portant des vêtements déjà portés, je me sentais terriblement sale. Bien sûr ce n’était que purement psychologique mais je suis une fille de bonne famille après tout. Finalement heureusement que je suis vite repue car j’ai pu vite monter faire ce dont j’avais envie. Après une bonne douche fraiche, j’enfilai une jupe rouge assez légère qui tombe jusqu’aux genoux et par-dessus un top blanc, j’aurais voulue enfilé du noir comme à mon habitude mais il faisait trop chaud pour cela.

    J’aurais pu aller à la plage comme tout le monde, m’amuser avec mes amies. Mais aujourd’hui j’étais trop fatiguée, c’est toujours le cas quand je me lève tard, c’est étrange, et je n’avais pas envie d’avoir trop de bruit autour de moi. C’est à cause de cette soudaine envie de paix et de solitude qui ne m’était pas familière, que la forêt me parut un lieu alléchant pour un après-midi serein. J’y étais entrée confiante car je savais où j’allais. Un jour j’avais repéré un arbre qui m’avait l’air confortable et je ne m’étais pas trompé, ce petit coin était vraiment très agréable. Seulement maintenant que j’y pense, je suis en train de me faire une de ces crises de « morbidité » si on peut dire ça ainsi. Je veux dire par là que j’étais en train de me laisser aller à un état de pure nostalgie et dans ces moments là je cherche par-dessus tout le calme. Je suis aussi très psychologique. Je déteste ça, je déteste quand je suis ainsi, je préfère les gens joyeux toujours en train de faire rire les autres, qui prenne du plaisir avec leurs amis. Attends ! Il est peut-être pas trop tard pour aller à la plage enfaite. Je regarde l’heure sur mon portable, 17h. Connaissant les gens avec qui je traine, ils y sont encore. Je me lève difficilement, les jambes endoloris par leur manque d’activité pendant plusieurs heures, je m’appuie au chêne pour rétablir mon équilibre. Je commence à réfléchir à où se trouve la sortie la plus proche de l’internat. Décidemment je ne pouvais pas passer par le même chemin qu’à l’aller car j’avais pris un chemin détourné, j’avais eu, à mon grand étonnement, une envie soudaine de marcher, comme si cela m’étais indispensable et que si je ne le faisais pas, j’allais me sentir mal pendant tout l’après-midi. C’était surprenant car je suis une fainéante de première classe et marcher ne fait pas partie de mes péchés-mignons habituels, c’est tout le contraire enfaite. N’empêche, maintenant je suis bloquée car je sais pas du tout par où passé, je pourrais éventuellement passer un coup de fil à un ami pour qu’il me dise le chemin à prendre mais ici, alors que je suis enfoncée aussi profondément dans la forêt, il y a bien sûr aucun réseau. Fichu portable ! Oh pardon mon chéri ! Je ne voulais pas dire ça. Oui bon d’accords je suis peut-être trop accro à ces objets électroniques mais quand même, il faut avouer qu’ils nous facilitent bien la vie… quand ils marchent. Déjà cinq minutes que je cherche un chemin pour passer lorsqu’une illumination éclaire mon cerveau, une lumière, un signe de dieu, une idée divine, une idée de Chloée ? Non surement pas, je ne suis pas assez intelligente pour une idée pareil… quoique … non enfaite, la preuve que je ne le suis pas c’est que je n’ai pas eu cette idée plus tôt. Pourquoi ne pas regarder la carte affichée là bas ? Je m’avance vers cette bénédiction et cherche le chemin qui m’emmènera vraiment le plus rapidement à l’internat. J’avais perdu du temps à réfléchir et il fallait encore que j’enfile un maillot-de-bain. Je trouve rapidement un chemin de randonné et décide de l’emprunter.

    L’envie de marcher étant partie à la plage elle aussi, je dois me motiver à marcher, grand défis pour moi. Je ne suis pas de ces scouts qui ont la bonne humeur dans les pattes et pour qui tout est si facile. Moi rien que l’idée de me lever c’est un effort surhumain, bon d’accords j’exagère mais je préfèrerai quand même ne pas avoir à le faire. Mais me plaindre intérieurement ne me fera pas avancer plus vite et ne me motivera pas non plus à le faire. Il faut que je trouve de quoi le faire… Rien… Toujours rien… Peut-être que... Non… AH ! Je sais ! Je vais chanter. Chanter quoi ? Une de mes compositions ? Ou une des chansons dont je connais les paroles par cœur ? Bah, j’en vois pas qui pourrais me motivé dans le deuxième choix. Bon une de mes compos alors, mais laquelle, c’est ça décrire que des chansons d’amour. Ah ! Mais, j’en ai une qui est joyeuse quand même, j’ai qu’à la chanter. Ouais celle dont l’air du début ressemble à celui de « Savez-vous planter des choux ». Bon d’accords la suite est plus jolie et les paroles aussi, faut dire ce n’est pas dur. Bon je commence à marcher en me concentrant sur l’air, les tonalités, les paroles et tout le tralala de la chanson. J’avance de bon cœur, l’esprit complètement emporté dans la chanson, lorsque la chanson se finis, j’enchaine avec une autre « 21 Guns » de Green Day. J’aime vraiment ce groupe, il est Américain, comme moi-même si moi je le suis qu’à moitié. Ma voix porte haut, mais je préfèrerai avoir ma guitare quand même, ça aussi j’adore. J’avance sans faire attention au chemin, je suis vraiment motivée. Je n’aurais pas pu trouver mieux en même temps. Je me connais trop bien, comme si je m’étais faite. Je rigole comme une gogol ce qui stop ma chanson, mais ça ne m’arrête pas et je reprends depuis le début. Je suis plus très loin de la sortie. BAAAAAAAAADABAM !!!!! AIE ! M**** ! Ça fait mal Purée ! Mais il s’est passé quoi ? J’ouvre des yeux bien rond, on dirait des soucoupes tellement ils le sont. QUI A FOUTU CETTE RACINE ICI ? Je me sens vraiment stupide… vraiment, vraiment stupide. Je m’empourpre. Je suis aussi, voir plus, rouge qu’une Hikari tomate. Je relève doucement la tête pour m’assurer que personne n’a assisté à ce ridicule spectacle. Hélas, malgré les larmes qui me sont monté aux yeux à cause de la douleur, je distingue une silhouette féminine pas loin devant moi. Mince ! Qui ça peut-être. Je dois avoir l’air complètement ridicule. J’ai l’air complètement ridicule. Je me lève en rigolant comme une idiote, ce que je fais toujours lorsque je suis stressée. Mon rire est tellement ridicule que je rougis davantage. Tu te rappelles quand tu étais grosse et que tout le monde se moquait de toi ? Oui… Tu n’aimais pas ça ? Non… Alors arrête de rougir, est l’air naturelle et sympathise avec cette fille ! Oui chef. OULA ! Je venais de me parler à moi-même ! Serais-je en train de devenir schizophrène ? Non c’est juste le stress. N’empêche ma conscience avait raison. Je dois sauver ma fierté. Ça se trouve elle n’a rien vu, f’in faut pas trop rêver non plus, quand quelqu’un s’étale comme une merde devant soi, on ne peut que le voir. Mais je ne me décourage pas et m’approche doucement de la silhouette et souffle d’une voix assuré alors que je ne le suis pas du tout :

    « Salut… Belle journée non ? »

    Bon d’accords j’aurais peut-être du trouver autre chose, mais la douleur avait atténuée ma capacité de réflexion, moi qui suit très habile pour manipuler les cerveaux des autres en tant normal, je me retrouve complètement abruti. Je n’aime pas ça. Je la regarde gentiment et j’espère qu’elle en fera de même. Seulement les larmes brouillant encore mes yeux je ne la voyais pas clairement.




    Spoiler:
     


Dernière édition par Chloée Carter le Lun 11 Oct - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aku Fukuyama
Titanic



Masculin Messages : 603
Emploi/loisirs : Sage-Femme à partir de la rentrée. A moins que ce ne sois Femme-Sage ? ♥
Humeur : Lunatique.
Ici depuis le : 20/07/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Lun 12 Juil - 5:13

      On a construit des murailles privées de lumière
      Rêvés de jardins, de fleurs, d'ombre et la poussière
      J'y ai fait quelques mondes, quelques endroits
      Mon préféré, celui d'où je te vois

      J'y met, tout mon coeur et tout mon savoir faire
      Rassemblé tout mes efforts, l'horizon et la terre
      Et tu m'as vu, une ou deux fois près de toi ramper
      Depuis tu ne m'as plus jamais regardé .

      Tout reste à faire

      Si tu viens, éclairer mon âme quand j'en ai besoin
      Si tu viens, désserer les lames autour de mes mains
      Je pourrais t'expliquer la chute, les bons choix
      Te montrer les couleurs qui ne vont pas.

      Tout reste à faire

    J e u n e . p o u s s e . c h e r c h e . à . g r a n d i r .

    O
    ui, je suis fatiguée. Non, faut pas s’en faire. Oui c’est normal. Aku était lassée. Lassée des discussions qui tourne en rond. De l’hypocrisie des rapports humains. Ca va ? Non. Mais faut pas le dire alors avec un grand sourire qu’on essaie de faire crédible ou raconte que oui, que l’on va bien & que la vie est belle. Aku n’aime pas mentir. Elle a menti bien trop longtemps. Alors elle se tait. Et puisqu’elle ne joue pas au grand jeu auquel tout le monde participe –j’ai nommé l’hypocrisie générale – elle reste seule & silencieuse. Il fallait s’échapper de ce monde technique & électronique. Revenir aux vrais valeurs tels que la vérité, les sentiments mais surtout à la nature. C’est elle qui nous a fait. Bon, elle a fait tout ce que vous voyez aussi, mais aussi et surtout nous, le cataclysme humain, cette dégénérescence de l’intelligence mal foutue. On détruit celle qui nous a fait. On détruit tout, en fait. Jusqu’à nous même. Je n’irais pas jusqu’à dire que ça plait à tout le monde. Non. Beaucoup d’entre nous veulent sauvez le monde. Mais ça s’arrête à des phrases tels que « J’veux manger bio & sauver des pandas ! ». Ca veut rien dire, mes enfants. Rien dire du tout. C’est juste un rêve. Une utopie. La fin du monde, c’est pas pour deux mille douze. C’est pour un peu plus tard. Mais bien plus douloureux que le film. Et vous savez pourquoi ? Parce que chaque espèce va s’éteindre. D’abord végétale. Ca a déjà commencé d’ailleurs. On en est à une dizaine par semaine. Plus d’une espèce par jour, donc. Sans oublier les animaux. Là se sera plus dur. Et enfin l’homme. Il agonisera les pieds dans l’eau, le soleil dans le dos. C’est triste ? C’est pire que triste. C’est la vie.

    Aku est au courant de ça. J’veux dire, elle le sait. Et fait beaucoup pour ralentir la lente agonie de la Terre. Pas la sienne. Son existance est foutue depuis qu’elle est née. Mais celle de sa planète, elle y est très sensible. Trop peut-être. Le pire, c’est qu’elle riche, Aku. Et que quand on est riche, on peut beaucoup. Mais vous vous posez surement la question « A quoi ça lui sert de sauver la planète si elle en a rien à foutre de la vie ? ». Je vais tenter d’y répondre. Vous voyez, on est pas tous aussi égoïste que vous, sérieusement. Et Aku elle, a l’intention de devenir Sage-Femme. Aider des bébés à naitre. Des petits êtres à vivre. Elle en verra tous les jours. Et elle ne peut pas les laisser connaitre ce monde décevant & abimé. Alors elle oeuvrait seule. De tant en tant, elle était dans la plus petite colonne du plus grand journal. Parce qu’elle ne se cachait pas. Aku ne se montre pas. Mais elle ne se cache pas. Et si vous posez des questions, elle y répondra. Avec le même naturel, que vous soyez journaliste, clochard ou président de la Chine.

    Mais revenons à Aku. Ou plutôt ce qu’elle fait. Dans sa jolie robe bleue, & ses petits souliers noirs vernis, elle trimbale une besace marron simple. De ses sacs qu’on porte contre sa hanche, l’unique hanse sur l’épaule. D’un beau marron toile de jute. Mais que fait-elle avec cette sacoche bien remplie ? Elle se promène dans ce qu’on appelais un petit bois. Mais la notion des choses a changé & on appelle ça dorénavant une forêt. Aku avance doucement. Elle ne sait pas où elle va. Mais elle a un monde à refaire. Alors elle continue, jusqu’à tomber sur une magnifique petite clairière. Dégagée, éclairée, humide. Parfaite. Enfin petite… Non. Elle était loin d’être petite. Disons qu’elle était longue & étroite. Aku s’accroupie & ouvrit sa besace. A l’intérieur, un necessaire de jardinerie. Et des graines. Rare. Très rare. Peut-être même les dernières graines de certaines espèces. Elle gratta la terre avec un petit râteau de poche en métal. Fit de petits trous avec ses doigts. Et glissa les précieuses graines en terre. Puis referma ses petits trous, ne laissant que de petites marques indécelables ou presque. Aku se leva, se décala & continua plus loin. Cela dura une heure. Peut-être deux. Ou trois. Aku perdait la notion du temps, comme à chaque fois qu’elle se passionne pour quelque chose. Personne ne pouvait se douter des trésors que renfermait la terre alors. Personne. Personne sauf la greluche blonde qui se rétame à l’autre bout de la clairière. Laisse là, Aku. Ta tâche est bien plus noble. Bien plus importante. Mais elle a pu se faire mal ! La pauvre. Pauvre lapin blessé. Mouais. Blessée dans son amour pauvre, surtout. Oh, ne sois pas aussi puérile. Et c’est toi qui dit ça, Aku ? Tu n’es qu’une gamine impatiente. Tais-toi, elle a surement besoin d’aide.

    Aku, en âme charitable, se dirige vers la jeune inconnue encore à terre. Elle a dû se blesser. Sinon elle se serait déjà relevée, non ? Aku, tu es trop naïve. Elle a simplement trop honte pour se remettre debout toute seule. Tiens, elle se relève. Tu vois, tu es trop mauvaise langue. Oh ! Elle pleure. Non, elle ne pleure pas. Elle retient ses larmes. C’est très courageux. Je sais. Je m’y connais, en larme. En courage aussi d’ailleurs, hein Aku ? Tais-toi donc. Tu me déconcentre. Aku s’approche de la toute jeune fille. Elle aussi. Elle a l’air d’avoir mal. Elle est véritablement courageuse puisqu’elle relève la tête fièrement & ose m’adresser quelques mots.

    « Salut… Belle journée non ? »

    Etait-se humouristique ? Non, je ne pense pas. Puisqu’en effet, il fait beau. Mais il est seize heures & le soleil décline. Et tu n’as pas fini de planter tes graines. Oh ça va. Cette pauvre petite déboussolée pourra bien m’aidée. Tu crois qu’elle sait faire quelque chose de ses dix doigts ? Oh, tais-toi à la fin. Tu es bien trop calomnieux. Elle vient juste de tomber, & va m’aider pour ma tâche. Mais ça vaut de l’or ! Tu vas pas le mettre entre les mains de n’importe qui ?! C’est pas n’importe qui. Puisqu’elle a prit le temps de me parler.

    « Bonjour ! Journée radieuse, en effet. Vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? »

    Ce ton sérémonieux ne te va pas du tout. On dirait une femme. Pire, on dirait une… Adulte. Mais je suis adulte ! Je commence une nouvelle vie. Bientôt je travaille. Un mari. Des gosses. Des petit-enfants. Et une belle mort. Tu m’eecuse de te ramener les pieds sur Terre mais tu as l’air d’avoir un penchant pour les filles, ces derniers temps alors pour le mari, t’oublie. En plus, ton corps ne te permet pas de mettre au monde des enfants. Alors d’ici à ce que tu sois grand-mère… Ta gueule. Laisse moi rêver. Mais j’ai raison, avoue-le. Je le sais. Je le sais que rien n’est acquis. Qu’il me reste tout à construire. Que je ne suis rien & que je n’ai pas d’avenir. Mais laisse-moi rêver. En parlant de construire, permet-moi d’insister ; tes plantations. Oh oui, j’y viens. Il faut que je demande à la jeune fille d’abord. Eh bien fait le. Mais dépêche-toi, nom de nom.

    « Hum. Je peux te demander un service ? J’ai des plantations à faire & il se trouve que je suis loin d’avoir finit. Et le soleil qui descends si vite… Tu me donnerais un coup de main ? Appelle-moi Aku ! »

    Aku laisse apparaitre un sourire genés, quand on a pas l’habitude… Appelle-moi Aku. Laisse-moi tranquille. Je me dois d’être gentille. Mais surtout, je ne dois pas lui faire peur. Eh bien ma vieille, c’est raté. T’en connais beaucoup, des gens qui te demande de ratisser dans un coin sombre à la tombée de la nuit ? Tu va passer pour une serial-killer. J’m’en fou. Elle m’attire pas. Y a pas besoin d’attirance pour faire ce genre de choses. TA GUEULE ! C’EST DEGUEU !! J’avoue. Et puis c’est pas ton style. T’es plus dans le genre douceurs & petites attention. Alors sérial-killeuse, on repassera. Et puis elle a l’air gentille, tu trouves pas ? Tu vas voir qu’elle va prendre peur. Et tes fleurs, tu te les planteras toute seule. Pense pas mal, tu sais. Pense pas mal.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chloée Carter
Titanic



Féminin Messages : 537
Age : 21
Emploi/loisirs : Shooping et Torture mentale
Humeur : Comme lui => *w*
Ici depuis le : 26/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Jeu 15 Juil - 21:44

« Je marche dans cette rue déserte
Sur le Boulevard des rêves brisés
Où la ville dort
Et je suis le seul et je marche seul »


    La douleur… On peut la ressentir de différente façon, physique, psychologique et j’en passe. Mais le plus dure c’est de l’éviter. Bon à moins d’être masochiste, on cherche tous à ne pas y avoir à faire, mais c’est dur. Il y a tellement de façon de se faire mal. Tomber, aimer, espérer alors qu’il ne le faut surtout pas, etc.. La douleur c’est des souffrances inutiles. Il n’y en a qu’une qui peut permettre d’avancé. La plus douloureuse. La psychologique. Elle est la plus insupportable, car l’esprit n’a aucune limite. Une douleur physique trop poussée peut nous tué, et dans ce cas la mort n’est plus un fléau car c’est une délivrance, elle nous libère de la souffrance. Mais les tortures mentales ne tuent pas, elles affaiblissent nos cœurs pendant longtemps. Parfois elles ne s’arrêtent qu’à notre mort, qu’elles soient naturelles, volontaire ou causée par autrui. Parfois, on a la chance d’avoir quelqu’un qui nous aide à leur dire adieux. Moi par chance, ce n’est que physique et ce n’est pas assez fort pour me tué. J’ai mal, mais c’est supportable. Mon genou me lance mais ça passera vite, je le sais. Ça finit toujours par passé. Toujours. Je décide donc d’oublier la douleur, cette fille fera l’affaire, j’en suis sûre, elle a l’air douce et calme, adorable.

    Avant que je ne lui adresse la parole, elle était accroupie mais c’était relevé en me voyant tombé, donc elle m’avait vraiment vue me ramassé si stupidement. J’étais tellement sonnée par ma chute que je ne me demandais même pas ce qu’elle faisait là, dans cette position étrange. Elle ne rigolait pas cependant, compréhensive ? J’espère. Elle doit être gentille car elle vient prendre de mes nouvelles. Je tente donc d’établir la conversation et en attendant qu’elle réponde, je me permets de l’observer, les larmes ont presque totalement disparut et j’y vois beaucoup mieux. Deux secondes suffisent pour me sentir mal à l’aise. Une sensation vertigineuse. Non pas que son regard me dérange, non enfaite il a l’air plutôt admiratif. Ce qui me gène enfaite c’est cette impression de déjà vue, je connais ce visage ! J’en suis sûre et certaine ! Le hic ? Je ne sais pas d’où. Je connais ce visage mais pas comme ça, il a quelque chose de différend. Une différence qui bloque mon esprit, il n’arrive pas à identifier la demoiselle. Trop troublée, je détourne mon regard et regarde où je me trouve, j’avais tellement été pris par mes chants que je n’avais pas vu que j’avais déviée de chemin. Oui, je me trouve dans une clairière, hélas sur la carte il n’y en avait aucun de d’indiquée, bon et bien cette fille pourra aussi m’aider à retrouver mon chemin. Mais elle va vraiment me prendre pour une idiote, tant pis, qu’est-ce que j’en ai à faire de toute façon. Le rouge de mes joues les a complètement quittées. J’ai repris métrise de moi-même. Comme elle ne répond toujours pas, je m’autorise à la contemplation de la clairière, elle est magnifique. Pas très large mais vraiment longue. C’est touchant. Je n’aime pas. C’est trop parfait. Je ne supporte pas. Il faut que je parte et vite. Non ! Du calme. Ce n’est pas parfait, regarde la hauteur de l’herbe est inégale, et il y a des trous pas endroit. Ce n’est pas parfait, tu sais bien que rien n’est parfait. Que se passe t-il ? Pourquoi ma conscience me parle autant. Je n’en sais rien mais tout compte fait, c’est agréable. Alors je la laisse faire. Elle me guide. J’en ai besoin. Vraiment. Bon maintenant que je suis lucide, qu’est-ce qu’elle fait là enfaite.

    « - Bonjour ! Journée radieuse, en effet. Vous ne vous êtes pas fait mal au moins ?

    - Euh... Si, un peu mais ça devrait aller, juste une égratignure au genou. »

    J’avais dis cela avec un grand sourire, sourire qui sonnait terriblement vrai. Je suis douée pour camouflée mes pensées. Je n’avais pas mentis, pas complètement du moins. C’est plus qu’une égratignure vu que la douleur ne disparait pas. Une question de temps j’espère. Mais peut-être que j’aurais du répondre oui tout simplement. Ce que je fais toujours en temps normal. Mais la voix terriblement féminine, tellement mature, tellement adulte m’avais donnée envie de me confier, il faut que je me ressaisisse parce que là je faiblis comme un idiote. Je suis encore un peu touchée par cette voix qui me rappelait un peu celle que ma mère, même si je n’en ai que des vagues souvenirs. Elle est belle cette fille, vraiment avec ses cheveux noirs et sa peau blanche. Elle ne me laisse pas le temps de replonger dans mes dangereux songes. Elle s’exprime encore de sa douce voix.

    « Hum. Je peux te demander un service ? J’ai des plantations à faire & il se trouve que je suis loin d’avoir finit. Et le soleil qui descend si vite… Tu me donnerais un coup de main ? Appelle-moi Aku ! »

    Malgré la proposition étrange, la seule chose qui attira mon attention c’est ce « Appelle-moi Aku », tout s’éclaire dans ma tête, le vertige me quitte enfin, je ne peux retenir mon exclamation pourtant très déplacée, on n’appelle pas quelqu’un comme ça :

    « AKU FUKUYAMA ? »

    Ce que je venais de dire était idiot vu que dans mes souvenirs… enfin pas tellement. Mais devant le regard étonnée de cette « Aku » je m’empresse de rajouter :

    « Ah ! Euh… on ne se connait pas enfaite, mais tu es à Pretty school non ? Je t’ai déjà vu dans les couloirs et puis j’ai entendu parler de toi. Mais à cette époque, tu étais… un garçon…, D’ailleurs moi je m’appelle Chloée Carter. »

    J’avais eu du mal avec la fin de la phrase, faut dire ce n’est pas le genre de discourt que l’on tient tout les jours. « Ah tiens salut, t’étais un mec toi hier. » Non, ce n’est pas courant les personnes qui changes de Sexe, bon elle avait fait le bon choix quand même, choisir de devenir une fille, c’est un choix intelligent tandis que choisir de devenir un garçon… c’est… Passons, voilà pourquoi j’étais sûre de l’avoir déjà vu et pourquoi je n’arrivais pas à mettre un nom dessus. Je l’avais aperçue que deux fois trois tout au plus. Je ne lui avais jamais parlée et je ne savais rien d’elle. Maintenant que le mystère est élucidé, la première partie de sa phrase me reviens en mémoire. Elle me demande de faire du jardinage, à a limite du crépuscule ? Oula, j’avoue que j’ai un peu la main verte et que je n’ai pas fais beaucoup d’exercice aujourd’hui, mais bon c’est dangereux de rester dans la forêt aussi tard, car si j’ai bien compris il y en a encore pas mal à planter. J’hésite. C’est un moyen comme un autre de faire connaissance, bien qu’étrange tout de même. Euh… bon… je dis oui ou pas ? J’ai encore mal au genou donc je vais avoir du mal à me baisser non ? Mais la pauvre je peu pas la laisser toute seule dans ces bois, j’ai l’impression qu’elle restera ici que je l’aide ou pas. En plus je ne sais pas comment rentré. Bon c’est oui alors ? Oui.

    « Bon sinon, pour ce qui concerne tes plantations, tu as l’air d’avoir vraiment besoin d’aide donc c’est d’ac… MON PORTABLE !!!!! IL EST OÙ ??? MERDE !!!! Mince, mince, mince ! »

    Pendant que je parlais, j’avais descendu machinalement mes mains sur mes poches, une vilaine habitude, un reflexe qui s’est installée au fur et à mesure du temps. Seulement lorsque que j’avais tapoté ces dernières elles étaient anormalement vides. Au fur et à mesure que je tapotais, un filament de sueur coulait le long de mon cou, quelques gouttes de transpiration perlaient sur mon front… Mon cœur bat la chamade, j’ai des bouffé de chaleur, je me sens mal très mal. Mince mon portable, il faut que je le retrouve, je suis accro ! ACCRO ! Je cherche partout, autour de cette foutue racine, partout. Il n’est nulle part. Mince !!! Peut-être sous cette feuille la bas ? Non. Et elle, Aku, elle me regarde sans rien dire en même temps, je lui ai pas demandé de l’aide, j’en ai besoin pourtant, je le retrouverais jamais toute seule, pas avec toute cette herbe et tous ces arbres. Pourtant il le faut ! Il faut que je le retrouve. Mince ! Elle me regarde toujours :

    « - Euh… Aku ? Je suis désolé de te demandé ça, mais est-ce que tu pourrais, éventuellement, m’aidée à retrouvée mon portable. Il a du tomber de ma poche quand je suis tombée et… et… »

    Je suis complètement paniquée et je ne sais pas ce que je raconte, elle doit me prendre pour une débile, une pouffiasse blonde aussi stupide que ridicule. Mince… Ce n’est pas mon portable la bas ? Si ! IL EST LÀ. Te voila mon chéri… Okay du calme, je vais le chercher en gardant un air impassible pour ne pas empirer mon cas, je le ramasse et retourne vers la brune. Je dois vraiment la désespéré. D’abords je me gamelle conne une merde, ensuite je lui cris son nom et je lui fais comprendre maladroitement que je ne comprends pas pourquoi c’est une fille alors qu’avant c’était une personne de sexe masculin. Et pour finir, au moment où j’allais accepter de jouer à la jardinière, je lui gueule à la figure parce que je ne trouve plus mon portable, portable que j’ai retrouvé même pas deux minutes plus tard. Je suis vraiment sotte. Comment je peux compter me faire des amis dans ces conditions. Remboursée ! J’vous dis ce n’est pas d’ma faute ! C’est la faute de… de… ce satanée écureuil, ouais voilà on va dire ça, c’est ce gland qu’il m’a lancé sur la tête, ça m’a complètement abruti. Oui je vous assure je suis plus maline d’habitude ! Mais à qui je parle moi ? Ouais, je crois que je deviens folle. Bon revenons à Aku, elle voulait qu’on plante des jolies fleures, écolo ? J’aime bien ça, même si je suis une riche, je n’aime pas polluer, je ne veux pas que ma descendance vive dans un monde horrible et sans avenir.

    « Désolé de me donner en spectacle comme ça, je dois te paraître complètement stupide mais je suis désolé, je ne suis pas comme ça d’habitude. Et c’est pour ça que je te demande d’oublier, s’il te plait. Tu veux toujours faire du jardinage ? Pour moi ça sera avec plaisir »

    Spoiler:
     


Dernière édition par Chloée Carter le Lun 11 Oct - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aku Fukuyama
Titanic



Masculin Messages : 603
Emploi/loisirs : Sage-Femme à partir de la rentrée. A moins que ce ne sois Femme-Sage ? ♥
Humeur : Lunatique.
Ici depuis le : 20/07/2009

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Mer 18 Aoû - 21:03

    Aku souriait toujours. De toutes ses dents. De toute son âme. Même si ce n’est pas vraiment franc, il faut sourire quand même. La jeune femme regarde la blondinette lui raconter ses malheurs. Elle s’est égratignier le genou en tombant. Tu vas pas la pleurer, hein ? Oh, mais ça peut faire mal. Tu la protège sans la connaitre ? Je ne la protège que de ta mauvaise langue. Soit, je te laisse continuer de sourire comme une grossière poupée fatiguée. En plus tu la tutoie. Je l’aime bien, cette blondinette. En plus, tu t’es présentée comme une grognasse. Oh, mais tu l’entends crier, ta protégée ? Elle hurle ton nom, en plus du simple prénom que tu lui a donné. Je me demande d’où elle le connait. Moi aussi. Pense donc à lui demander. Oui tu as raison. Mais cette fille est un véritable moulin à parole. Elle reprend vite le monopole de la parole.

    « Ah ! Euh… on ne se connait pas enfaite, mais tu es à Pretty school non ? Je t’ai déjà vu dans les couloirs et puis j’ai entendu parler de toi. Mais à cette époque, tu étais… un garçon…, D’ailleurs moi je m’appelle Chloée Carter. »

    Bam. Dans ton cœur blessé. Prends sa dans ta gueule. Haha, elle t’a bien eut, ta protégée, hein ? Aku continue de sourire, malgré le torrent de larmes qui s’écoule en elle. Tu t’y attendais, quand même. C’est la première mais ce ne sera pas la dernière, hein ? Oh mais ça fait si mal. Si mal. On me repprochera donc toujours mon erreur ? Toujours Darling. Jusqu’à ta mort. Heureusement qu’elle est proche, n’est ce pas ? Chut. Mother Mary m’a interdit de te révélée l’instant de ton grand départ. Parce que tu sais quand j’aurais droit au repos éternel ? Oui, je le sais. Alors je me fais confiance. Je te fais confiance. Tu resteras avec moi jusqu’à mon dernier souffle. Attention. Je ne connais pas ta mort à toi. Je connais la mienne. Et si d’ici ma mort, tu n’as pas trouvé l’amour, eh bien tu partiras avec moi. Tant mieux, tu sais. Tant mieux. Je suis maintenant assurée que je ne serais plus jamais seule. Alors tu vas mieux ? Tu lui pardonne, à cette blondinette ? Bien sur ! Bien sur…

    « Bon sinon, pour ce qui concerne tes plantations, tu as l’air d’avoir vraiment besoin d’aide donc c’est d’ac… MON PORTABLE !!!!! IL EST OÙ ??? MERDE !!!! Mince, mince, mince ! »

    Elle crie. Elle s’énerve. Elle fait beaucoup de bruit. Je n’aime pas le bruit. Moi non plus. Mais je ne comprends pas. Elle veux quoi ? Son portable. Son quoi ? Ah. Cette petite chose inutile qui permet de rester en contacte avec ceux qu’on aime vingt-quatre heures sur vingt-quatre ? C’est bête. Oui. Moi je n’en ai pas. Tu devrais. Pour m’envoyer des textos toute seule ? Tu me fais rire. Oh, mais au moins tu aurais son numéro, à ta protégée. J’en ai rien à faire, tu le sais très bien. Je voulais t’aider, c’est tout… Alors ferme ta bouche, s’il te plait. Oh, La blondinette te parle à nouveau. ENCORE ?! Elle est intarrissable. Elle ne sait que parler.

    « - Euh… Aku ? Je suis désolé de te demandé ça, mais est-ce que tu pourrais, éventuellement, m’aidée à retrouvée mon portable. Il a du tomber de ma poche quand je suis tombée et… et… »

    Blah blah blah. Ze retour of ze blahblah. De l’aide ? Ah bon, si elle y tient. Aku cherche de son regard perçant. Là où elle est tombée. Dans la direction d’où viens cette tornade blonde & bavarde. A droite. A gauche. Tu chauffe, tu chauffe, Aku. Ah ? Dis-moi simplement où il est, ça irais plus vite. Bah, c’est trop tard, ta greluche l’as déjà retrouvé. Elle a parler sans savoir, quelle idiote. Mais vas-tu lui foutre la paix ? Elle rougit, elle bafouille. Elle a honte. Et je la comprends. Le même sourire tendre & attentionné collé à tes lèvres.

    « Désolé de me donner en spectacle comme ça, je dois te paraître complètement stupide mais je suis désolé, je ne suis pas comme ça d’habitude. Et c’est pour ça que je te demande d’oublier, s’il te plait. Tu veux toujours faire du jardinage ? Pour moi ça sera avec plaisir »

    Aku laisse échapper un petit rire cristalin, qui résonne dans l’air frais & humide. Ca pour paraitre stupide, tu fais stupide, ma vieille. Oh, mais fiche-lui la paix. Elle a honte. Eh bien tant pis pour elle. Elle n’a qu’à pas paraître si idiote. Mais il y a une bonne nouvelle, tu sais. Ah oui ? Et laquelle, s’il te plait ? Elle accepte de m’aider dans ma tâche. Je ne trouve pas que ce soit une bonne nouvelle. C’est faux. On ira beaucoup plus vite. Sans compter que le soleil plonge à une vitesse vertigineuse vers l’horizon. Cette demoiselle n’as même pas de prénom. Si elle en a un. Mais te l’as pas donné. Aku détaille une nouvelle fois là jolie jeune fille complètement perdue. Lissant sa robe bleue du bout des doigts, elle décide de ne point l’attendre. Elle n’est pas bête, elle suivra. Aku, donc, se dirigea simplement mais surement vers le fond de la clairière, à la rencontre de sa simple besace marron. Elle est riche d’argent mais c’est tout. Elle s’assit alors à genoux, dans cette position, droite & légère qu’ont les japonais, que ce soit pour prier ou plus souvent, pour manger. Et sortit de son sac une petit poche. Pleine de graine, sans blague. Et recommence son manège avec toujours plus de légèreté & de grâce. Que la petite regarde & apprenne. Puis continue & imite ses gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Chloée Carter
Titanic



Féminin Messages : 537
Age : 21
Emploi/loisirs : Shooping et Torture mentale
Humeur : Comme lui => *w*
Ici depuis le : 26/02/2010

PERSONNAGE ;
Emplois / Classe :
Liens:
MessageSujet: Re: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Dim 3 Oct - 20:36

    Je suis stupide, terriblement stupide. J’enchaine les gaffes, je les collectionne. Je la blesse sans le vouloir, sans le savoir. Je parle trop. Je la dérange. Je le sais. Je m’en rends compte. Mais je n’arrive pas à m’arrêter. Donc oui, comme je le dis je suis stupide. Même un génie des maths ne peut rien faire contre l’idiotie humaine. Elle est tellement grande. Elle est inévitable. Je peux être très sociable tout comme, comme dans le cas actuel, je peux être dépassé par la sensation de n’être rien, je peux me sentir misérablement inutile. Dans ces cas là, j’essaye de faire de mon mieux pour bien paraître mais c’est tout le contraire. Cette Aku elle m’intimide. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être est-ce car elle est murée dans son silence. Peut-être est-ce à cause de sa grâce. Peut-être est-ce son air fragile mais tellement forte qui réduit ma confiance en moi ? Comment savoir ?
    Elle sourit. Elle sourit intensément, enfaite. Elle n’arrête pas. Ça pourrait même être suspect. Est-elle sincère ? Ou est-ce juste un masque ? Je parle son visage ne change pas d’expression. Du moins jusqu’à ce que j’évoque son changement de sexe. Là, son sourire à un rater. L’aurai-je vexée ? Peut-être. Surement même, moi je n’aurais p)as aimé si on m’avait dis cela dans une telle situation. Mais comment en être sure ? Elle a reprit son masque tellement vite. Car maintenant j’en suis dure. S’en est un. Très bien fait d’ailleurs. Enfin pour en revenir au problème comment pourrais-je savoir si je l’ai vexée alors que je ne connais pas la raison de sa transformation. Mais d’après moi je l’ai vexée.

    Je n’ai pas vraiment le temps de m’arrêter à cette conclusion car dans un éclair d’intelligence je me rappelle qu’elle m’a demandé de l’aider à Jardiner. À cette heure, alors que le soleil va se coucher ? C’est bizarre peut-être que c’est une pédophile. Attention à moi ! Mais je n’ai pas le droit de refuser. Je l’ai déjà terriblement vexée, ce serait vraiment impoli de refuser. J’ai blessé son orgueil. De plus j’aime aidé les autres. C’est agréables de savoir que l’on peut servir à quelque chose qui ne concerne pas sa petite personne. Et puis je pense que ça fait partie du respect. Mais surtout je pense à l’avenir. Sauvons la planète. Construisons au lieu de démolir. C’est décidé, j’accepte. Du moins… je commence ma phrase mais à cause d’un vieux reflexe je me rend compte que mon portable à disparut ! MALHEUR ! Miséricorde !horreur. Je souffre ! Moi ? Exagérer ? Non… jamais. Je lui demande de l’aide. Bon elle va me prendre pour une idiote bien sur. Bien sur…Elle se prépare à accepté mais je retrouve mon amour de toujours. Maggle. Mais imbécile je fais ! Me donner en spectacle à ce point. Devant une inconnue ! En plus…

    Bon, bon, bon… DU CALME ! Je rougit, je me fais honte. En plus je la dérange ça se voit. Mes excuses. Oui voilà. Je lui dis que je m’en veux de paraître aussi bête. Puis j’enchaine sur une demande de remise à zéro. Oui oublie tout Aku. Oublie s’il te plait.
    Maintenant j’accepte pour de bon sa demande. Elle sourit toujours. Davantage maintenant qu’elle a ma réponse. Un sourire franc et sincère. Et même un rire. Magnifique. Douce mélodie. Est-ce à cause du fait que je me décrive moi même comme stupide ou simplement car elle est heureuse que j’accepte sa demande. Elle commence à retournée près de son sac et sans un regard pour moi mais ce geste signifie “Suis moi“. De soute façon je suis pas complètement attardé. Elle est tellement jolie dans sa robe bleue. Tellement classe pour un ancien homme. Je serais presque jalouse. Heureusement que je me sais pas trop moche. Sans prétention bien sur. Je dis seulement les chose telle qu’elles sont. Aku est belle et moi aussi.
    Mais Aku je la dérange parce que Aku, elle est silencieuse et que Chloée elle parle trop. Une vraie pipelette cette fille. C’est pour détendre l’atmosphère mais là, visiblement, c’est inutile. Donc il ne me reste plus qu’à me taire. J’aime aussi le silence. Donc je me tais.

    Aku se baisse et commence à planter ses graines. D’abords je ne bouge pas. Je suis scotchée. Par cette jeune fille devant moi. Cette jeune fille qui plante de simples graines avec une classe incroyable. Je ne tiens plus. Je suis jalouse. Comme fait-elle pour être aussi classe. Aussi élégante même dans une telle situation. Elle jardine avec amour et c’est magnifique. Je suis admirative. Mais je ne vais pas rester planter là pendant des heures non. Je me baisse et commence à jardiner. C’est moins jolie quand même. Ça ressemble à la belle et la bête là. Vraiment choquant.

    On avance rapidement, de manière coordonnée. C’est de plus en plus jolie. Tant mieux je n’aime pas faire tache. Et pourtant là j’arrive au sommet.
    Il ne reste plus beaucoup de sachet de graines mais je ne m’en rend pas compte je suis perdue dans mes pensée. C’est tellement calme, tellement reposant. J’aime beaucoup cette fille pourtant je ne sais rien d’elle. Juste son nom. Et elle ? Est-ce qu’elle m’aime bien ? Je ne sais pas. Elle doit me prendre pour la pire des idiotes. Mais elle a l’air de m’apprécier. C’est attachant une imbécile. C’est naïf on a de la protégé car elle est fragile et elle ne peut pas affronter le monde. Ce n’est pas mon cas bien sur mais Aku doit le pensé. Faut dire que c’est elle de moi. Mon idiotie profonde et mon Nom. Mais c’est vrai ! J’oubliais ! Elle ne sait pas comment je m’appelle, je ne lui ai pas dis et visiblement elle ne me connaît pas. Mais qu’est-ce qu’il m’arrive aujourd’hui ? Je suis vraiment impoli et stupide.

    Chloée Carter. Dis-je. C’est mon nom. Je m’appelle Chloée Carter

    Je précisais devant son air interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]   Aujourd'hui à 11:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais qui donc à mis cette racine ici ?! [Pv : Aku ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais c'est quoi cette tête ? Oo (âme sensible, dégagez ='p)
» Mais c'est quoi cette île
» « Par la barbe de Merlin, mais d'où provient cette odeur ? » # Pálina
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pretty School :: ❝ L'extérieure, la ville ❞ :: Forêt-
Sauter vers: